Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 17:58

Aubagne"Les sentons de Provence.

 

Aubagne. La ville natale de Marcel Pagnol qui a enfanté de La gloire de mon père ("Je suis né dans la ville d'Aubagne, sous le Garlaban couronné de chèvres, au temps des derniers Chevriers"), Jean de Florette ("Je vais à Aubagne vendre mes légumes").

 Sans oublier Manon des sources ("Je t'aime Manon, je t'aime d'amour"), Le temps des secrets ("L'ambition, c'est la richesse des pauvres") et Le château de ma mère ("Telle est la vie des hommes, quelques joies très vite effacées par d'innoubliables chagrins, il n'est pas nécessaire de le dire aux enfants").

 

 Passons et revenons à nos sentons.

A Aubagne, cela s'est très bien passé peut-être parce qur M. Corti (employé des PTT à la retraite) nous a livré - avant de partir ! - cette réflexion bouleversante que je ne peux que murmurer :

 

"Quand on vieillit, on perd la mémoire, mais ça ne veut pas dire qu'on perd les souvenirs...

Au contraire. C'est pas vrai. On perd juste la capacité d'acquérir de nouveaux souvenirs.

 Mais ceux qui sont inscrits sont plus proches que jamais. Moi, je me souviens très bien du jour où je n'ai pas déjeuné avant mon baccalauréat en 1912.

 En revanche, je ne me souviens pas du tout où j'étais la semaine dernière.

 Les souvenirs récents ne se gravent plus, mais ceux qui sont gravés dans le disque  - eux et ils sont si nombreux ! - ressortent avec une grande force.". *

 

Réflexion de Marcel Pagnol à Aujourd'hui Madame (pour les auditeurs)

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 18:59
Mamie dans les Vosges

Mandres-sur-Vair est une bourgade très charmante située à deux pas de Contrexéville.

Loin, très loin de Carmaux.

 

C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé pour un voyage dans le temps en compagnie d'Olga et de ses amis.

Qui est Olga ?

 

Olga est une Mamie aigrie qui nous fit part de ses impressions sur le coin.

- Des fois, ça pleut comme à Brest ! "Rappelle-toi, Barbara, fredonna-t-elle.

 

Citer Prévert dans un moment si émouvant me prouvait qu'Olga n'avait pas perdu son sens de l'humour. Je profitai de sa bonne disposition pour me rappeler à son souvenir en chantant les premières paroles d'une chanson qui m'avait porté bonheur.

- "J'suis la nymphe aux pieds mutins qui apparaît les clairs matins, dans les allées des jardins, lorsque fleurit le romarin..."

 

C'est fou comme les parfums, les visions fugaces ou les chansons peuvent vous transporter subitement dans un passé lointain.

Olga lâcha son livre et tourna la tête vers moi avant de prononcer à haute et intelligible voix cette phrase lapidaire que je ne fais que citer :

- Il y a des souvenirs qu'on ne partage pas.

Rideau.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 20:57
Mamie à Strasbourg

 Strasbourg est une bourgade très charmante située à dix heures de Carmaux (en roulant bien).

C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé pour un barbecue-théâtre en compagnie de M. Vernier et de ses amis.

Qui est M. Vernier ?

 

 Et bien figurez-vous que M. Vernier est un résident qui est très porté sur le sexe. Et encore quand j'écris "porté" le mot est faible parce que M. Vernier est un vrai satyre de 90 balais qui joue de la flute dans les couloirs pour charmer ses voisines de chambres (nombreuses).

Quelques nymphes arthritiques s'étaient plaintes en haut lieu des agissements du vieux faune, même les sourdes qui ne l'entendaient pas de cette oreille.

 Le directeur avait plusieurs fois convoqué le coupable dans son bureau pour lui demander de mettre fin à ses activités, mais en pure perte.

Rien n'y fit.

 

 Les pensionnaires féminines continuaient à être harcelées par le Casanova récidiviste qui multiplia les mains aux fesses et les propositions douteuses. 

Mais dans le lot, il avait, plus particulièrement, jeté son dévolu sur une boiteuse dont le déhanchement activait ses pulsions de façon frénétique.

 

 Un soir, après la soupe, il a poussé la porte que sa belle avait oublié de fermer et s'est précipité sur elle pour lui faire subir les derniers outrages. Les cris et les coups de canne ont alerté les surveillants qui reconduisirent le satyre dans ses appartements avec une bonne dose de calmant.

L'affaire ne faisait que commencer.

 

 Au cours de l'enquête que mena le directeur, la victime raconta les faits avec moult détails. Son agresseur était arrivé en caleçon long (un caleçon Rasurel, si je me souviens bien) alors qu'elle venait de se mettre au lit. les cris entendus, c'est lui qui les avait poussés à cause des coups de canne qu'elle lui donnait sur le crâne.

 Il y eut, néanmoins, un côté positif à cette histoire.

 La boiteuse fit figure de star parmi les résidents et eut un regain de coquetterie dans son comportement tandis que certaines autres vieilles dames souriaient plsu colontiers au satyre.

 

 Passons et revenons à nos chansons.

A la fin du spectacle, M. Vernier est venu nous voir pour nous demander qui était au bras de Gabin dans un extrait de cinéma que Mamie aimait tout particulièrement. J'ai répondu tout naturellement qu'il s'agissait de la belle Mireille Balin.

 Renseignement pris, M. Vernier est parti comme ça, l'air de rien, en glissant cette phrase lapidaire que je ne fais que citer :

- Je me la ferais bien, celle-là.*

Rideau.

 

* Article très fortement inspiré du livre de Sim "Et la retraite, bordel !" (pour les amateurs)

 

 

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le tour de Gaule
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 17:58
Mamie en Lorraine

 Moulins-lès-Metz est une bourgade très charmante située à quatre jours de Carmaux (en passant par la Lorraine avec mes sabots).

C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé en compagnie de M. Jean et de ses amis.

Qui est M. Jean ?

 

 M. Jean est un papi très charmant à qui on ne raconte pas d'histoire.

Aussi, il nous a avoué qu'il avait ouvert un oeil (le droit) lorsqu'on a raconté que Maréchal, nous voilà se voulait l'hommage des Français - à celui qui leur avait fait don de sa personne... - et que cette chanson était entonné le matin dans les écoles par les maîtres et les écoliers.

Les écoliers et les écolières - toutes les écolières ! -, ais-je besoin de finir ma phrase ? ...

 

 Revenons à M. Jean qui a ensuite ouvert le second (le gauche donc) quand on a précisé qu'après le débarquement des alliés, dans la cours de récré, ma Mamie ne chantait plus alors la chanson du vieux Maréchal ; mais bel et bien le Chant des partisans ("Ami, entends-tu...") et le tout - excusez du peu ! - sous la surveillance du même instituteur qui la regardait l'air mauvais.

Une sorte d'air qui veut dire qu'il y aura des représailles à la clé... Des coups de martinet ? Des coups de ceinturion ? Une fessée devant toute la classe comme celle infligée à Thomas Sawyer par ce salopard de Dobbins ? On l'ignore. 

 

Passons et revenons à nos chansons.

A la fin de la représentation, M. Jean est revenu sur ce moment en nous précisant qu'il aurait aimé qu'on enchaîne par le Chant des Africains.

Ok d'accord, seulement voilà, le chant des Africains... Inconnu au bataillon !

 

 Renseignement pris, c'était le chant qui était sur toutes les lèvres - à part sur celles de ma Mamie, vu qu'elle ne m'en a jamais parlé, pas même une allusion - quand les soldats de l'armée d'Afrique ont débarqué en France.

 Du coup. M. Jean m'a pris par le coup - décidément ! - pour pousser la chansonnette en entonnant ce refrain qui dansait encore dans sa mémoire...

 

"C'est nous les Africains qui revenons de loin,

Nous venons des colonies pour sauver la patrie

Nous avons tout quitté, parents, gourbis, foyers

Et nous gardons au coeur une invincible ardeur

Car nous voulons porter haut et fier le beau drapeau de notre France entière

Et si quelqu'un venait à y toucher, nous serions là pour mourir à ses pieds

Battez tambours, à nos amours, Pour le Pays, pour la Patrie, mourir au loin

C'est nous les Africains !"

Rideau.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 23:27
Mamie en Alsace

 Willgotheim est une charmante bourgade située à une demi-journée de Carmaux (au bas-mot). C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé pour un voyage dans le temps en compagnie de Mme Tusseau et de ses amis.

 Qui est Mme Tusseau ?

 

 Alors - disons-le tout net -, Mme Tusseau est une Mamie très charmante qui adore pousser la chansonnette.

 L'occasion - qui fait le larron - de découvrir les chansons de la région qui ont bercé la jeunesse de nos seniors.

 Les chansons ? Karolinelle, D'rhans im Schnokeloch, Chante et danse la bohème, Am Brunnen Von Dem Tore, Am Golf Von Biskaya, A Mol het Der Vehr, Kennst du die perle Tirots (la chanson des bals et des mariages...), Que notre Alsace est belle et d'autres, tant d'autres.

 La fin ? Mme Tusseau est parti - l'air de rien - avant de glisser cette phrase lapidaire que je ne fais que retranscrire :

- Denne vun Milhüse esch's égàl wenn d'Strosburier in de rhin brùnze. *

 

* Proverbe Alsacien (traduction : Les gens de Mulhouse se moquent bien que les Strasbourgeois pissent dans le Rhin.)

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 18:36
Mamie en Bretagne

 Brest est une bourgade très charmante située à huit heures de Carmaux (en roulant peinard).

C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé pour un voyage dans le temps chez les Bretons.

 

 Que dire de la région ? Alors, on ne va pas y aller par quatre chemins, la Bretagne c'est superbe.

Magnifique.

Mieux : c'est carte postale sur carte postale. Les villages, les ruelles, les plages, les lacs, Brest, Saint-malo, Vannes, Pleudihem sur Rance, le Conquet, Dinan, les îles, les plateaux de coquillages, les crêpes et j'en passe et des meilleures.

Vraiment magnifique.

 

 Seulement voilà, alors que c'était le mois de juillet et que c'était la canicule partout en France, nous, à Brest, on s'est gelé !

 Un froid de canard. La Sibérie, en pire.

L'Alaska.

Rideau.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
29 juillet 2015 3 29 /07 /juillet /2015 19:09
Mamie à Saint-Malo

 Saint-Malo est une bourgade très charmante située à douze heures de Carmaux (une demi-journée, en somme).

C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé pour un voyage dans le temps chez les Bretons.

Les Bretons ? Des gens formidables.

 

 Et, surtout surtout, avoir l'occasion - qui fait le larron - de raconter - en Bretagne ! - les souvenirs, les airs et les voix des guinguettes d'autrefois avec Mamie à la baguette.

Un rêve de gosse.

 

 Passons et revenons à nos Bretons.

Et à la Bretagne avec ce folklore, cette ambiance, cette bienveillance, cet accueil et ses groupes de musique, je cite sans ordre de préférence : Motown Train, Gérard Jaffrès, Cent z'escales, Vendredi Treize, Guillo et Penard, Sunny Mélodie et au milieu...

 Au milieu coule l'encre violette des plumes Sergent-Major ; un pupitre ; un tableau noir et des mots écrits à la craie.

 Les mots ? Joujous, genoux, cailloux, bijoux ;  mais aussi l'énoncé d'un problème ; l'esquisse d'un cours de dictée ; les règles de grammaire.

 Et les refrains de grand-mère.

C'était magique.

Avec à la fin - excusez du peu -, le refrain qui va avec...

 

"Ils ont des chapeaux ronds, vive la Bretagne

Ils ont des chapeaux ronds, vive les Bretons."

 

 Perso, à Saint-Malo, je leur tire mon chapeau.

Chapeau bas.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 19:53
Mamie à Wittenheim

Wittenheim est une bourgade très charmante située à douze heures de Carmaux (en roulant bien).

C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé pour un voyage dans le temps en compagnie de Mme Collet et de ses amis.

Qui est Mme Collet ?

 

 Alors disons-le tout net, Mme Collet est une Mamie très Nostalgique. On l'écoute religieusement :

- A la fête, on ne voyait pas le temps passer. Quand j'entendais la chanson du bal défendu, ça valsait dans ma tête.

Et je fredonnais :

 

"C'est un bal défendu

Dans un petit coin perdu ; Du quartier Montparnasse

Y a pas d'accordéon ; pas même un violon 

Un phono les remplace

Les clients ont vingt ans ; par couples tendrement 

La valse les enlasse ; C'est un bal défendu 

 

Puis, elle a conclu dans un sourire :

- La prochaine fois que vous irez au bal, prévenez-nous.

Rideau.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 18:28
Mamie à Vannes

Vannes est une bourgade très charmante située à sept heures de Carmaux (à la louche).

 

C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé pour un voyage dans le temps en compagnie de M. Varta et de ses amis.

Qui est M. Varta ?

 

M. Varta est une Mamie très charmante qui nous a dit cette phrase somme toute banale :

- Si vous avez deux minutes, je vais vous raconter ma vie.

On avait deux minutes alors on s'est assis dans un coin de la salle.

A peine s'était-il installé que, déjà, ses photos de jeunesse sortirent de son portefeuille.

- Regardez, là, c'est moi avec maman.

On aurait dit sa soeur. Une fillette, à s'y mépendre.

Il devait avoir 5 ou 6 ans, en maillot de bain sur une plage, appuyé contre un gros ballon rouge. Des boucles blondes tombaient sur ses épaules et une femme à genoux derrière lui le prenait par la taille en le regardant avec admiration.

- c'était à Saint-Brevin, en 39, l'été juste avant la guerre. maman venait de divorcer. Je ne me souviens plus de mon père que je n'ai jamais revu depuis.

Une autre photo.

- Ici, c'est pendant la guerre d'Algérie. je venais d'avoir vingt ans.

 On le voyait en costume militaire, sur un fond de palmiers, au milieud 'un groupe de soldats souriants et tenant leurs fusils comme des drapeaux victorieux.

- C'était juste avant la bataille d'Alger. Je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie.

Soudain, il devint plsu grave. Son regard dirigé au lointain de ses souvenirs se tourna lentement vers moi.

- J'ai tué un homme, me dit-il, la voix blanche.

Que répondre à ça ? J'esquissai un sourire forcé qu'il supprima en continuant son aveu.

- C'était un Arabe, un fellaga, qui ne devait pas avoir 20 ans. Nous nous sommes trouvés face à face au coin d'un immeuble, près de la poste. Nous avions aussi peur l'un de l'autre mais j'ai tiré le premier avec cette saloperie de mitraillette que les marchands d'armes et les hommes politiques mettent dans les mains des pauvres cons en les chargeant de régler leurs problèmes personnels pendant qu'ils jouent à la guerre par téléphone.

Je lui demandai alors la raison de telles confidences :

- Pourquoi me racontez-vous tout ça ?

Il parut un peu désorienté par ma question, comme surpris de ne pas y trouver de réponse.

 

Puis - après un lon silence -, il ajouta cette phrase lapidaire que je ne peux que citer :

- Un homme sans souvenirs est un homme perdu.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 22:04
Mamie à Ranguevaux

 Ranguevaux est une bourgade très charmante située à des années-lumières de Carmaux (en Cyberlag, les amateurs du Capitaine Flam apprécieront...).

 

 C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on a retrouvé (une simple visite de courtoisie) Mlle Alquier.

Louisette !

 

 Et bien figurez-vous qu'elle est en super-forme. Une forme olympique même depuis qu'elle s'est inscrite dans une agence matrimoniale. On l'écoute religieusement :

 

"Une agence, c'est beaucoup plus sérieux. On m'a parlé d'un avocat, d'un pharmacien et d'un ingénieur. Ce qui est bizarre, tout de même, c'est qu'ils n'ont aucun ouvrier dans leur catalogue. C'est peut-être qu'il faut donner une caution importante quand on est s'inscrit.

En tout cas, le pharmacien m'intéresse beaucoup. Dame, à mon âge, il faut prévoir qu'on peut être malade un jour.

- Vous l'avez rencontré ?

- Une fois rapidement, dans les salons de l'agence avec la patronne. Il est un peu petit mais encore pas trop mal pour ses 78 ans. Il habite une grande propriété à Wittenheim avec, parait-il, beaucoup de personnel. Après avoir passé ma vie à servir les autres, ça peut être un élément de décision."

On en saura pas plus. Le travail n'attend pas et on devait passer aux choses sérieuses.

 

 Passons et revenons à nos chansons.

Louisette est restée le temps de la représentation. Il nous a même semblé qu'elle s'était rapprochée de son voisin de droite. Un dénommé Raymond qui - renseignement pris - est un pharmacien à la retraite...

 Bref, ça sentait le sccop à plein nez mais à l'heure où nous écrivons ces lignes, il est encore prématuré de faire des commentaires ou de tirer des conclusions hatives sur cette histoire. Et puis, il se pose aussi la question de respect même s'il y a un détail qui ne trompe pas.

Le détail ? A la fin, Louisette nous a glissé à l'oreille cette phrase lapidaire que je ne peux que citer :

- L'amour est un trèsor de souvenirs. *

 

* Une citation d'Honoré de Balzac (pour les amateurs)

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin