Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 14:00

Anarchiste.jpeg"Le Petit Journal, là, sous vos yeux. 

 

 Une petit journal acheté le 20 novembre 1963. A Dallas...

 Ma Mamie est sur place.

Dans le Texas. Elle n'aurait manqué ce voyage pour rien au monde.

A l'aéroport, elle s'est donc retrouvée devant des formulaires qui comprenaient plus de vingt questions auxquelles on lui demandait de répondre en son âme et conscience.

 Elle m'a dit qu'il faut beaucoup de mémoire pour se rappeler tous les endroits où on a pu séjourner au cours des vingt dernières années, et toutes les maladies qu'on a pas eus.

 Beaucoup d'humour pour convenir qu'on a pas l'intention d'assassiner qui que ce soit pendant le séjour. Et pas beaucoup d'amour-propre pour accepter qu'on vous pose la question : "Vous êtes-vous déjà livrée à la prostitution ?"

  Et puis venait la question n°20 : "Etes-vous ou avez-vous été membre du parti communiste, ou membre d'une organisation qui elle-même aurait été associée à des activités communes à celles du parti communiste ?"

 Ma Mamie a été touchée, ben oui, elle avait participé à des manifs quand elle était gamine.

 La question n°21 était la suivante : "Avez-vous bien compris le sens de la question n°20 ?" Mamie avait parfaitement compris. Cet intéressant curriculum vitae fut remis au service des visas de l'ambassade des USA et elle pu ainsi assister à l'arrivée de Kennedy dans le Texas, extrait : 

 Le trajet est court. L'heure est venue d'affronter la ville redoutée. Le roman de dallas apparaît à la mesure de l'épopée américaine. Avant 1940, ce n'était qu'une petite cité. La découverte du pétrole a tout changé.

 On y cultive un mythe aussi commode que dangereux : celui du vieux Texas, "de ces hommes virils, hardis cavaliers, tireurs redoutables, appliquant eux-mêmes la loi".

 Ce pittoresque cache parfois mal certaines réalités : on tue plus à Dallas que dans l'Angleterre entière. Dallas, "ville de violence et d'hystérie", dit Schlesinger ; "un univers impitoyable", rajoute J.R Ewing.

 

 La veille de l'arrivée du président, un chroniqueur sportif a suggéré que JFK ne parlât que de navigation à voile. "S'il choisit ce sujet, il sera entouré de chaleureux admirateurs.

 S'il parle de Cuba, des droits civiques, des impôts ou du Vietnam, il y en aura sûrement un pour lâcher une bordée de mitraille dans le gréement présidentiel."  Seulement voilà, John F. Kennedy n'a nullement l'intention de parler de navigation à voile à Dallas :

- Un homme fait ce qu'il doit, en dépit des circonstances personnelles..."

 

Il a prévenu Jackie :

- Il y aura au déjeuner toutes les riches matrones avec visons et diamants. Tu seras la plus merveilleuse, mais dans la simplicité. Tu montreras à tous les Texans ce qu'est le bon goût.

Pour rejoindre le Trade Mart, on traversera toute la ville. Les services de sécurité ont estimé que cela prendrait 45 minutes.

La Lincoln roule vers le viaduc. Il fait chaud.

Très chaud.

 

Jackie se souviendra avoir pensé : "Comme la fraîcheur du tunnel va être agréable..."

Elle se tourne vers la gauche pour répondre aux applaudissements. Sur la droite, un petit garçon de cinq ans lève la main pour saluer le président. John F. Kennedy lui sourit et lève aussi la main pour lui répondre.

 Il est exactement 12 h 30.

 

C'est à ce moment-là que le président John Fitzgerald Kennedy va être assasiné. 

Ma Mamie m'a dit qu'elle était chez sa soeur lorsqu'elle a appris la nouvelle. Et qu'elle avait pleuré à chaudes larmes. Elle a ajouté : "Même ma soeur qui était pourtant une dure à cuire était ébranlée par la nouvelle". 

 Tout a été dit sur sa mort. Rien n'a été démontré.

 

 Seul Oswald aurait pu désigner ses complices. Ruby, qui a assassiné Oswald, a agi quand il le fallait et comme on le lui a sans doute ordonné. La dépouille de JFK a été portée, sur un affût de canon, dans la rotonde du Capitole.

 Devant le cortège, s'avançait un cheval sans cavalier. Sa présence évoquait une tradition remontant à Gengis Khan, aux temps où l'on croyait que le cheval devait franchir avant son maître la "Grande Porte du ciel".

 

 Plus de 250 000 personnes allaient défiler, dix-huit heures durant, devant le corps du président assassiné. Ce même dimanche, on vit Jacqueline Kennedy, tenant par la main Caroline et le petit John, gravir les trente-six marches de marbre qui conduisent à la rotonde.

Point de larmes sur le beau visage encadré d'une mantille de dentelle noire, mais une pâleur extrême.

 Et un regard qui apparentait cette jeune femme à un long cortège du passé, celui de la tragédie.

 

 Incarnant la piété d'une nation, des centaines de milliers d'hommes et de femmes se sont portés sur le passage du cortège jusqu'à Arlington, le cimetière national américain, où repose le soldat inconnu. C'est là, dans le périmètre réservé aux héros tombés au camp d'honneur, que John Fitzgerald Kennedy sera inhumé.

 

 Autour de cette tombe, s'élèvera la douleur du monde.

 

 

Collection "Mamie explore le temps"

Lee Harvey Oswald -  Stavisky ou la corruption - Sarajevo ou la fatalité - Jeanne d'Arc -  Seul pour tuer Hitler -  Leclerc - Sacco et Vanzetti - La nuit des longs couteaux - Jaurès - Landru - Adolf Eichmann - Nobile - Mr et Mme Blériot - Les Rosenberg - Mamie embarque sur le Potemkine -  L'horreur à Courrières - Lindbergh - Mamie au pays des Soviets - Jean Moulin face à son destin - Mamie est dos au mur - L'assassinat du chancelier Dolfuss - L'honneur de Mme Caillaux - Mamie au pays des pieds noirs - La Gestapo française 

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Mamie explore le temps

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin