Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 14:24

Eichman.jpg"Une photo, là, sous vos yeux.


 Dans la salle du tribunal de Jerusalem, cinq cents journalistes venus du monde entier subissent la fascination de cette cage de verre étrangement érigée auprès de l'estrade où les juges vont prendre place. Elle demeure encore vide mais chacun sait que ce cube translucide est à l'épreuve des balles.

 Tout à coup, l'accusé entre. Il s'assied. Sans hâte. Il fixe les écouteurs à ses oreilles.

Quoi ! C'est donc là Eichmann l'Exterminateur ! Cinq cents hommes et femmes considèrent avec stupeur ce personnage falot, image du fonctionnaire discret, semblant créé et mis au monde pour passer inaperçu.

  Ils le découvrent maigre, frêle, à demi chauve, portant des lunettes.

Un témoin l'écrira : il avait l'air d'un comptable effrayé à l'idée de demander une augmentation".

 D'évidence, il cherche à se donner une contenance. Il s'applique à ne pas rencontrer le regard des journalistes.

Il tapote ses écouteurs.

 Ce que chacun sait dans cette salle, c'est que le costume bleu sombre qu'il porte a été coupé par un tailleur juif. Comme les magistrats qui vont le juger, juifs les gardes qui surveillent les issues de la salle, les sentinelles qui campent sur le toit...

 La vie de l'homme qui a mis au point la plus prodigieuse machine à anéantir les juifs qu'ait enregistrée l'histoire est tout entière à la merci des Juifs.

 L'appariteur donne de la voix. Eichmann se dresse en même temps et, tourné vers les trois hommes vêtus de noir qui viennent d'entrer, se fige au garde-à-vous. Un témoin croira même discerner dans son regard quelque chose qui ressemble à de la vénération. Avec un peu moins de chance, tous les trois auraient dû prendre place dans l'un de ces milliers de trains acheminés par Adolf Eichmann vers les camps où la mort était scientifiquement calculée.

Au lieu d'avoir été réduits en cendres, comme quelques millions d'autres, ils sont là. Le président Landau porte les écouteurs à ses oreilles et ouvre son dossier. Le procès Eichmann commence.

 

 Seize ans plus tôt, à Joël Brand qui lui demandait s'il n'éprouvait pas de craintes pour l'avenir, Eichmann avait répliqué :

- Nous perdrons peut-être la guerre. Mais moi et ma famille, vous ne nous aurez pas. j'ai pris mes précautions.

 On a jugé à Nuremberg les grands criminels de guerre. Les plus coupables sont morts pendus. Pendant ce procès, quand il était question de la "solution finale" du problème juif, un nom est revenu, comme un leitmotiv : Eichmann.

 On ne l'a pas jugé à Nuremberg : il avait disparu.

 

 L'homme de l'ombre qui a marqué de son zèle effrayant l'organisation de la mort scientifique, n'est jamais sorti de son humilité. Il reconnaîtra à son procès avoir été présent à la conférence de Wannsee mais "assis à côté de la dactylographe".

 Certes l'inspirateur numéro 1 fut Hitler. Goering, Himmler et Heydrich ont mis en oeuvre, au plus haut niveau, le projet démoniaque.

 Que, dans la mémoire collective, le nom d'Eichmann ait fini par se mêler à ceux de ces derniers et devenir presque aussi célèbre qu'eux a dû laisser stupéfait le principal intéressé. Ce vedettariat imprévisible a dû heurter sa modestie originelle.

 

 Pendant seize années, nul n'a su si Eichmann était vivant ou mort. De temps à autre, on reparlait de lui. On affirmait qu'il avait été vu en Autriche, en Italie, ou même en Egypte. D'autres se déclaraient convaincus qu'il s'était, comme bien d'autres nazis, réfugié en Amérique du Sud.

 Sur Eichmann, le silence s'est établi et, peu à peu, l'oubli.

 Or quelques-uns n'oubliaient pas. ils ne pardonnaient pas. Ils savaient non seulement qu'Eichmann était vivant, mais connaissaient toutes les étapes de son existence et l'ampleur de ses crimes.

 

 Eichmann est né, le 19 mars 1906, à Solingen d'un père comptable qui est devenu directeur commercial à Linz. C'est là que le petit Adolf, dès 1914, a grandi et poursuivi des études médiocres, quatre ans d'études primaires et quatre ans de lycée technique. Son père a estimé que mieux valait s'en tenir là. On a vu alors Eichmann travailler quelques temps dans les mines. Il y reste pendant cinq ans et demi.

 Au cours de cette période, s'est produit l'évènement capital de sa vie : il est devenu nazi.

 Cela s'est fait curieusement. Un de ses amis avait adhéré au groupe "jeunes" de l'Association des anciens combattants austro-allemands. Adolf l'y a suivi. Que de nouveaux camarades souhaitassent le retour de la monarchie était le cadet des soucis du jeune homme.

 C'est le temps où sont apparus à Linz les premiers fidèles de Hitler. Dans les rues défilent les groupes de SA ou de SS. Ces nationaux-soacialistes cherchent logiquement à attirer vers eux les garçons motivés. Quand, d'information, Adolf Eichmann s'y rend. Pour voir. Il y rencontre un certain Kaltenbrunner, fils d'un avocat. Leurs pères sont amis. A l'issue de la réunion, le jeune nazi s'approche de lui :

- C'est bien entendu, tu viens chez nous !

Sans songer à discuter, Adolf répond :

- Oui, c'est bon.

 Simple détail : Kaltenbrunner, au parti national-socialiste, milite dans la SS. Par voie de conséquence, Eichmann va devenir SS.

 

 La crise sévit en Autriche. Il est licencié. En désespoir de cause, il préfère regagner l'Allemagne. il emporte une lettre de recommandation, signée Kaltenbrunner, pour la SS allemande.

 Sa vie change de tout au tout.

 Nous sommes en 1934, Eichmann a vingt-huit ans. Jusqu'en 1945, il ne quittera plus l'uniforme noir à tête de mort.

Pour le moment, il n'est que sergent. on lui réserve un poste au Service des affaire juives de la SS.

 Aussi consciencieux que scrupuleux, il estime que, pour accomplir sa mission, il doit apprendre l'hébreu et le yiddish. Il demande une bourse pour recevoir les leçons d'un rabbin.

 On le lui refuse.

 Il décide d'apprendre seul la langue de ses adversaires. Bientôt il en sera assez pour lire les journaux imprimés en yiddish.

Il est envoyé en Palestine. Au retour, il rédige un rapport aussi violemment antisioniste qu'antisémite. 

Il a trouvé sa voie.

 L'antisémitisme est à la source même du nazisme.

 Au lendemain de l'arrivée de Hitler au pouvoir, la chasse aux Juifs a commencé en Allemagne. Eichmann saisit des biens immenses tout en poussant la grande majorité des Juifs autrichiens hors des frontières.

 A Berlin, on s'émerveille. Décidément, on dispose d'un homme précieux. Ses qualités d'organisateur se confirment si exceptionnelles que l'historien britannique Trevor-Roper n'hésitera pas à employer à son propos le mot "génie".

 On le choisit alors pour rejoindre les rangs de la Gestapo. En 1940, Heydrich lui donne la haute main sur un service baptisé IV B 4. autrement dit : la "sécurité raciale". Il va y démontrer toute son efficacité.

 La donne change. Plus question que les Juifs immigrent. Les massacres commencent. Le regroupement des Juifs dans les ghettos confirment les dons d'Eichmann.

 Lentement, mais sûrement, il progresse dans la hiérarchie.

  Le plus curieux est qu'il ne dépassera pas le grade de lieutenant-colonel. Doté de ce grade, il va figurer dans toutes les réunions où se retrouvent les hauts dignitaires du régime et au cours desquelles seront prises, à l'encontre des Juifs, des mesures impitoyables.

 Si, le 20 janvier 1942 à Wansee, Heydrich anime la conférence, c'est Heichmann qui a préparé les notes dont il s'inspire. L'heure est venue d'une solution radicale du problème juif.

 Ce jour-là, on désigne le responsable de toutes "les nécessités administratives, techniques et matérielles" de ce programme : c'est le chef de service Adolf Eichmann.

Heichmann n'est pas un homme de terrain mais sa conscience professionnelle le conduit à vérifier, sur les lieux même, les résultats tangibles de son activité.

 Pour déporter des millions d'hommes, de femmes, d'enfants vers l'Est - terme mystérieux qui signifie la mort -, l'organisation des transports se révèle essentielle. Dans ce domaine, Eichmann excelle. Les trains deviennent ses trains.

Ils partent et arrivent à l'heure fixée.

 Dans les wagons soigneusement répertoriés, s'entassent des êtres humains qui n'existent pour Eichmann qu'en tant que numéros. Les couples qui hurlent parce qu'on les sépare, les mères qui supplient qu'on leur laisse leurs enfants, les petits qui sanglotent parce qu'ils ne comprennent pas : tout cela Eichmann veut l'ignorer.

 Il doit transporter tant de juifs par jour. Il le fait et en est fier.

 Quand il lui faudra assister à des exécutions de masse, il détestera ce contact avec la réalité. Il en reviendra écoeuré, physiquement malade. Il retrouvera sa joie de vivre en se remettant à ses organigrammes.

Un jour, à Bordeaux, on ne parvient pas à remplir entièrement le train prévu. Prévenu aussitôt, Eichmann hurle, trépigne : c'est une trahison, un gaspillage inouï ! Les trains d'Eichmann doivent toujours rouler pleins. Terrorisées, les autorités de Bordeaux jurent que cela ne se reproduira plus. Jamais !

 Et voici le "chef d'oeuvre" d'Eichmann : en 1944, il va pratiquement vider entièrement la Hongrie de ses Juifs. Plus de quatre millions sont acheminés vers les camps. Il a droit au titre que lui a décerné Simon Wiesenthal : le Grand Exterminateur.

 

 Avec cela, bon mari, bon père.

 Son épouse sait seulement que son mari travaille beaucoup, qu'il est rarement à la maison, qu'il voyage.Elle voit en lui un fonctionnaire sérieux, ponctuel. Elle le donne en exemple à ses fils.

 Pour lui-même, il faut reconnaître que Eichmann n'a jamais rien réclamé. Il n'est pas de ses dignitaires nazis, comme Goering, qui ont réalisés d'immenses fortunes par leurs exactions, leurs trafics ou pots-de-vin. Toujours Heichmann s'est contenté de sa solde d'officier SS.

 Ce qui fait que, chez les Eichmann, on est plutôt à l'aise, mais que l'on ne roule pas sur l'or.

 A mesure que les années passent, les amis d'Eichmann remarquent seulement qu'il boit davantage. Surtout du cognac. Et qu'il fume beaucoup trop. A Budapest l'exemplaire Eichmann se laisse même aller à nouer une liaison avec une jeune femme de la noblesse.

A Budapest, il déclare devant témoins :

- Cent morts, c'est une catastrophe. Cinq millions, c'est une statistique.

 Et puis, un jour, l'empire de Hitler s'effondre. On calcule que 5 à 6 millions de Juifs ont péri. Ce qui amènera Eichmann à cette réflexion recueillie par un Hollandais Nazi, Willem Sassen :

- Pour être tout à fait franc avec vous, je vous avouerai que si nous avions tué tout le monde, les 10 300 000 juifs, je serais heureux et je dirais : "Mission accomplie : l'ennemi n'est plus."

Il soupirera :

- Beaucoup de juifs ont survécu...

 Il se posait des questions : sans doute n'avait-il pas travaillé assez. Les hommes et les évènements avaient élevé trop d'obstacles sur la route.

Ces incroyables confidences ont été conservées, il les a exprimées en 1957, alors que la guerre était terminée depuis douze ans. Pour échapper à ceux qui le poursuivaient, il avait mis l'Océan entre eux et lui. Avant de se faire prendre...

 Adolf Eichmann va se révéler un prisonnier modèle. Discipliné au-delà de toute expression. Dans sa prison ou au cours de sa promenade quotidienne, dès qu'il aperçoit un officier, il se fige au garde-à-vous.

 Son appétit reste excellent.

 Sa thèse ne changera pas, il la soutiendra durant tout le procès : il a exécuté les ordres ; il était un soldat, il lui appartenait d'obéir, a-t-on intenté un procès aux aviateurs qui ont largué la bombe atomique sur Hiroshima ? 

 Ce qu'il ne comprend pas c'est que lui, Eichmann, est allé au-delà de l'obéissance. Il a innové, inventé, cherché toujours la perfection de l'efficacité. Il a fait en sorte que la Solution finale aille jusqu'à son aboutissement extrême. Il a transmué un ordre abstrait en une réalité en forme d'apocalypse.

 Une centaine de témoins à charge. A la barre, l'horreur. On voit un écrivain polonais, survivant de l'enfer d'Auschwitz, s'évanouir au cours de sa propre déposition et s'abattre sur le sol.

 Ces dépositions, Eichmann les écoute avec attention.

Il prend des notes.

 Quelquefois, il ergote mais toujours sur des points de détail, jamais sur l'essentiel. Une fois pourtant - une seule - le 95ème jour du procès, il se lève sans être interrogé et, pesant d'évidence les mots, s'exprime ainsi :

- Je dois admettre que je considère aujourd'hui l'extermination des Juifs comme l'un des pires crimes de l'Histoire. Mais elle a eu lieu et nous devons tout faire pour qu'elle ne se reproduise pas.

Quand le juge annonce le verdict, Eichmann ne manifeste aucune émotion.

L'avant-veille de sa mort, il reçoit des journalistes français. Ni eux, ni lui ne savent qu'il n'a plus que deux jours à vivre. Eichmann redit que, seuls, ses chefs étaient responsables de la Solution finale et qu'il n'a été qu'un agent d'exécution.

C'était le 29 mai 1962. Le surlendemain, c'en est fait d'Adolf Eichmann. Il est prêt de minuit.

 

Après m'avoir raconté la vie du Grand Exterminateur, ma Mamie m'a alors dit, je cite : "Tu vois mon petit, parfois il faut désobéir".

Et elle a ajouté : "Et parfois, ce n'est pas bon de trop bien travailler."

 

 

Collection "Mamie explore le temps"

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Mamie explore le temps

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin