Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 17:03

4bs080vk"Avertissement.

 

Cet article fait parti de la collection "Mamie raconte Hugo". Il s'adresse aux personnes qui aiment ma Mamie, Victor Hugo ou tout simplement les jolies mariages !

 

Victor est ruiné. Il n'a plus un sou. Mais qu’importe pour lui la pauvreté ? Au diable l'avarice comme dit Mamie ! La seule chose qui compte c’est l’interdiction continuelle de rencontrer Adèle.

 C’est qu’il meurt d’amour pour elle. Je dis bien : il meurt.

 Pire, il est à bout. Oui, elle l'aime.

Mais comme toutes les femmes qui aimeront Victor Hugo, elle a du mal à le suivre.

 Victor fait le forcing, il sort le grand jeu. Le lot du joueur est de sans cesse doubler sa mise. Il passe au plan B en se faisant remarquer dans la presse. Le geste est là. Il est beau.

 Mais les parents d'Adèle ne bronchent pas et restent inflexibles. 

 

 Eperdument, il cherche une porte de sortie. Une solution, une seule : ne plus se contenter de suivre - de loin - les pas d’Adèle. L’approcher, lui parler.

 Chercher l’occasion.

 Il court sur les traces de celle en qui il a placé toute son espérance. Rue Bourbon-Villeneuve, Palais Royal... Chaque fois, Adèle la futée a aperçu son amoureux.

 Elle l’aime toujours !

 Ils se voient mais ils ne se parlent pas. Mamie l’affirme de source sûre, ils ne se sont pas parlé une seule fois entre le 26 avril et le 11 octobre 1820. Il a tenu six mois !

 

Ils vont se fâcher avant de se réconcilier. Cela dure guère. Victor souhaiterait qu’Adèle lui écrive plus souvent mais Adèle tremble toujours que leurs relations secrètes se découvrent. Du coup, ils se fâchent de nouveau.

 Rassurons-nous, la correspondance reprendra et ils se reverront.

Et puis, ils se fâcheront de nouveau, se réconcilieront encore.

François Mauriac : "Quand un homme se souvient d’une époque où il aimait, il lui semble que rien ne s’est passé pendant ce temps-là."

 

Il s’est passé que Victor s’est mis à composer un roman.

Oui, un roman. Un roman qui n’a été entrepris que pour compenser l’absence d’Adèle.

Toujours elle ! 

On en est là quand le malheur frappe les Hugo. C’est Adèle qui raconte le drame en quelques phrases naïves - d’autant plus touchantes :

"La mère de Victor est morte. Nous voilà devant l’inflexible. Vous pleurez, vous criez, vous vous tordez, vous essayer de ranimer ce cadavre, il est de glace. Aucun souffle n’échauffera cette lèvre ; pas une larme ne mouillera cette paupière. Si vous remontez de l’homme à l’enfant, vous trouverez votre mère.

Penchée sur vous, âme et corps, elle dirigea vos pas incertains et votre pensée balbutiante. Jamais elle ne vous railla et gravement vous reprenait.

Vous sanglotez à vos souvenirs. La mère grandit avec vous, la flamme s’affermit sur votre front...

De la mère et du guide, rien, pas même le fantôme."

Jamais Victor n’a éprouvé l’impression d’une solitude aussi accablante. Revenant, l’âme glacé, du cimetière, il s’interroge : quelle raison lui reste-t-il d'exister ? Ce père qui vit à Blois ? Il ne sait rien de lui.

 Le frère aimé ? Il est bien lointain. Eugène ? Mieux vaut ne pas en parler. Sa fiancée ? Il sait qu’elle continuera de lui être refusée par ses parents.

Pourtant, c’est vers Adèle qu’il ira.

Et Victor courut la voir. Il découvre les fenêtres toutes illuminées. Il entend de la musique, des rires aigus qui montent de l’ombre du jardin. De leur jardin ! Il se glisse entre les arbres et aperçoit Adèle en robe blanche qui danse et qui rit 

 Le coup est rude. Un choc affreux qu’il n’oubliera jamais.

 Le lendemain, Adèle se promène dans le jardin. Elle voit soudain Victor devant elle. Il est si pâle qu’elle comprend aussitôt. Elle s’élance vers lui :

 - Qu’y a-t-il donc ?

 - Ma mère est morte. Je l’ai enterrée hier.

 - Et moi, je dansais !

  Ensemble, les sanglots montent de leurs gorges.

 C'est la fin de sa période la plus dure.

  Aucun nuage n’assombrira plus l’horizon.

Ni celui du poète, ni celui du fiancé.


Le mariage sera célébré le 12 octobre 1822. Sitôt le repas achevé, on danse. Il faut reconnaître qu’elle est bien jolie, dans ses voiles blancs, Adèle Hugo, son visage radieux cerné par les torsades noires.

 Et mince, si mince !

Au fait, tant qu'on y est, n’est-il pas beau, lui aussi, le marié ? Les invités, à qui mieux mieux, répètent que ce bonheur fait plaisir à voir. La fête s‘achève. On les conduits à leur chambre. Ils sont seuls.

 Enfin ! 


 Mamie sait tout de Hugo.

Ce qu’il n’a pas dit sur lui-même, d’autres s’en sont chargés. Même ses nuits d’amour sont connues en détail. A commencer par la première.

Serrant pour la première fois contre son corps celui de la bien aimée, il lui a prouvé neuf fois son désir.

 C’est beaucoup. C’est trop.


Il écrit : "L’homme a reçu de la nature une clef avec laquelle il remonte sa femme toutes les vingt-quatre heures."

 

Charmant.

 

Collection "Mamie raconte Hugo"Victor et Adèle se marientVictor et Adèle ;  Les châtiments de Mamie ;  L'éveil du petit Hugo

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Mamie explore le temps

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin