Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 00:00

bal"Les noces villageoises.

 

 A Plougastel-Daoulas, les mariages avaient tous lieu, une fois l'an, le premier mardi qui suit le dimanche des rois : vingt-trois couples s'étaient présenté devant "Monsieur le Recteur" en 1904 pour recevoir la bénédiction nuptiale. Au moment du grand jour, Plougastel avait été envahi ! 

 

 Les noces se faisaient pompeusement et bruyamment. Tous les amis et parents du voisinage y étaient conviés et, dans la maison de la jeune mariée, on se ruait en cuisine au moins une semaine à l’avance. Au besoin on démontait les portes qui peuvent gêner la circulation.

Excusez du peu.

 

 L’atmosphère était à l’abondance : abondance de mets et abondance de chansons et de grivoiseries... On comptait jusqu’à six ou sept plats de viande et de volaille ; viande en daube et oies rôties y abondaient. On sortait les nappes blanches "du trousseau" et la belle vaisselle que l’on empruntait à la famille. Les noces de Cornouailles rassemblaient parfois plus de mille cinq cents personnes.

 1500 !

 

 Pour ces agapes, on cuisinait jusqu’à quinze boeufs, dix vaches, trente veaux, un millier de volailles et de lapins, sans compter les tripes et les andouilles, les mille deux cents miches de quatre livres et les soixante-quinze barriques de vin et de cidre...

Rien que ça.


 Ma Mamie m'a dit que ces intermédiaires matrimoniaux existent dans bien d’autres régions. Dans la Loire, on les appelle les barendro. Suivant une vieille coutume provençale, après le mariage à l’église, on faisait franchir, en sautant, à tout le cortège, mariés en tête, une barre fleurie posée entre deux chaises. Plus la jeune fille était considérée, plus on plaçait des barres sur son passage.


"Cette barre vous invite à la sauter gais et unis : vous trouverez tant d’obstacles dans la vie !

Mais courage, union, solidarité et amour seront dans votre avenir..."


Dans le Poitou, ce n'était pas la même musique et un tout autre cérémonial. La mariée, sortant de la maison familiale au bras de son père, rencontrait au seuil de sa maison un obstacle prévu : un ruban de soie blanche tendu par une dame âgée et un très jeune enfant, amis de la famille. Armée de ciseaux, la future mariée coupe la fragile barrière symbolisant le cordon ombilical sécurisant qui la reliait encore à sa famille. Après quoi, souriante, elle partait vers sa nouvelle destinée pour fonder sa propre famille.


 L’Auvergne, quant à elle, était favorable aux mariages entres hommes et femmes un peu plus âgés que la moyenne selon le proverbe "Vieille viande, bonne soupe" mais les mariages entre jeunes et vieux restaient bien vus comme en atteste cet autre proverbe "A vieux chat, jeune rat !" Par contre, on insiste sur la nécessité de se marier avec ceux et celles que l’on connaît bien ; il n’est nullement nécessaire de prendre femme au loin., "Qui prend la fille du voisin en connaît tous les défauts". C’était de plus une bonne méthode pour garder au village les biens apportés par la dot ou la corbeille de mariage...


 Le cortège était sérieux et ordonné jusqu’à la célébration mais après, il arrivait que le chahut s’installe : on chantait, on riait, on dansait au son de l'accordéon ou du violon, on embrassait toutes les dames, les vieilles comme les jeunes, les laides comme les jolies... et on s’arrêtait dans les petits cafés... (que Dieu les pardonne !)

 

 Au dessert, comme de bien entendu, monsieur le curé se levait et parle : "Mes enfants, vivez honnêtement, aimez-vous bien et vous serez heureux..." On chantait alors une chanson  du vieux temps. C’était le signal d’une sorte d’intermède musical, où, tour à tour, les garçons d’honneur et les jeunes filles chantaient des romances sentimentales. Puis tout à coup, deux ou trois vieilles femmes entonnaient "la chanson de la mariée", grave et mélancolique, jugez plutôt :

"Vous n’irez plus au bal, madam’la mariée,

Vous voilà donc liée

Avec un long fil d’or

Qui ne rompt qu’à la mort.

Acceptez ce bouquet que ma main vous présente. C’est pour vous faire entendre

Que tous ces beaux honneurs

Passeront comme fleur..."

 

 A en croire les traditions et les superstitions, la mariée devait être vigilante. En effet, pour que le mari n’ait pas toute autorité dans le ménage, elle devait, en montant les marches de l’église, commencer l’ascension en levant le pied droit. De même, elle devait légèrement replier l’annulaire gauche où son seigneur et maître passait l’anneau : s’il s’enfonçait facilement, il serait tyran et l’épouse esclave.

Méfiance donc.


Enfin, si le jour du mariage, la jeune épousée portait les bas de noces d’une personne ayant été heureuse en ménage, elle sera à son tour assurée du même bonheur.

Bon à savoir.


Et que l’on ne se désole pas si la pluie assombrit le ciel en ce jour heureux, elle est signe d’argent et de prospérité pour les jeunes époux et leurs futurs enfants.

Comme quoi...


 Le bal pouvait commencer. Il allait se prolonger fort avant dans la nuit. Les mariés n’attendaient pas qu’il finisse. Ils s’esquivaient dès onze heures et aller en catimini se retirer dans quelque maison lointaine où ils espèraient passer en paix leur nuit de noce.

En vain !

 

 Le secret de leur fuite était éventé : on se mettait à la recherche du lieu où ils s'étaient claquemurés et on les trouvais toujours. Vers une heure du matin, un coup de fusil leur apprenait qu’ils étaient découverts : toute la noce assaillait la chambre à coucher et offrait aux époux la soupe blanche. En Auvergne, c’était le rôti des mariés. De toute façon, c’était presque toujours un affreux breuvage au lait ou au vin rouge avec un mélange de gâteaux secs, de bouchons, d’épices, d’ail, le tout présenté avec beaucoup de goût... dans un pot de chambre !


 Beau papa avait parlé de Mamie en ces termes fort élogieux : "Ah ! ce sera une bonne épouse notre Hélène, elle travaille plus fort que deux chevaux !" C’était le plus bel éloge qu’un beau-père pouvait faire de cette jeune épousée.

 

 Inutile de dire que beau papa était cultivateur...

 

 

Collection "Mamie est sortie"

Au cimetière - Mamie à Plougastel -  Mamie part en vacances - Mamie à la foire aux bestiaux - Mamie à la fête de la Rosière - Le bal du 14 juillet - Au camping - Mamie au camping - Au Tour de France - Mamie au Salon de l'auto -  Mamie part en colo - Mamie à la poste - Mamie va à l'école - Mamie pique-nique ! 

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Ma Mamie m'a dit

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin