Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 12:06

Depeche"La radio.

 

 Mamie a huit ans quand elle tombe nez à nez sur un reportage de Georges Briquet, émerveillée, elle "voit" Louison Bobet s’échapper en solitaire dans l’Izoard. Et ces sons restent gravés comme s’il s’agissait d’images.


 Plus tard, le Radiola familial en Bakélite lui a imprimé des airs indéfectibles des années 40 qui venaient de se terminer : "C’est une fleur de Paris", "Dans les plaines du Far West", "On boit l’café au lait, au lit", des refrains qui commencent à danser dans sa mémoire.

 

 Dans la foulée, elle a entendu que "de gaulle s’en allait", puis que "Gandhi avait été assassiné". Comment oublier les photographies de ses obsèques dans France Illustration avec son corps recouvert de fleurs qu’on installait sur le bûcher.

  

 La nuit de septembre 1948 est son souvenir radiophonique le plus intense de ces années-là : son père avait mis le réveil - une fois n'est pas coutume - à 4 heures du matin pour écouter la radio. Il avait fait du café après l’avoir moulu et sorti la poudre de son tiroir pour la mettre dans la cafetière. Pour lui et pour les voisins aussi. Comment les enfants auraient-ils pu dormir ? On leur avait dit qu’on allait entendre une voix venue d’Amérique et que cette voix allait raconter un grand match de boxe avec notre héros, Marcel Cerdan, qui voulait devenir champion du monde. Dans la France entière, des millions de personnes s’étaient réveillées à la même heure pour écouter la retransmission. Tout le monde avait pris soin de régler le curseur  du poste sur la bonne fréquence. On entendait alors la voix de Pierre Crenesse et un brouhaha insensé. Du délire ! Et lorsque le père et les voisins bondirent de joie, Mamie comprit que ça y était, Cerdan était champion du monde !

 

 Un an plus tard, les voix du poste avaient des intonations funèbres : Marcel cerdan était tué dans le crash, aux Açores, du Super Constellation d’Air France qui le conduisait aux Etats-Unis où l’attendait Edith Piaf, dont le déchirant et prémonitoire "Hymne à l’amour" allait concurrencer sur les ondes le "Petit Papa Noêl" de Tino Rossi.

 

 En 1950, on compte en France 6 millions de récepteurs. Ni plus, ni moins. Du petit en Bakélite au monumental en ébénisterie, il y en a pour tous les goûts. Le choix n’est pas facile tant les marques sont nombreuses et foisonnent dans les pages de publicité des magazines. "Le monde entier chez vous avec Régal", "Skymaster, champion des postes portatifs avec ses huit lampes miniatures américaines"; "Une invention française qui fait le tour du monde : Mega" ; "Pour moi toute seule, j’utilise mon Philips à ma guise. Un petit poste élégant et coquet assorti à la couleur de ma chambre" ; "Mes parents ont leur poste. Moi, j’ai ma Radiolinette Radiola" ; "Entendre tous les reportages avec Schneider" ; "L’Amérique surclassée : Brand Spread, le poste des cinq continents. 300 stations reçues avec la précision du radar" ; "Le poste de l’an 2000 : le Glob tester universel. Les cinq continents dans une valise". Et d'autres, tant d'autres.

 

 Si la télé fait son apparition Mamie n'en a cure, elle continue de vivre un certain temps au rythme de la radio, de ses rendez-vous. A peine réveillée, Mamie saisit des bribes de phrases, des mots, des noms : Corée, 38e parallèle, Truman, bombe H, Laurent Dauthuille, cortisone, ennemi public n°1, Ionesco, marquis de Cuevas... Après, heureusement, il y a des chansons. La "Cabane au Canada" passe en boucle. Si on ne la connaît pas par coeur, c’est qu’on est sourd !

 

 Des années plus tard quand les années 50 prendront fin avec la catastrophe du barrage de Malpasset à Fréjus, elle se souviendra des émotions, des rires, des enthousiasmes, de cette ambiance de veillée autour du poste. Un souvenir ineffable. 

 

 Comment oublier Carmen et La Hurlette, les deux clochards de "Sur le banc" qui évoquent l’actualité et les potins qui finissent leur conversation par la question : "Qu’est-ce qu’on mange ?"

 

 Le dimanche chez sa grand-mère, à l'heure du déjeuner, avant d'attaquer le lapin aux olives ou les gnocchis à la sauce aux noix -, la famille écoute le "Grenier de Montmartre" et de ses chenapans, des chansonniers Edmond Meunier, André Rochel, Maurice Horgues, Robert Rocca, Françoise Dorin... Les commentaires fusent "Qu’est-ce qui leur mettent, aux ministres, aux députés et au percepteur !" Et à la fin, rituellement, et en chanson s'il vous plaît, le sempiternel... "Pour informer le monde avec la voix des ondes, il y a, il y a, il y a les chansonniers. Au revoiiir, au revoiiir, notre émission est terminée et nous fermons notre Grenier..."

 

 Le mercredi soir, place au "Club des chansonniers" sponsorisé par une marque d’apéritif ("Avec Martini, Martini, Martini, le monde entier chante et sourit..."). Et que dire de la famille Duraton, l'émission préférée de ma Mamie...

 

De 19 h 45 à 19 h 55, les discussions cessent autour de la table familiale, couteaux et fourchettes sont condamnés au silence pour cette grande messe radiophonique suivie par la France entière. On entendrait une mouche voler. Ded Rysel est le père Duraton, Jean-Jacques Vital, le fils, Jacqueline Cartier, sa femme. Leur fille Lisette est fiancée à Paul, le voisin de palier, joué par Jean Carmet. Et tout ce petit monde fait ce que ce que fait une majorité de Français "moyens" : ils parlent de tout et de rien, des choses de la vie quotidienne et des évènements. Râlant comme il se doit contre les députés et le fisc. C’est comme si chaque Français s’écoutait lui-même ou écoutait sa femme, ses enfants.


Mamie se souvient aussi de "La coupe interscolaire", grand jeu de questions arbitré par "Monsieur Champagne" et de ces rengaines selon les réponses : "Merci, merci, Monsieur Champagne, vous nous avez bien renseignés" ou "Zéro, zéro, Monsieur Champagne, vous nous avez mal renseignés."


Et Jean Nohain, dit "Jaboune" sa "Reine d’un jour", où les annonceurs dotent richement une auditrice choisie pour ses malheurs. Sa gentillesse fait passer les gaffes de ce tête en l'air : "La plus jeune de mes filles est enceinte, sans savoir de qui ?" - Mais alors vous allez être grand-mère. Vous êtes contente ?"


 Et Radio-Circus patronné par L’Oréal avec ses trois émissions vedettes : le "Crochet radiophonique" et le gong qui a l’insistance du public, interrompt et condamne le chanteur amateur qui lui déplaît ; "Emportez-le avec vous" (un candidat, les yeux bandés, doit trouver le nom d’un objet placé devant lui) ; "Quitte ou double" enfin présenté par Zappy Max. Et la porte qui couine dans la musique (géniale trouvaille d’André Poo) du générique des "Maîtres du mystère", dont les histoires au suspense remarquablement entretenu font frissonner chaque mardi soir, de préférence dans le lit, lumière éteinte et à l’abri des couvertures. Et Mireille et son petit conservatoire de la chanson qui repère avec un flair inouï les talents prometteurs. Mamie se souvient aussi de "La minute du bon sens" de Saint-Granier juste avant le journal parlé du Poste parisien. Et de Libres propos de Georges Delamare dans les "actualités de midi", chronique quotidienne des préoccupations - grandes et petites - des Français : les bourreaux d’enfants, l’alcoolisme, le franc, la paperasse administrative, la voiture...


Et Geneviève Tabouis et ses "Dernières nouvelles du matin" annoncées sur le ton de ne-le-dites-à-personne. Il y a à boire et à manger dans ses "révélations", mais on pardonne beaucoup à une femme qui a été surnommée "Tante Mensonge" par Hitler... Et "Ecoute, écoute" de Roger Nicolas, du "Canard était toujours vivant" de Robert Lamoureux, de "Qui c’est ? C’est l’plombier" de Fernand Raynaud, des bégaiements de Darry Cowl, du car pour Caen de Devos.

 

Les années radio...

 

Rideau.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les souvenirs de ...

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin