Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 18:32

photo mv campagne"Avertissement : Cet article fait parti de la collection Mamie à la recherche du malheur, il s'adresse à toutes les personnes qui se disent que finalement, l'un dans l'autre, si on ne peut pas être le plus heureux du monde, autant être le plus malheureux !



 Mieux vaut voyager plein d'espoir qu'arriver au but, nous dit la sagesse japonaise en général et Mamie en particulier. Dans le même esprit, Oscar Wilde a ajouté : "Il est deux tragédies dans l'existence : l'une est de ne pas réalisé son rêve ; l'autre est de le réaliser." 

 Si on élève le débat, on peut faire appel au séducteur de Hermann Hesse qui implore en ces termes la personnification de ses désirs : "Résiste-moi, jolie femme, boutonne bien ta robe ! Enchante-moi, tourmente-moi - mais ne m'accorde pas tes faveurs" - car il sait fort bien que "la réalité détruit le rêve". 

 Oui, parce les règles de ce jeu avec l'avenir sont les suivantes : on considère en général qu'arriver est l'un des principaux critères de la réussite, du pouvoir et de l'estime de soi. D'un coureur cycliste on dira : "il était à l'arrivé" ; d'un ambitieux sans scrupule : "c'est un arriviste".

 Du même coup, échec et nonchalance sont considérés comme signe de bêtise, de paresse ou de lâcheté. Pourtant la route du succès est pénible car elle recquiert beaucoup d'efforts - et l'effort le plus intense risque encore de connaitre l'échec. Qui voudrait se donner tant de mal pour rien ?


 C'est pourquoi, plutôt que de s'engager dans une politique des petits pas en direction d'un quelconque objectif raisonnable et accessible, il est fort utile de se fixer un but sublime. Les lecteurs de ce blog, s'il en reste, devraient être désormais en mesure de saisir d'emblée les avantages d'une telle stratégie. La fameuse quête de l'oiseau bleu... 

 Mais il y a plus : si le but est prodigieusement élevé et lointain, les plus bêtes comprendront que le chemin sera long et pénible et que le voyage exigera des préparatifs eux-mêmes interminables dans leur minutie.

 Personne n'osera donc nous jeter la pierre si nous ne nous sommes pas encore mis en chemin ou si nous nous sommes perdus en route, ou encore si nous tournons en rond ou nous accordons une halte pour reprendre notre souffle.

 L'histoire, la littérature abondent en exemples prestigieux et héroïques de chercheurs égarés dans des labyrinthes ou échouant tragiquement dans l'accomplissement de quelque tâche surhumaine.

 Ils nous permettent, à nous autres, chercheurs de moindre accabit, de nous abriter derrière leur gloire. Mais ce n'est point là toute l'affaire. Même quand le but est particulièrement sublime, le fait de l'atteindre recèle en soi un danger spécifique, à savoir le désenchantement qui résulte de la réussite. C'est un danger que l'amateur du malheur connaît bien.

 

 Tout porte à croire que le créateur de notre monde l'a organisé de manière que le but inaccessible paraisse infiniment plus désirable et romanesque que le but atteint.

 Ne nous y trompons pas : la lune de miel perd vite de sa douceur ; sitôt arrivés dans cette cité lointaine et exotique nous nous faisons escroquer par un chauffeur de taxi ; et la prétendue sérénité de la vie de retraité est un morne ennui qui a déjà hâté plus d'une fin.

 Alors bien sûr, qu'en est-il de la passion qui se surpasse elle-même dans la culmination orgiastique ?

 Mieux qu'en est-il de la rage sacrée qui conduit à l'ivresse de la vengeance pour les outrages subies et à l'exaltation du retour à la justice universelle ?

 Qui oserait, devant de telles satisfactions, parler de désenchantement ? Qui ? Ce n'est, hélas ! pas ainsi que tournent les choses. Dès qu'on est arrivé en haut, on tombe.

 Irrémédiablement. Becker et Wilander ne se sont jamais remis de devenir n°1. Sarko a perdu la boule après être devenu président. Et que dire de Sami Naceri ? Et de Jean-Luc Lahaye ? Et des autres ? Tous les autres.

 Mais alors une question qui brûle les lèvres de ma Mamie : et la vengeance dans tout ça ? Parce que logiquement ça devrait rendre heureux de se venger. Oui mais non. En tout cas, si on pense à George Orwell dans son essai intitulé La vengeance est amère. Extraits :

 

 En 1945, correspondant de guerre, Orwell eut l'occasion de visiter un camp de prisonniers dans le sud de l'Allemagne. Un jeune juif viennois, chargé des interrogatoires, lui servit de guide. Ils pénétrèrent dans une division spéciale où étaient détenus de hauts responsables de la SS.

 Le jeune homme décocha en passant un coup de son lourd godillot militaire sur le pied d'un des prisonniers. L'homme avait occupé de hautes fonctions dans l'organisation politique de la SS. "On pouvait considérer comme avéré qu'il avait eu la responsabilité de camps de concentration et avait donc couvert des tortures et des pendaisons. Bref, il représentait tout ce que contre quoi nous nous battions depuis cinq ans. (...)

 "Il serait absurde de reprocher à un juif de vouloir se venger des nazis. Dieu sait ce que les griefs de cet homme-là en particulier pouvaient être ; et, d'ailleurs, un coup de pied décoché en passant à un prisonnier est vraiment bien minuscule comparé aux atrocités du régime hitlérien.

 Mais ce que cette scène m'a permis de comprendre, c'est que la notion même de vengeance et de punition n'est qu'une rêverie puérile. A proprement parler, la vengeance n'existe pas. La vengeance est un acte que l'on brûle de commettre alors que l'on est impuissant et parce que l'on est impuissant : dès que le sentiment d'impuissance disparaît, le désir de vengeance s'évapore avec lui.


 Mais revenons à notre sujet proprement dit. Si la vengeance elle-même n'est pas un plasir, il doit être moins plaisant encore d'atteindre un but que l'on supposait heureux. C

 'est pourquoi, je le dis et je le répète : Gardez-vous d'arriver. Et d'ailleurs, tant que j'y pense, pourquoi Thomas More a-t-il baptisé sa lointaine île du bonheur Utopia - littéralement, Nulle part ? *

 

* Référence : "Faites vous-même votre malheur" de l'excellent Paul Watzlawick (pour les amateurs)

 

Pour en savoir plus sur Mamie à la recherche du malheur :

Quatre façons de jouer avec le passé ; Si tu m'aimais vraiment, tu aimerais l'ail ; Pour une poignée de haricots ; Une histoire de marteau ; La poudre anti-éléphants ; Je vous l'avez bien dit ! ; Gardez-vous d'arriver ; Sois spontané ! ; Pourquoi m'aimerait-on ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Ma Mamie m'a dit

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin