Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 00:31

nelson-hamilton.jpg"Une photo, là, sous vos yeux...

 

 Lady Hamilton en chair et en os. A la gauche - votre droite - de l'amiral Nelson. Récit d'une vie racontée par ma Mamie :

 

 "Elle possédait un corps digne d’une statue grecque, une petite bouche charnue et sensuelle à souhait, un sourire de petite fille se rendant au catéchisme et des yeux d’un bleu à vouloir s’y baigner...

Lorsque les hommes la contemplaient , ils avaient bien sûr des envies infiniment moins platoniques que la ravissante et peu farouche Emma Lyon - telle était le nom de cette merveille - se hâtait de satisfaire... surtout si le postulant était fortuné.

 Nous sommes alors à Londres au début du XVIIIème siècle, un siècle fait pour l’amour, c’est à dire que les adorateurs ne lui manquait point.

 

 Toute petite, la beauté grecque d’Emma lui avait procuré une étrange situation chez le "docteur" Graham, un guérisseur qui plaçait ses malades sur un "lit d’apollon" où - il l’affirmait - passaient des courants magiques.

 Au chevet se tenait Emma dont la beauté était plus ou moins voilée - plutôt moins que plus... Et cette vision digne de l’Olympe aidait beaucoup, parait-il, au rétablissement des malades.

 On dit même - les mauvaises langues sans doute - qu’Emma savait prouver aux patients qu’ils possédaient toutes leurs facultés...

 Et puis, un jour, l’amour fit battre le coeur de la déesse. elle rencontra sir Charles Greville et tomba amoureuse de lui.

 Lui ne l’aimait point, mais il avait pour elle tant de désirs que cela lui tenait lieu de sentiment... Il décida de faire l’instruction de sa maîtresse en engageant des professeurs qui apprirent à Emma la musique, le chant, l’orthographe et les belles-lettres.

 Sur ces entrefaites, l’oncle de Charles - sir William Hamilton - un oncle à héritage, vient passer quelques jours à Londres et trouve sa "nièce" belle à lui couper le souffle.

 Durant quelques mois, il va s’occuper d’elle...

 Ni une, ni deux, ils se retrouvent à Naples. Et au cours de l’été 1791, Emma devint lady Hamilton, ce nom sous lequel elle demeurera dans l’histoire.

 Là-dessus, elle tombe amoureuse de l’Amiral Nelson ! Pourquoi ? Parce que ce dernier a anéantit la flotte française à Aboukir. La nouvelle est accueillie à Naples avec délire. Emma qui, à chaque visite de Nelson, sent son coeur battre, exulte de joie :

"Grand Dieu ! Quelle victoire ! Quand j’ai appris la nouvelle, je me suis évanouie et me suis blessée, mais maintenant je suis guérie. Je considérais comme glorieux de mourir en pareille circonstance. mais non, je ne voudrais pas mourir avant d’avoir vu et embrassé le vainqueur du Nil..."

 Nelson qui, à la suite d’un précédent combat, a dû être amputé du bras droit, a perdu un oeil pendant la bataille. Forcément - véritablement "envouté" par Emma,  il a peur des retrouvailles.

Oui mais non. Comme l’a dit ma Mamie, les "débris" de Nelson satisferont entièrement l’ambassadrice. Quand il arrive à Naples, l’enthousiasme est à son comble ; lady Hamilton ne peut cacher son émotion. La scène a été contée par Nelson lui-même dans une lettre à sa femme :

"Lady Hamilton tomba dans mon bras plus morte que vive. Les armes néanmoins arrangèrent les choses..."

 Et le candide marin croit bon de préciser à sa digne épouse : "J’espère avoir un jour le plaisir de vous présenter à lady Hamilton ; c’est vraiment une des meilleures femmes qui soient au monde : elle est l’honneur de son sexe."

 N’ayons pas peut des mots - il faut appeler un chat un chat : Nelson et lady Hamilton s’aiment à la folie. 

 Mais les Français marchent vers Gênes. Il faut fuir. Nelson recueille lady Hamilton et son mari à son bord et partent vers l’Angleterre.

 A Londres, la présence de Fanny Nelson complique un peu les choses. Elle somme son mari de rompre.

- Je suis résolue, lui dit-elle, à vous voir choisir entre elle ou moi.

C’est la rupture et Nelson peut n’être plus qu’à Emma. Pour le remercier, lady Hamilton lui annonce une grande nouvelle : elle est enceinte.

 Bien sûr son mari n’est pour rien dans l’affaire et Nelson nage en plein bonheur. Malheureusement, il est en mer lorsque naît une petite fille, baptisée Horatia, afin qu’il n’y ait aucune équivoque possible. N’oublions pas que l’Amiral Nelson s’appelle Horatio...

 

De son côté le mari est parfait, il fait semblant de ne pas remarquer la présence de la sage-femme sous son toit. Aveugle, il joue également à l’homme sourd lorsque le nouveau-né pousse des hurlements...

 

 A son retour, il apprend que la chère Emma a acheté pour lui une charmante maison de campagne où ils s’installent tous les trois. On y mène joyeuse vie aux frais du mari qui témoigne maintenant de quelque mauvaises humeurs.

 Il envisage même de prendre une fâcheuse décision - le divorce - avant de mourir le 6 avril 1803, après avoir béni l’amiral "le plus loyal ami qui ait jamais existé". On ne peut être cocu avec plus d’allure !

 Cependant son testament réserve une mauvaise surprise : c’est le neveu qui hérite...

 

Nelson, pour consoler sa maîtresse, lui offre la maison de campagne mais ne lui donne pas d’argent. Et puis, peut-être Fanny acceptera-t-elle le divorce et pourra-t-il vivre heureux avec sa chère Emma ?

 A la fin de 1805, Horatio Nelson est devant le cap Trafalgar où il guette la flotte franco-espagnole. Au moment où va commencer la bataille, il descend dans sa cabine, fait son testament et trace ces lignes :

"A tout évènement, je veux faire en sorte que mon nom vous devienne encore plus cher, à vous et à Horatia, les deux êtres que j’aime plus que ma vie, et comme ma dernière lettre avant la bataille sera pour vous, j’ai espoir en Dieu que je vivrai assez pour la finir après la bataille."

 

 L’amiral remonte sur le pont, ordonne la manoeuvre qui doit, en scindant la flotte ennemie en deux tronçons, lui donner la victoire... mais au même instant une balle lui traverse les reins. Il s’écroule. On le transporte au poste des blessés.

 Horatio sait qu’il est mortellement frappé... mais il ne pense qu’à Emma et à leur petite fille.

 Au moment où on vient lui annoncer la victoire - la victoire de Trafalgar - on l’entend encore murmurer :

- Dieu merci, j’ai fait mon devoir.

 

La douleur d’Emma fut immense. Effondrée, elle ne put même pas assister aux obsèques d’Horatio.

 

Maintenant, tout le monde tourne le dos à «la concubine» de Nelson. Lady Hamilton n’est plus reçue nulle part. Elle va sombrer dans la misère.

 En 1814, la paix lui permet de fuir ses créanciers et de partir avec Horatia pour le continent. Elles s’installèrent dans une pauvre ferme de Calais. C’est là qu’Emma - la plus belle femme de son temps - rendit son dernier soupir. Au dessus de son lit se trouvait le portrait - en grande tenue - de l’amiral Horatio Nelson.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Une photo - là - sous vos yeux

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin