Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 23:43
Pastis Olive
Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les réclames de Mamie
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 12:27

Poulbot 2-copie-1"Imaginez...

 

 Un jour j’ai déjeuné avec ma Mamie. En tête à tête. Le temps d’une après-midi, elle m’a raconté sa vie. Passant du rire aux larmes à mesure qu’elle retraçait les petits et grands moments qui avaient marqué sa mémoire et la mémoire collective.

La vie d’autrefois.

 

 Une vie que l’on retrouve - un tant soit peu - en poussant la porte d’entrée de chez Mamie.

 Là, las, on tombe d'emblée sur un écriteau posé bien en évidence dans la véranda où on lit, je cite de mémoire : "La maison est petite mais le coeur est grand."

 Faisons le tour de la maison justement. Revisitons le temps. Visite guidée :

 

 Ici au rez-de-chaussée, le salon et la cuisine.

Importante la cuisine. Dans les souvenirs d'enfance de chaque bon cuisinier, il y a une grande cuisine, une cuisinière en marche, un gâteau qui cuit et une Mamie.

 Pour info, il y a aussi un canapé trois places. Pourquoi ?

Mystère.

 

 Au 1er étage, la salles de bains, carrelage bleu pâle, une baignoire en fonte. Passons le W.-C., les slips Rasurel de papi, les chaussettes de Mamie : hop, hop, c’est rangé.

 Voici deux serviettes propres si vous voulez vous débarbouiller, Mamie en a d’autres si vous avez besoin ; tenez, un gant de toilette qui n’a jamais été utilisé - ou si peu -, mais euh, ça ne veut pas dire que je ne...

 Mamie sourit, craquante, marrante, charmante, charmeuse quand elle tient à la main du shampoing et un savon de Marseille, à l’huile de palme, regardez, c’est marqué là.

 

 Au second, sa chambre, une petite fenêtre, et au-delà, la nuit qui tombe, la lune, les paréidolies menaçantes.

 Aux murs : posters de Tino Rossi, Luis Mariano, Eddie Constantine, Danielle Darrieux ; dessin d’une Cocotte-Minute, de pneus Michelin avec Bibendum ou d'autres objets qui attiraient la convoitise.

 

 Ces objets, on les retrouve - pelle-mêle - dans ses armoires comme le savon Bébé CadumLa vache qui rit qui portait deux petites boîtes en pendentifs, du café Biec qui incitait à consommer en dissimulant dans ses paquets un personnage historique célèbre.

 

 Il y a à côté du Phoscao - le cacao du petit matin avec son cheval bondissant -, du chocolat Meunier et sa fenêtre ouverte sur le monde, du chocolat Cémoi qui offrait dans chacune de ses tablettes un morceau de poster permettant de reconstituer une scène historique.

 Il y a aussi tout autour des images qui collent au bout de nos doigts et son coeur qui bat.

 Et tant de souvenirs...

 Souvenirs d'un temps où la vie qui était plus belle et où le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui. Un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître...

 

 Un temps où le transistor n'existait pas. C'était l'énorme poste TSF qui officiait. Il était à lui tout seul un meuble posé sur un autre meuble.

 L'autre meuble ? Un meuble Levitan parce qu'un meuble signé Levitan est garanti pour longtemps...

 Et bien en ce temps-là, ma Mamie écoutait la radio en prenant son petit-déjeuner. Elle trempait alors des biscuits LU dans un bol de chocolat chaud.

 La journée commençait alors avec un chocolat Banania avant de se terminer avec une tisane ou un café parfumé avec de la Chicorée Leroux...

 

 Mais reprenons notre visite guidée en faisant le tour de la maison :

 A deux pas d’ici, le cagibi de Papi où on découvre les pastilles contre la toux Valda, les pilules Carter, la Boldoflorine la bonne tisane pour le foie, la Mère Picon, la boisson tonique Byrrh, le vin Saint-Emillion, le Cordial-Medoc, le Dubonnet et la liqueur Cointreau qui recommandait : "Ne prenez jamais la route après un bon repas sans un petit verre de Cointreau".

 La belle époque, en somme.

 

 Une époque où l''enfance avançait avec son cartable sur le dos et où elle allait quémander des buvards dans les épiceries et les marchands de vêtement aux enseignes aujourd'hui démodées : Le Petit Bénéfice, Conchon QuinettePrimrose, pour ne citer que celles-là.

 

 Son épicerie préférée était alors celle de la mère Bonnot.

C'était ici - à cet endroit très précis -, qu'elle se jetait toutes voiles dehors sur ses bonbons préférés : Les Mistral Gagnant, La pie qui chante, la Martiniquaise, le caramel à un centime, les fraises Tagada, Pierrot Gourmand, les Cachous Lajaunie, les Haribo Zan et les Coco Boer.

 Inutile de préciser que ces bonbons, elle adorait les savourer à la terrasse d'un café en sirotant - à la paille ! - un Diabolo menthe.

 

 Un souvenir : Pour le goûter, sa maman lui fourrait dans un quignon de pain une bille de chocolat Menier qu'elle dévorait au retour de l’école. 

  Puis dans la foulée, Mamie écoutait Radio Cité, Le Poste Parisien et Radio Luxembourg. Elle chantait alors - à tue-tête ! - Milord et Mon amant de Saint-Jean sans oublier les ritournelles de Tino Rossi Tchi-Tchi, Reginella.

Et Marinella.

 A midi, c'était le Jeu des mille francs animé par Roger Lanzac.

 A treize heures il y avait Les nouvelles. A dix-neuf et vingt heures, ce sont "Les nouvelles du soir" suivies de Quitte ou double. Quand on la mettait en marche, en tournant le gros bouton de gauche, une veilleuse d'un vert intense s'allumait sur la droite. Aussitôt éteint, le poste était alors recouvert d'un drap soyeux.

 Plus tard, ce sera l'arrivée de la télévision à la maison avec La Séquence du spectateur.

 

  Passons. Et revenons à notre maison.

 Dans le garage de papi, des outils, des ampoules Varta ; quelques plaques émaillées, Aero, Motul, Igol et une pompe de Solexine.

 Sur une étagère, on découvre des piles Wonder-ne-s’use-que-si-on-s’en-sert et des huiles de voiture Veedol dont la pin-up mettait en avant des seins de glace. 

 Sous une bâche, dans le fond, une Aronde 1300 de 1956 qu’il se jurait de restaurer un jour et que chaque jour grignotait la rouille.

 Comme elle grignote les âmes de ceux qui ne réalisent pas leurs rêves.

 

 Quand il me la montra la première fois, son coeur d’emballa (fit Boom / Quand notre coeur fait Boom / Tout avec lui dit Boom) et il fut heureux.

 Il réparait alors un transistor pendant que j’examinais ses cassettes VHS bien rangées : moi aussi j’aime les films en noir et blanc, c’est comme une famille quand on en a plus, des petites retrouvailles chaque soir, Hôtel du Nord, Quai des Brumes, La Dolce Vita et Emmanuelle un film qui fit scandale à l’époque.

 

 Oh ! lâcha-t-il en lâchant le marteau qu’il tenait dans les mains, ce n’est pas à moi, je, je, rendre, dois le rendre, un copain, au garage ; les mains couvertes de mousse, il tenta de s’emparer de la cassette malicieux, je l’en empêcha : on fut soudain comme deux enfants, joueurs innocents, un peu bête même ; rends-le moi ! Viens le chercher ! Viens, viens avant de rire aux éclats.

 

 Retour au salon où sur la commode, on trouve ça et là des photos, des faux fruits, des faux cristaux et un roman-Photo. La jaquette d’une cassette. Une page de L’Illustration, Un article de L'écho de la mode, les Lisette, les Suzette, une épuisette. La Une d’un magazine pour filles.

 Il voulait un jour avec Mamie encore, deux jours, huit jours. Comme dans la chanson de Piaf.

 

 Un petit tour dans le jardin pour retrouver Mamie, le temps de s’asseoir sur un banc cinq minutes avec elle - et de regarder le temps tant qu’il y en a - et c’est parti pour les souvenirs amoureux. Morceaux choisis :

 

"La première fois que j'ai vu ton papi, c'était à deux pas d'ici. Je m’en souviens bien. Si j'en crois le fameux Almanach du facteur qui était dans les toilettes, c’était le Le vendredi 20 mars 1936.

 Le jour du Printemps.

 C’est en partant vers le pressing que je l’ai vu. Ses mains étaient noires. Comme celles de tous les corons. J’ai pensé à Tino dans un film avec des autos. Tino en plus beau...

 Je me souviens qu'il réparait le vélo d’une petite fille qui pleurait. Il était fier. Le phare de son vélo s ‘est rallumé. Son sourire aussi, à la petite fille. Et ça m’a tuée.

Ce sourire d’elle.

 

 A cet instant, il a dit des mots pour lui seul, des mots sortis comme des baisers d’entre les lèvres merveilleuses ; des lèvres comme celles de Rudolph Valentino.

A présent, c’était moi qui souriait. Comme la petite fille. Avec sa loupiote qui marche à nouveau. J'avais alors un refrain dans la tête. Un refrain qui danse encore dans ma mémoire."

 

 Quand papi s'est prêté à son tour au jeu des confessions, il m'a avoué que la première chose qui l'avait bouleversé c'était le parfum de Mamie.

 Un parfum ineffable.

 Ais-je besoin d'écrire que Mamie portait ce jour-là le parfum Soir de Paris de Bourgeois avec un "J" comme "joie".

 Comme quoi, on a beau dire, on a beau faire, mais ça ne vieillit jamais vraiment les beaux souvenirs.

 

 Souvenirs de moments passés entre amis, de rires partagés, de premiers flirts et de premiers émois amoureux... On écoute Mamie religieusement :

 "Je sais que pas grand monde ne croit au coup de foudre, c’est pourtant ce qui m’est arrivé la première fois que je l’ai vu. Et des milliers et des milliers d’années ne seraient suffirent pour dire la petite seconde d'éternité où on s'est embrassé un matin dans la lumière de l’hiver au parc du Candou à Carmaux."

 C'est joliment dit.

Même si Mamie n'avoue pas - la pudeur, sans doute - qu'à ce moment-là son coeur se mit à battre plus fort qu'il n'avait jamais battu ; plus fort même que ce jour où il s'était emballé lorsque la petite fille avait ri parce que le phare de son vélo éclairait à nouveau le monde.

 

 A la fin, pour clôturer le festin, ma Mamie m'a dit : "Tu sais, les feuilles mortes se ramassent à la pelle, les souvenirs et les regrets aussi. Mais avant de perdre la mémoire, avant de rejoindre les étoiles, je voulais te dire qu'on commet beaucoup d’erreurs dans sa vie, et on ne s’en rend compte que devenu vieux.

Mieux : on oublie souvent même nos plus beaux souvenirs.

Pire ! Je sais qu'un jour, je ne pourrai pas te dire adieu comme je l’aurais voulu. Mais de toutes les choses que j’ai apprises, celle dont je me suis toujours sentie la plus proche est que nous restons vivant tant que quelqu’un se souvient de nous.

 Garde-moi une petite place, dans un coin de ta mémoire. Ne me laisse pas partir.

Ne me laisse pas partir..."

 

 Puis, au bout de la nuit, elle a ajouté - dans un soupir - cette phrase émouvante que je ne fais que murmurer :

"Oh je voudrais, Oh je voudrais tant que tu te souviennes...

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les réclames de Mamie
28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 20:51
Liqueur Cointreau

"Recommandation de Mamie : "Si vous n'avez plus de Pastaga pour faire démarrer la bagnole. Verser un verre de Cointreau dans le réservoir.Ca démarre au quart de tour et on peut rentrer à la maison."

Et ça marche !!! !

Ouf ! Applaudissons.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les réclames de Mamie
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 21:25

Dim

Dim-copie-1.jpg"Gardez le sourire avec Dim.

 

 Quand ma Mamie est tombée - nez à nez - sur cette publicité, elle n'a pas pu s'empêcher de penser au voisin - un certain Blankas - qui ne supportait plus de vivre chez ses beaux parents avec sa femme et qui avait dit au porion : "Porion, si tu me trouves une maison, je t'envoie ma femme sans culotte !"

 

Dans la catégorie "Les réclames qui ont énervé ma Mamie" :  Clan ;  Chase & Sanborn ;  La bière ; Rexona ;  Kronenbourg ;  Dim

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les réclames de Mamie
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 20:35

Chase-Sanborn1.jpg"Pressure Packed.

 

 Quand ma Mamie est tombée - nez à nez - sur cette publicité (lors de son voyage scolaire en Angleterre), elle a jeté un oeil - ahuri - vers papi avant de glisser cette phrase lapidaire : "Si tu t'avises un jour de t'inspirer de cette pub, ce sera à tes risques et périls et tu iras directement en enfer."

 Elle a ensuite ajouté dans un murmure : "Un aller simple."

 Et toc !

 

Dans la catégorie "Les réclames qui ont énervé ma Mamie" :  Clan ;  Chase & Sanborn ;  La bière ; Rexona ;  Kronenbourg ;  Dim

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les réclames de Mamie
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 19:38

Biere.jpg"La bière nourrissante.

 

 Quand ma Mamie est tombée - nez à nez - sur cette réclame, elle a regardé papi - l'air furibard -, et lui a lancé cette phrase lapidaire : "Si tu t'avises de nourrir le petit avec ta bière, je te brûle comme Jeanne d'Arc, la pucelle d'Orléans !"

 Et toc !

 

Dans la catégorie "Les réclames qui ont énervé ma Mamie" :  Clan ;  Chase & Sanborn ;  La bière ; Rexona ;  Kronenbourg ;  Dim

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les réclames de Mamie
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 19:31

rexona-savon.jpg"Savon déodorant.

 

 Quand ma Mamie est tombée - nez à nez - sur cette publicité, elle a regardé papi - l'air de rien -, avant de lui glisser cette phrase lapidaire : "Si tu m'achètes cette connerie, tu finiras noyé sous les eaux comme DiCaprio dans Titanic !"

 Et toc !

 

Dans la catégorie "Les réclames qui ont énervé ma Mamie" :  Clan ;  Chase & Sanborn ;  La bière ; Rexona ;  Kronenbourg ;  Dim

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les réclames de Mamie
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 18:46

femmepipepull.jpg"Pour l'homme et lui seul.

 

 Quand ma Mamie est tombée - nez à nez - sur cette publicité, elle a jeté un regard - glacial - sur papi avant de lui lancer cette phrase lapidaire : "Si c'est ton idée du bonheur, tu peux toujours rêver !"

 Et toc !

 

 Dans la catégorie "Les réclames qui ont énervé ma Mamie"Clan ;  Chase & Sanborn ;  La bière ;  Rexona ;  Kronenbourg ;  Dim

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les réclames de Mamie
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 18:36

kronenbourg.jpg"J'aime ma femme...

 

 Quand ma Mamie est tombée - nez à nez - sur cette publicité, son sang n'a fait qu'un tour. Elle a alors regardé papi - en fronçant les sourcils - avant d'ajouter cette phrase lapidaire : "Entre la binouse et moi, il faudra faire un choix !"

 Et toc !

 

Dans la catégorie "Les réclames qui ont énervé ma Mamie" :  Clan ;  Chase & Sanborn ;  La bière ; Rexona ;  Kronenbourg ;  Dim

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les réclames de Mamie
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 18:13

pub-clan.jpg"Clan, délicieux mélange pour la pipe.

 

 Quand ma Mamie est tombée - nez à nez - sur cette publicité, elle a regardé papi - l'air mauvais -, et lui a lancé cette phrase lapidaire : "Si un jour tu t'avises à fumer du Clan, je divorce !"

 Et toc !

 

Dans la catégorie "Les réclames qui ont énervé ma Mamie" :  Clan ;  Chase & Sanborn ;  La bière ; Rexona ;  Kronenbourg ;  Dim

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Les réclames de Mamie

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin