Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 11:47
Mamie à Pleudihen-sur-Rance

 Pleudihen-sur-Rance est une charmante bourgade située dans le département des Côtes d'Armer. or, on ne pouvait pas passer là-bas - où tout est neuf et tout est sauvage, libre continent sans grillage - sans s'arrêter boire un coup chez Mme Rayol.

 

 Comme dit très justement Papi, aller à Pleudihen sans voir la Rayol, c'est comme aller à Paris sans voir la Tour Eiffel ou passer un week-end sans gonzesse.

 

 Passons et revenons à nos chansons :

Pendant l'apéro, Mme Rayol nous a chanté une ritournelle qui a bercé ses rêves d'enfant et qu'on avait entendu ni d'Eve ni d'Adam. Extrait :

 

"Pour sauver mon enfant chéri un peu de lait aurait suffi

J'vais en chercher, mais il fait nuit

Quelle est-il ? Quoi ? C'est minuit !

Tout est fermé. Ah! ça n'fait rien.

Chez XX, j'en trouverai bien.

Sois sage, j'reviens, mon ptit enfant

Mais lui criait : A boire ! Maman !"

 

 Renseignement pris, cette chanson a été interprété par fernand Raynaud. C'est bon à savoir. Tout comme la petite devinette que nous a raconté Mme Rayol et que je ne peux que retranscrire :

- Quelle est la différence entre la culotte de madame et le slip de monsieur ?

Réponse amusée de Mme Rayol : La culotte de madame est un centre d'accueil et le slip de monsieur un camp de redressement...

Rideau.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 10:32
Mamie à Cosne-Cours-sur-Loire

Cosne-Cours-sur-Loire est une bourgade très charmante située très loin de Carmaux. C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé pour une après-midi nostalgique en compagnie de Mme Bonnot et de ses amis.

Qui est Mme Bonnot ?

 

Alors disons-le tout net, Mme Bonnot est une Mamie très charmante mais qui ne croit pas en l'amour. Mais alors pas du tout !

 

Aussi, à la fin de la représentation, elle nous a lancé - à la hâte - cette phrase lapidaire que je ne peux que citer :

- L'amour, l'amour, toujours l'amour ! L'amour est une combine que les hommes ont inventé pour ne pas avoir à faire leur lessive !

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 14:11
Mamie à Saint Marc Jaumegarde

Saint Marc Jaumegarde est une bourgade très charmante située à cinq heures de Carmaux (en évitant les inondations).

 

C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé pour une représentation sur les souvenirs d'école en compagnie de M. Bonnet et de ses amis.

Qui est M. Bonnet ?

 

M. Bonnet est un papi très gentil qui est venu nous voir à la fin du spectacle pour nous raconter un de ses souvenirs. On l'écoute religieusement :

 

 "Pendant votre spectacle, vous nous avez fait chanter le refrain de Tino Rossi Laissez-moi vous aimer qui faisait :

 

"Laissez-moi vous aimer, ne serait-ce qu'un soir,

Offrez-moi cet instant, cet instant que j'attends sans espoir"

 

 Et bien figurez-vous qu'un jour - en pleine nuit -, je suis monté dans une charrette et je me souviens que le paysan chantait :

 

"Laissez-moi vous aimer sur une planche à laver,

La chaleur de vos cuisses fait gonfler ma saucisse."

 

 C'était il y a plus de cinquante ans.

Et je n'ai jamais oublié les chansons de ce paysan. Je me souviens aussi qu'avant de descendre, il m'avait parlé de Marinella en disant cette phrase lapidaire que je ne fais que citer :

"Marinella, la grosseur de tes nichons fait rougir mon saucisson."

Rideau.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 12:33
Mamie à Bischoffsheim

Avertissement : cet article peut heurter la sensibilité des lecteurs les plus sensibles.

 

 Bischoffsheim est une bourgade très charmante située très très loin de Carmaux.

Putain, qu'est-ce que c'est loin ! ...

 

 Bref, c'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé pour un voyage dans le temps en compagnie de l'étonnant M. Riplé et de ses amis.

Qui est M. Riplé ?

 

M. Riplé est un papi qui a gardé intacte son âme d'enfant. 

Intacte !

 

 Aussi, à la fin de la représentation, il est venu nous voir pour nous annoncer tout de go qu'on aurait du - en montrant la carte Vidal-Lablache -, parler de Troué-de-Belfort.

Troué de Belfort ? Connais-pas.

Connais pas, connais-pas.

On écoute - religieusement - M. Riplé qui visiblement connait très très bien...

 

"En classe avec mes camarades, on était mort de rire (traduction : MDR) quand on trouvait Troué de Belfort sur la carte."

 

Ok d'accord. Sinon, à part ça ?

Justement, M. Riplé (Marcel, appellons-le par son prénom) en avait encore sous la semelle. Il nous a alors raconté une anecdote savoureuse. Jugez plutôt :

 

"En 3ème, on avait un prof sourd comme un pot qu'on appelait Zozo. On lui demandait : "Monsieur, est-ce que je peux baiser votre femme ?

Il répondait :

- "Attendez que votre camarade en revienne !" *

 

* Un souvenir d'Eugène Saccomano (pour les footballeurs)

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 15:27
Mamie à Talence

Talence est une bourgade très charmante située à trois heures de Carmaux (à vol d'oiseau).

 

C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé pour un voyage dans le temps en compagnie de Mme Thalma et de ses amis.

Qui est Mme Thalma ?

 

 Mme Thalma (Josette, appellons-la par son prénom) est une Mamie en deuil.

Pas plus tard que la semaine dernière, elle a perdu son mari après cinquante-sept ans d'amour sans un mot plus haut que l'autre.

57 !

 

Aussi, à la fin de la représentation, Josette ("Josy") nous a fait cette déclaration bouleversante :

 

"C'était un soleil et j'avais coutume de dire que - pour nous -, il était un rayon.

Et il nous distribuait ses rayons (silence).

 Aujourd'hui (soupir, suivi d'un silence...), je n'ai plus de soleil. Mais...

Mais ma fille m'a dit que - maintenant - "il" est une étoile et que - même si une étoile c'est plus loin -, et c'est plus froid aussi, une étoile ça brille toujours et ça brille même la nuit (dernier silence).

Et Jacques ne me quittera jamais parce qu'il a toujours été mon guide." *

 

* Des mots de Nathalie Iannetta à propos de Thierry Gilardi (devoir de mémoire)

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 01:06
Mamie à Gaillac

Après la tournée glaciale en Bretagne et celle éprouvante - des chaleurs accablantes ! - en Alsace (en passant par la Lorraine avec nos sabots), avec Mamie, nous sommes rentrés au bercail.

Comme ça, l'air de rien.

 

 Là, las, on a ouvert la boîte aux lettres pour tomber nez-à-nez sur des réclames publicitaires ("1€99 la pastèque sans pépin, origine Espagne"), sur le catalogue de Conforama ("Le pays où la vie est moins chère"), des factures, la carte d'un marabout, la pétition de la voisine et j'en passe et des meilleures.

 

 Bref, figurez-vous qu'au milieu du courrier, il y avait une carte envoyée par des résidents d'une maison de retraite de  Gaillac. 

 La carte ? Dimension 110 * 210 ; grammage du papier 250 grammes (à la pesée) ; couverture blanche. Recto Verso. 

Classe, très classe.

 

 Sur la couverture, une photo prise pendant la représentation. Inutile de préciser que Mamie me regardait déjà en chien de faïence.

 

 Au recto, des mots écrits à la main par les résidents. Des insultes ?

Non, cent fois non.

Des mots d'amour de - je cite sans ordre de préférence - : Monique, Robert, Pierrette, Renée, Mathy, Raphaël et les autres, tous les autres.

Détail : On lit à la fin : "On vous embrasse avec nos meilleurs souvenirs..."

 Ecoutez, c'est bien simple, je revois la scène : avec Mamie on était à deux doigs de pleurer comme des madeleines.

Des madeleines de Proust, cela va de soit.

 

 Et là - cerise sur le gâteau  ! -, au verso, la goutte d'eau qui fait déborder les yeux...

La goutte d'eau ? Vous l'avez justement sous les yeux.

 

Mamie à Gaillac
Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 18:07
Mamie à Simorre

Simorre est une bourgade très charmante située à deux heures de Carmaux (en roulant peinard).

C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé en compagnie de Rita et de ses amis.

Qui est Rita ?

 

 Rita était une pute de haut vol. Lorsque je l'ai connu dans un bar de la rue Godot-de-Mauroy, elle avait déjà de nombreuses heures de pratique sur son carnet de bord.

Je l'ai retrouvé - par hasard - dans une résidence de Simorre dans le Gers. La suite se passe de commentaire :

- Redge ! Ca, alors ! Qu'est-ce que tu fais là ?

- Madame ? ai-je fait dans l'espoir d'une éventuelle présentation.

- Tu ne me reconnais pas ? Rita... la rue Godot-de-Mauroy...

Devant mon air interrogateur, elle enchaîna sans attendre.

- Je faisais le tapin à la Madeleine et je t'ai eu comme client.

 

 Sans doute à cause du bruit ambian et peut-être pour mieux raviver mes souvenirs, elle avait hurlé l'information. Les voisins directs se tournèrent vers nous avec des regards aussi surpris que le mien.

Pendant quelques secondes, le scoop annoncé avait supplanté l'intérêt pour la série de Mimi Mathy et un gros malaise me tomba sur la casquette.

La vieille dame continua.

- Tu te souviens ? Je t'avais fait un prix parce que t'étais fauché. Faut dire que je ne le regrette pas car je me suis drôlement marrée !

 J'ai cru un moment qu'un papi installé juste à côté voulait des précisions. Il s'approcha de moi.

- Bravo pour avoir fait marrer la dame. Moi, j'ai pas de bol avec les nanas. Elles rigolent jamais quand je les saute.

 Une interruption à la télévision détourna son attention et j'en profitai pour entraîner plus loin ce qui restait de la gagneuse que j'avais - paraissait-il - honorée de mes faveurs.

 

 Tandis que je la poussais vers un endroit où, curieusement, il y avait moins de monde, ma mémoire se mit à fouiller dans mon passé dissolu. 

 Elle y trouva, en effet, un petit bar de la rue Godot-de-Mauroy et une superbe fille vêtue d'un trois-quarts en vison gris clair.

 Blonde aux joues de pêche rose, les lèvres pleines et rouges, le regard bleu, elle n'avait pas attendu longtemps pour me faire part de son attirance envers ma modeste personne en échange d'une aide financière qui me parut exorbitante.

 Je me suis également souvenu d'un pote qui fut le médiateur adroit puisque l'affaire se trouva dans le sac après quelques coupes de champagne.

 

 La suite ? Juste quelques mots, une confidence lapidaire de Rita que je ne peux que citer :

- Dieu a voulu que le temps qui coule lentement dans la mémoire des hommes use lentement les souvenirs ; et c'est la raison pour laquelle les hommes perdent la mémoire. *

 

* Une citation de Roch Carrier ("Il n'y a pas de pays sans grand-père")

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 17:58

Aubagne"Les sentons de Provence.

 

Aubagne. La ville natale de Marcel Pagnol qui a enfanté de La gloire de mon père ("Je suis né dans la ville d'Aubagne, sous le Garlaban couronné de chèvres, au temps des derniers Chevriers"), Jean de Florette ("Je vais à Aubagne vendre mes légumes").

 Sans oublier Manon des sources ("Je t'aime Manon, je t'aime d'amour"), Le temps des secrets ("L'ambition, c'est la richesse des pauvres") et Le château de ma mère ("Telle est la vie des hommes, quelques joies très vite effacées par d'innoubliables chagrins, il n'est pas nécessaire de le dire aux enfants").

 

 Passons et revenons à nos sentons.

A Aubagne, cela s'est très bien passé peut-être parce qur M. Corti (employé des PTT à la retraite) nous a livré - avant de partir ! - cette réflexion bouleversante que je ne peux que murmurer :

 

"Quand on vieillit, on perd la mémoire, mais ça ne veut pas dire qu'on perd les souvenirs...

Au contraire. C'est pas vrai. On perd juste la capacité d'acquérir de nouveaux souvenirs.

 Mais ceux qui sont inscrits sont plus proches que jamais. Moi, je me souviens très bien du jour où je n'ai pas déjeuné avant mon baccalauréat en 1912.

 En revanche, je ne me souviens pas du tout où j'étais la semaine dernière.

 Les souvenirs récents ne se gravent plus, mais ceux qui sont gravés dans le disque  - eux et ils sont si nombreux ! - ressortent avec une grande force.". *

 

Réflexion de Marcel Pagnol à Aujourd'hui Madame (pour les auditeurs)

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 18:59
Mamie dans les Vosges

Mandres-sur-Vair est une bourgade très charmante située à deux pas de Contrexéville.

Loin, très loin de Carmaux.

 

C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé pour un voyage dans le temps en compagnie d'Olga et de ses amis.

Qui est Olga ?

 

Olga est une Mamie aigrie qui nous fit part de ses impressions sur le coin.

- Des fois, ça pleut comme à Brest ! "Rappelle-toi, Barbara, fredonna-t-elle.

 

Citer Prévert dans un moment si émouvant me prouvait qu'Olga n'avait pas perdu son sens de l'humour. Je profitai de sa bonne disposition pour me rappeler à son souvenir en chantant les premières paroles d'une chanson qui m'avait porté bonheur.

- "J'suis la nymphe aux pieds mutins qui apparaît les clairs matins, dans les allées des jardins, lorsque fleurit le romarin..."

 

C'est fou comme les parfums, les visions fugaces ou les chansons peuvent vous transporter subitement dans un passé lointain.

Olga lâcha son livre et tourna la tête vers moi avant de prononcer à haute et intelligible voix cette phrase lapidaire que je ne fais que citer :

- Il y a des souvenirs qu'on ne partage pas.

Rideau.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule
10 août 2015 1 10 /08 /août /2015 20:57
Mamie à Strasbourg

 Strasbourg est une bourgade très charmante située à dix heures de Carmaux (en roulant bien).

C'est ici - à cet endroit très précis - qu'on s'est retrouvé pour un barbecue-théâtre en compagnie de M. Vernier et de ses amis.

Qui est M. Vernier ?

 

 Et bien figurez-vous que M. Vernier est un résident qui est très porté sur le sexe. Et encore quand j'écris "porté" le mot est faible parce que M. Vernier est un vrai satyre de 90 balais qui joue de la flute dans les couloirs pour charmer ses voisines de chambres (nombreuses).

Quelques nymphes arthritiques s'étaient plaintes en haut lieu des agissements du vieux faune, même les sourdes qui ne l'entendaient pas de cette oreille.

 Le directeur avait plusieurs fois convoqué le coupable dans son bureau pour lui demander de mettre fin à ses activités, mais en pure perte.

Rien n'y fit.

 

 Les pensionnaires féminines continuaient à être harcelées par le Casanova récidiviste qui multiplia les mains aux fesses et les propositions douteuses. 

Mais dans le lot, il avait, plus particulièrement, jeté son dévolu sur une boiteuse dont le déhanchement activait ses pulsions de façon frénétique.

 

 Un soir, après la soupe, il a poussé la porte que sa belle avait oublié de fermer et s'est précipité sur elle pour lui faire subir les derniers outrages. Les cris et les coups de canne ont alerté les surveillants qui reconduisirent le satyre dans ses appartements avec une bonne dose de calmant.

L'affaire ne faisait que commencer.

 

 Au cours de l'enquête que mena le directeur, la victime raconta les faits avec moult détails. Son agresseur était arrivé en caleçon long (un caleçon Rasurel, si je me souviens bien) alors qu'elle venait de se mettre au lit. les cris entendus, c'est lui qui les avait poussés à cause des coups de canne qu'elle lui donnait sur le crâne.

 Il y eut, néanmoins, un côté positif à cette histoire.

 La boiteuse fit figure de star parmi les résidents et eut un regain de coquetterie dans son comportement tandis que certaines autres vieilles dames souriaient plsu colontiers au satyre.

 

 Passons et revenons à nos chansons.

A la fin du spectacle, M. Vernier est venu nous voir pour nous demander qui était au bras de Gabin dans un extrait de cinéma que Mamie aimait tout particulièrement. J'ai répondu tout naturellement qu'il s'agissait de la belle Mireille Balin.

 Renseignement pris, M. Vernier est parti comme ça, l'air de rien, en glissant cette phrase lapidaire que je ne fais que citer :

- Je me la ferais bien, celle-là.*

Rideau.

 

* Article très fortement inspiré du livre de Sim "Et la retraite, bordel !" (pour les amateurs)

 

 

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le tour de Gaule

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin