Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 11:05

eglise.jpg"Papi, comment ça se passait les premières années avec Mamie ? 


- C'était dur. Tu sais ta Mamie n'arrêtait pas de la journée. Première levée, dernière couchée, c'est comme ça, la femme du mineur règne sur chaque moment de la journée. Dès 4 heures du matin, elle s'occupe de ranimer le poêle, de réveiller le père et les aînés, d'habiller les enfants scolarisés.

 Puis c'est le rituel de la journée, et les enfants à nourrir dans le carin, et les poules à plumer, et les poireaux à sarcler, et la soupe à préparer, et la lessive quotidienne, puis le bain du mari qu'il faut décrasser dans un baquet après avoir été chercher l'eau à la fontaine... Sans compter l'intendance. La paye, c'est elle, l'escaillage grapillé sur le terril et les réclamations au préfet. 

 - Mamie s'occupait de tout ?

 - Je partais à cinq heures du matin. Mamie se levait une heure avant moi. Elle arçonnait le feu pour faire le café, elle préparait le briquet, ma musette. Elle enchaînait par les vêtements à laver, tous les deux trois jours, je changeais de bleu. Sa fierté était qu'il soit tout le temps repassé et amidonné.

 Quand il était usé, elle le raccomodait. Ensuite, il y avait les gosses à préparer pour l'école à huit heures. Et puis, elle lavait la maison, faisait la lessive, puis le déjeuner du midi ! Mamie aussi aurait dû toucher un salaire.

 - On m'a dit que Mamie n'était pas facile à vivre à cette époque...

- Au contraire, c'était un amour. Dés que le jour se levait, un vent d'été caressait ses paupières et c'était reparti pour un jour. "A la guerre comme à la guerre" qu'elle disait... Une grève, une catastrophe et elle était au premier plan, la marmaille dans les jupes, le drapeau à la main et l'insulte aux lèvres.

 Toujours à mes côtés. C'était une farandole, le tourbillon de la vie, une ribambelle de couleurs, du bleu, du blanc, du rouge, avec elle le monde était en ébullition, c'était pourtant le temps des restrictions...


- Tu veux dire qu'il fallait se serrer les coudes ?

- Mamie était ingénieuse. Elle passait aussi la matinée à faire la chasse aux tickets de rationnement et la queue chez les commerçants. Elle enchaînait par l'élevage des lapins sur le balcon, ensuite elle inventait de nouvelles recettes pour accommoder les rutabagas ou pour fabriquer du savon.

 A table, il faut le dire, les corbeaux et les pigeons ont vite remplacé le poulet dominical ; le haricot grillé, la fève cuite, l'orge et le gland à cochon ont relégué bientôt le café au rang des souvenirs, les gâteaux étaient servis en guise de plat principal...

 Le rationnement des produits concernait non seulement la nourriture, le tabac ou le vin mais aussi les vêtements, les chaussures et le chauffage. C'était dur mais on était heureux. 

- Et l'après-midi ?

- L'après-midi, elle rentrait le charbon que les transporteurs des Houilleries apportaient. Ils en livraient une tonne toutes les trois semaines. Il fallait le rentrer ! Mamie ne voulait pas que je le fasse en rentrant du travail.  Après la lessive et le repassage, elle trouvait le temps de faire sa pâtisserie.

 Le fameux libouli. C'était un gâteau à base de lait bouilli, d'où son nom, une recette qu'eune voisine du Nord lui avait donné. Dans le temps, on n'achetait pas de flan. Mamie cassait un oeuf pour que ça soit jaune et mélangeait au lait. On était heureux comme des papes ! On mangeait de la soupe qu'on appelait du "rassacage", c'est un mélange de légumes, avec des oignons.

 L'après-midi, c'était  aussi les "recettes" de Mamie. Sache qu'en séchant, l'ail soude aussi bien que la colle forte. Du coup, elle faisait de la colle. En faisant bouillir du lichen blanc et des graines de lin dans de l'eau, que l'on écrase et que l'on filtre, on obtient de l'huile. Elle faisait de l'huile.

 Plus de chocolat à la maison ? Qu'importe, Mamie se servait des châtaignes et avec la farine des châtaignes, elle faisait même de l'eau de vie... Mais bon, à partir de l'été 42, la guerre totale a été décrétée. Cela signifiait l'exploitation de toutes les ressources physiques et humaines des pays occupés. Là, c'était la fin des haricots... La France manquait de tout.

 

- Mamie devait être habillée comme un sac.

- Détrompe-toi, en ces temps de pénurie, ta Mamie a déploré des trésors d'ingéniosité pour assurer le confort de notre petite famille et dans les domaines de l'élégance, rien n'arrêtait son imagination. Ne pouvant se procurer de vêtements neufs, elle passait l'après-midi à coudre, à tisser et à tricoter, elle transformait un manteau en veste, raccourcissait ses jupes et fabriquait avec de la ficelle un sac ou une ceinture.  

 Lorsque sa dernière paire de bas ne pouvait plus être remaillée, elle teintait ses jambes et dessinait au pinceau une couture sur son mollet. Puis elle sortait, coiffée d'un incroyable bibi "fabriqué maison" et faisait claquer fièrement sur le pavé les talons de bois de ses semelles compensées. Elle assurait.

- Pourtant à la maison, ça devait être la soupe à la grimasse. 


- Pas du tout, la vie est trop courte pour faire la gueule. Du coup, on se faisait plaisir. Quand la quinzaine tombait, Mamie préparait de la farine avec de l'eau avant de faire des boules qu'elle faisait bouillir avant de mettre le tout dans un grand plat chaud avec de la cassonade dessus. C'était délicieux !  On se régalait.

 Ensuite, on écoutait la radio pour savoir ce qui se passait mais il y avait toujours à la fin deux trois pas de danse sur Trenet, les danses polonaises, l'accordéon... 

- Et autour, le monde suivait son cours ?


- Tout était exacerbé, le monde était dingue, c'était le moment de la libération je te rappelle, le rythme échevelé, les coeurs battaient la chamade. Tout est trop étonnant, parfait, extraordinaire, fou, merveilleux, comme si c'était tous les jours dimanche.


 Je me souviens d'ailleurs que le dimanche, après tout le travail de la semaine, Mamie prenait le temps de broder. Elle n'arrêtait jamais !


- Et le temps dans tout ça ? 


- On vivait en souvenir d'hier et dans l'espoir de ce soir. 


- Et le soir, le rideau tombe j'imagine, c'est pareil pour tout le monde ? 


- Le soir, après avoir couché les enfants, on parlait beaucoup tous les deux. Elle me remontait le moral. Sans elle, je n'aurais pas tenu.


- Mamie ne faisait pas dodo ?


- Quand la nuit tombait, elle se couchait nu comme un ver et pour dormir il lui suffisait de fermer les yeux. Si tout dort, on pouvait entendre un chuchotement, les étoiles entre elles ne parlaient que d'elle et une petite brise semblable à une bise venait se poser sur ses lèvres.

 Bientôt le jour se lèvera, ça laisse encore le temps à deux petits enfants de venir se blottir dans les bras de leur maman. 


- Fraîcheur de la nuit ?


- Non, chaleur de la vie.


- Et ce fut tout ?


- Oui, et ce fut tout.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Ma Mamie m'a dit

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin