Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 15:43

ooioi.jpg"L'usine.

 

Pour éviter de répéter les erreurs de 1918, les pays vainqueurs de la seconde guerre ne souhaitent pas accabler l'Allemagne sous les dettes de réparations. Pour maintenir la prospérité américaine, qui s'appuie sur les échanges avec l'Europe, et faire barrage à l'expansion communiste, Truman, le président américain, signe le plan Marshall en 47.

 

Celui-ci octroie une aide importante aux Européens pour relever l'économie du Vieux Continent. La France se reconstruit et se modernise rapidement. C'est bien, très bien même mais comme dit Mamie : "Le but de la société humaine doit être le progrès des hommes, non celui des choses." 

 

 L'industrie lourde comme la sidérurgie travaille à plein régime pour fournir les matériaux de base de l'économie française en plein essor : elle alimente la construction automobile, le bâtiment, les ouvrages d'art, la production d'électroménager... Les conditions de travail y sont particulièrement difficiles et dangereuses.

 

 Pour accompagner cette croissance, le monde industriel a besoin de bras. La main d'oeuvre manque malgré l'exode rural qui conduit les populations rurales vers les villes. Pour alimenter l'industrie sidérurgique, les lignes de montage automobile, les constructions ou l'extraction minière, les entreprises font appel à l'immigration.

 

 Les résultats ne se font pas attendre : la production industrielle va être multipliée par quatre et demi au cours des Trente Glorieuses. une croissance qui permettra à la France d'accéder aux premiers rangs des puissances économiques mondiales.

 Mais même si les techniques de fabrication se sont modernisées, l'offre ne suit pas et il faut souvent attendre plusieurs mois pour que la voiture tant désirée soit livrée. Par exemple, la Simca Aronde de Mamie a été livrée incomplète... le pare-choc est arrivé un mois plus tard !

 

 L'heure étant à l'augmentation de la productivité, les ateliers s'organisent autour du "travail à la chaîne". Ouvriers et ouvrières répètent le même geste à longueur de journée. Ils sont payés "à la semaine", voire même parfois "à la journée". Leur salaire leur est remis dans une enveloppe, le plus souvent en argent liquide, par une secrétaire qui fait le tour des ateliers.

 

 La hiérarchie des tâches s'exprime clairement dans les bureaux. Installés dans une grande "cage" en verre qui permet de contrôler les activités des ouvriers, les employés tiennent les registres tandis que la secrétaire tape à la machine. Tous travaillent sous la surveillance austère du chef de service : son bureau est disposé afin qu'il puisse garder un oeil sur tout son petit monde. Vêtu d'une blouse blanche, il est le seul à disposer d'un téléphone.

 

 Les jeunes plus instruits, sont capables de s'adapter à l'évolution industrielle et ne veulent plus être limités à des emplois d'ouvriers. Une nouvelle classe de travailleurs apparaît : les "cols-blancs". Des cadres qui ne poseraient pour rien au monde leurs doigts sur un clavier car cette tâche est réservée aux mains féminines.

 A ce propos, ma Mamie disait : "Une dactylo est une personne dont la force de frappe ne représente pas toujours pour son patron une force de dissuasion." Des dactylos qui sont regroupées "en pools". Vissées sur leur chaise, elles tapent à la machine sans discontinuer, sans grand espoir de promotion mais avec un objectif serré : le rendement !

 

 A la cantine, les ouvriers mangent dans le bruit. Les carafes d'eau sont sur la table mais chacun a droit à sa "fillette" individuelle, une demi-bouteille de vin standard de 37,5 cl. Les cadres eux, vont dans la salle à manger où les tables sont recouvertes d'une toile cirée et où chacun a même droit à une serviette en tissu.

 

 Papi n'aimait pas la cantine et apportait sa gamelle pour le déjeuner. Chaque matin, Mamie se levait à l'aube pour lui préparer le repas et le lui remettait dans sa gamelle en fer-blanc.  

 

 Le sentiment de "mieux-vivre" par comparaison aux années précédentes met alors le sourire aux lèvres des Français. Mais la base gronde lorsque les revenus des salariés suit avec retard les augmentations liées à l'inflation.

 

 A la fin de la journée, comme les foyers restent encore peu équipés en automobile, la vie est organisée sans voiture. On va travailler en vélo, en transport en commun ou même en solex et ont vit souvent à proximité de son lieu de travail. Certaines entreprises organisent le transport du personnel jusqu'à l'usine.

 Ceux qui ont la chance d'avoir une automobile ne l'utilisent la plupart du temps que le dimanche, pour aller faire un tour à la campagne ou rendre visite à la famille.

 

 "Conducteur du dimanche", comme disait Mamie pour se moquer d'un conducteur moins habile...

 

 

Collection "Mamie est sortie"

Au cimetière - Mamie à Plougastel -  Mamie part en vacances - Mamie à la foire aux bestiaux - Mamie à la fête de la Rosière - Le bal du 14 juillet - Au camping - Mamie au camping - Au Tour de France - Mamie au Salon de l'auto -  Mamie part en colo - Mamie à la poste - Mamie va à l'école - Mamie pique-nique !  

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Ma Mamie m'a dit

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin