Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 00:08

972f99b7"Roehm.

 

 Roehm est un officier de 14-18. Il s'est bien battu. Défiguré dans un combat, la chirurgie esthétique lui a refait le visage et remodelé un nez. Il lui en reste des traces évidentes.

 Roehm est repoussant. Et aigris.

 Comme tant d'autres Allemands, il est sorti amer, désespéré de la défaite. Officier dans l'armée de l'armistice, il organise la garde civile bavaroise pour écraser les rouges.

 C'est le temps où se crée le parti ouvrier national-socialiste. Quelques dizaines de membres, pas plus. Il voit alors apparaître un certain Adolf Hitler, lui aussi envoyé par l'armée

 Intéressant, ce hitler qui parle bien.

Roehm conseille aux membres du minuscule parti de faire de lui leur propagandiste. Roehm est donc le premier qui ait cru en Hitler.

 C'est à lui que le futur Führer doit sa carrière. Roehm se veut le plus fidèle, le plus ardent de ses disciples. Son ami le plus intime et peut-être le seul. Hitler tutoie Roehm alors qu'il ne tutoie personne, en tout cas aucun de ses lieutenants.

  Lors du putsch de 1923, Roehm sera à Munich avec Hitler et Goering. Après l'échec, il reconstituera les Sections d'assaut. Il y croit, à ses S.A.

 

 Le jour vient où le vieux maréchal Hindenburg désigne Adolf Hitler comme chancelier d'Allemagne. En 1934, un an plus tard, on dénombre trois millions de S.A.

Leur chef est toujours Roehm. Décidément, il faut compter sur Roehm. 

 Cette conquête d'Hitler, les SA y ont beaucoup contribué. Le traité de Versailles n'a laissé en Allemagne qu'une minuscule armée, la Reichswehr, 100 000 hommes en 1921.

 En a découlé, pour les Allemands, une impression aiguë de frustration. Les groupes paramilitaires SA formés partout en Allemagne correspondent à une aspiration profonde. Les anciens combattants revêtent avec joie l'uniforme.

 Le dimanche, au lieu d'aller pêcher à la ligne ou de boire de la bière, ils défilent et font l'exercice. Un plaisir comme un autre.

 N'oublions pas les électeurs allemands. Les SA incarnent à leurs yeux la puissance.

 Quand les SA entreprennent la chasse aux communistes, des millions de petits-bourgeois allemands se sentent satisfaits. Quand les SA inaugurent la chasse aux juifs, des millions d'antisémites allemands applaudissent.

 Une fois le parti nazi au pouvoir, les SA en récoltent les fruits. Beaucoup d'argent glisse vers leurs caisses. Et puis avec eux, le nouveau chancelier a conscience de posséder une armée supplétive à ses ordres, capable de juguler toute opposition, prête à écraser ses propres ennemis. Les SA, aux yeux de tous, incarnent l'hitlérisme.

 

 Les mois passent. L'horizon s'assombrit. Pourquoi ? Parce que, peu à peu, les trois millions de SA incarnent un Etat dans l'Etat. Qu'adviendrait-il si elle s'écartait de la discipline jusque-là consentie et si elle voulait mener sa propre politique ?

 Pour le tout jeune État nazi, la menace serait grande. Trop grande.

 Et puis Roehm parle trop. Il parle d'une nouvelle révolution. Selon lui, la première a eu pour effet de mettre Hitler au pouvoir. Maintenant que le pouvoir est conquis, il faut réussir la seconde, c'est à dire socialiser l'Allemagne.

 On répète, chez les SA qu'il faut aiguiser les longs couteaux. Origine d'une expression appelée à rester dans l'histoire.

 Le 29 juin, Hitler est à Essen. La nuit est tombée. A 21 h 30, une voiture : celle de Goebbels. Hitler l'accueille sur la terrasse, le fait asseoir. Goebbels est grave, tendu. Il parle du danger SA, évoque les paroles de Roehm, la nécessité d'agir sans retard pour éviter le pire. Hitler écoute.

 Vient ensuite un message de Himmler : dans toute l'Allemagne, on constate parmi les SA une extrême nervosité et des préparatifs guerriers. Tout cela est faux. Chez tous les SA règne un calme absolu. On ne pense qu'au prochain départ en vacances.

 Le lendemain, à 10 heures, Hitler s'installe au siège Munichois du parti.

 Goebbels téléphone à Goering. Il prononce un seul mot : Colibri. C'est le signal. Celui de l'un des massacres de l'Histoire.

 La chasse à l'homme a commencé dans Berlin. Ils sont dix-huit, les hommes de la Gestapo qui sillonnent la capitale, porteurs de petites fiches blanches. Parvenue à l'adresse indiquée, ils sonnent, demandent à rencontrer celui qu'ils sont chargés d'éliminer. Quelquefois, ils l'abattent sans autre forme de procès.

 D'autres fois, ils l'arrêtent, le conduisent à l'École des cadets. Là, on fusille. Il ne faudra que quelques heures pour que l'état-major SA de Berlin soit tout entier abattu. Hitler va gracier Rohem en raison des services rendus. Avant de changer d'avis...

 A 19 h 30, Hitler quitte Munich en avion. A travers toute l'Allemagne, le massacre continue.

On tue, on tue.

Ernst qui partait en vacances a été arraché au bateau qu'il allait prendre. On l'a ramené à Berlin - et fusillé. Goering assisté à son mariage, Hitler avait été son témoin.

 

Quand l'avion de Hitler atterrit à Tempelhof, une foule dense l'attend dans le crépuscule.

 

La radio a annoncé la "purification". Alors, la foule  acclame le purificateur.

 Le 2 juillet Hitler reçoit les félicitations de Hindenburg. Le 13 juillet, le Reichstag, debout, l'acclame. 

 Le 2 août 1934, le maréchal meurt. Hitler lui succède. Les Allemands approuvent par plébiscite : 88 % des suffrages.

 Ma Mamie m'a dit que le sang des SA avait cimenté un pouvoir désormais sans limites...

 

 

Collection "Mamie explore le temps"

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Mamie explore le temps

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin