Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 17:36

imagesCAF0JB4N.jpg"Philippe Pétain.


Le 1er janvier, le général Gamelin, commandant en chef de l’Armée française, adresse ses vœux à ses amis : "Ma femme est trop occupée pour vous répondre elle-même et me charge de vous remercier de vos bons vœux"

Deux mois plua tard, Himmler décide la construction du camp d'Auschwitz.

Le 13 mai, percée de Sedan des troupes blindées allemandes du général Guderian. Le général Rommel se distingue. Le front français est enfoncé.

Après des combats acharnés, les Panzer Divisionnen ont enfin dépassé Sedan. Le 17 mai, le colonel Charles de Gaulle, tout récent commandant de la 4edivision cuirassé, remporte à Moncornet un petit succès, mais, faute d'exploitation, il n'est significatif que de ce qui aurait pu se passer si...

Le 6 juin, la ligne de défense française s'appuyant sur la Somme et sur l'Aisne ne peut tenir, devant les panzers qui, ayant fini de "nettoyer" Dunkerque, renouvellent vers le sud leurs attaques "en pointe", là où des troupes françaises épuisées les attendent "en ligne". La défaite française est maintenant inéluctable.

Le lendemain, le front est brisé. 

Le sur-lendemain, le front français est totalement disloqué. Début du débat en France : pour ou contre la poursuite de la guerre ? L'exode des civils Français du Nord vers le Sud s'intensifie. Paris "se vide" en cinq jours.

Appel désespéré du général Vuillemin pour obtenir un appui aérien des Britanniques ; sans succès.

Le 9 juin, les Allemands atteignent Rouen.

Le 12, 50 000 soldats alliés encerclés à Saint-Valéry-en-Caux doivent se rendre faute de munitions, après s'être battus pendant deux jours pour tenter de protéger des embarquements, sous le feu de Rommel qui leur a coupé la route de la Seine.

Le 13, Paris est déclarée "ville ouverte". Tout combat y est interdit. Cet interdit ne concerne que Paris intra-muros, et le harcèlement des troupes allemandes se poursuit en banlieue, malgré les protestations des autorités allemandes.

Le 14, les Allemands entrent à Paris. A 7 h 30 du matin, signature d'un cessez-le-feu autour de Paris, sous menace de bombardement de la capitale. Confiscation de tous les drapeaux français au fronton des édifices, immédiatement remplacés par des drapeaux à croix gammée. Même les drapeaux historiques des Invalides sont saisis.

Paris se met à l'heure de Berlin.

Premier défilé de troupes allemandes sur l'avenue des Champs-Elysées. C'est un rituel qui sera désormais quotidien afin de bien rappeler aux Parisiens qu'ils sont occupés.

Suicide du neurochirurgien parisien Thierry de Martel qui préfère la mort à l'occupation. Le cas n'est pas isolé à Paris.

Le 17, Pétain déclare : "C'est le coeur serré que je vous dis aujourd'hui qu'il faut cesser le combat."

En réplique à l'appel de Pétain, le Général de Gaulle lance son appel du 18 juin. "Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas." Ainsi parle le général devant le micro que Chrurchill lui a prêté dans les studios de la BBC à Londres.

Ces mots traversent la nuit portés par les ondes. Comme une traînée de poudre ces mots de révolte et d'encouragement à la lutte contre l'ennemi circulent à travers le pays, message de liberté à tous ceux qui refusent la honte et le desespoir.    

Le 19, signature de l'armistice entre la France et l'Allemagne Nazie, dans la clairière de Rethondes.

La bataille d'Angleterre va commencer...

La France tombe. Mais il faut bien vivre pourtant, et le génie d'un peuple est mis à l'épreuve. Le système D, la débrouille devient un sport national pendant que les héros résistent et que les autres collaborent.

Ma Mamie m'a dit qu'on pouvait lire des milliers d'affiches clouées sur les portes qui disaient : "Cette maison a été évacuée. Ses habitants en ont confié la garde à l'armée. Ils comptent sur notre honneur militaire pour conserver intacts leur bien et celui de leurs enfants."

Combien de français ont pris la fuite dès le moi de mai devant les Panzers allemands, mitraillées par les avions Stukas à croix gammée, ou par les Mosquitos italiens ?

 

Depuis le 22 juin, le général de Gaulle n'est plus général. Vichy l'a rétrogradé au rang de colonel. Le lendemain, il a été "admis à la retraite d'office" par mesure disciplinaire. Le 4 juillet, il a été condamné à quatre ans de prison et 1 000 F d'amende pour "délit d'excitation de militaires à la désobéissance". Il a également été déchu de la nationalité française avant d'être accusé de trahison. Il dira : "Les vieillards qui se soignent à Vichy emploient leur temps et la passion à faire condamner ceux qui sont coupables de continuer à combattre pour la France". 

 

Le 2 août, à Vichy, le journal officiel publie de nouvelles mesures de restriction. Le quotidien des Français ne cesse de se dégrader, encadré par les coupons de la carte d'alimentation. Désormais, le coupon n°2 donne droit à 500 g de sucre, sauf pour les enfants de moins de trois ans ; le coupon n°4 à 250 g de pâtes alimentaires ; le coupon n°5 à 100 g de riz ; le coupon n°6 à 125 g de savon de Marseille ; le coupon n°7 à 200 g de "margarine ou de produits dérivés du suif où des matières grasses d'origine végétale". Par ailleurs, la vente de fromages frais et de crème fraîche est désormais interdite. En ce qui concerne les restaurants, il est précisé : "Dans tout repas qui comporte un plat de viande, il ne peut être servi ni poisson, ni fromage. Les jours de viande, il ne sera pas servi, après 15 heures, de charcuterie, de triperie, de volaille, de lapin, de gibier."

Le 12 septembre, trois enfants de Montignac découvrent ce que l'Abbé Breuil appelera "la chapelle sixtine" du paleolithique supérieur : les grottes de Lascaux.

Chapeau. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Ces années-là

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin