Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 15:48

photo-3 0349"Générique de fin.



 Padovano est à la veille de la retraite.

Après avoir passé les quatre derniers mois comme gardien suppléant à Fleury-Mérogis, l'administration pénitentiaire accéléré son départ.


 Il faut préciser que, par trois fois, il dut être délivré, ayant été enfermé avec ses propres clefs dans sa propre chambre par des détenus placés sous sa surveillance, et dont aucun n'a jamais été rattrapé. Il attend ce jour avec impatience, ayant décidé de se consacrer désormais à la bonne marche de jardins d'enfants.

 En prévision de son rendez-vous avec Minoudot, Esther Douglas porte une eau de toilette imperceptiblement poivrée. Un truc à tomber raide.

 Et enfin, ce tour d'horizon rapide serait incomplet s'il ne comprenait pas également André Toursalino dit "Toursow". Sa piste fut la plus difficile à suivre et son sort n'a pu être établi avec certitude. Il y a cependant toutes les raisons de penser qu'il est actuellement installé au Marina Cubana Beach où il a pris ses habitudes dont celle d'interpréter tous les soirs au karaoké Benny Hill et Starsky et Hutch. 

 Quitte à passer pour un retrosexuel, Gérard Pelletier a décidé de faire le grand saut avec Françoise Herbelin, son amour d'enfance. Même si ce n'est pas couru d'avance.

 Il reste évidemment les deux personnages principaux. Il est difficile de ne pas en parler. Qu'il vous suffise de savoir qu'ils sont toujours très riches, très célèbres, très amoureux donc très beaux, très heureux, et qu'en plus ils sont en très bonne santé.

 C'est, pour certains, très agaçant. Il existe, en effet, une certaine catégorie de gens que les happy ends irritent. Ce sont pour la plupart des aigris, des gens pour qui le bonheur des autres est toujours insupportable.

 Tant pis pour eux, cette histoire finit bien. Ce n'est pas si fréquent qu'on le croit.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans FaceBlog
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 17:14

securedownload-1--copie-13.jpg"Détail.

 

 Contrairement à Nadine Dimitriani, sa femme, Angelo a toujours préféré les petits détails du quotidien au paysage d'ensemble. Il nous dresse un tableau sans complaisance des protagonistes de l'histoire :

Helene Mc Pherson a laissé tomber Gilbert Lapentti
pour convoler avec Gérard Pelletier. Elle est actuellement en rut.

Minoudot raconte à Moulinot la blague de Jojo.

André Toursalino et Manuel Ferreira viennent de prendre la carte du parti.

Jean-Daniel Lescargoura dévore L'oracle della Luna.

Gigi se masturbe en regardant James Bond.

Delmer Toursalino pense toujours à Josy chaque fois qu'il se brosse les dents. Une fois par mois environ.

Lara Delmas est assise sur Dédé (son canapé Vuitton) et regarde Gérard (son écran plasma 16/9).

Padovano fait une pirouette inversée sur son bureau en fredonnant le générique du Capitaine Flam. 

Josiane Berthelot prépare une blanuette de veau. 

Pascaline Moulinot apprend à tricoter en prévision d'un heureux évènement.

Après avoir culbuter son ex tour à tour dans une 4L, une BM, une Twingo et une Coccinelle, Lombard est en train de la prendre nue dans la Simca 1000. 

De corvée de vaisselle, Angelo laisse la place à Franck Durieux, l'amant de sa femme,  qui va poursuivre pour nous l'investigation.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans FaceBlog
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 23:26

securedownload-1--copie-3.jpg"Piqure de rappel.

 

 Il est bon de donner quelques indications finales sur les personnages impliqués dans l'histoire ci-dessus, c'est Nadine Dimitriani qui s'y colle :

 Valentine Porticelli a pris plus de poids ces dernières années, elle vit toujours en compagnie de Guillaume Taillefer qui tourne actuellement L'homme de glace pour la télévision finlandaise. Malgré une légère bronchite, il est en forme, le tournage touche à sa fin.

 La mère de Lucien Malroux est devenue batteur du groupe Eagles.

Gilles Mercadier est aiguilleur du ciel à Los Angeles.

 Gaston Loubrac le figurant de la séquence suite est actuellement sur le tournage de Julie Lescaut.

Tescano a reçu le prix nobel de la paix pour son action en suisse helvétique.

 Lucien Malroux est enterré au cimetière des animaux tropicaux de Vancouver.

Enfin, Rick Bedwards et Sophia Manatan
 tiennent aujourd'hui une brioche dorée à Créteil, Val de Marne.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans FaceBlog
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 15:40

securedownload-1--copie-11.jpg"Vivante.

"Vivante" (La dépêche du midi, journal apprécié pour la sobriété de ses une).

"Vivante !!!!!" (Voici, hebdomadaire de la presse française dite "à sensation").

"Vivante !!! ???" (La Libre Belgique, journal belge connu pour son caractère dubitatif).

"Elle est vivante !" (La Provence, journal marseillais dont le rédac-chef est connu pour son horreur des spaghetti bolognaise). 

 "Vivante peut-être mais kidnappée certainement" (La voix du Nord, journal à tendance pessimiste).

"A combien va encore s'élever la rançon que les contribuables vont avoir à payer pour que l'on puisse la récupérer ? Telle est la question." (L'humanité)

"Quel impact aura le retour de Sophia Manatan dans l'activité sexuelle des Français : Libido ou bide au lit ? (Union, magazine à caractère érotique)

Rick étala les journaux sur la couverture et posa sur la table de nuit bol de café et croissants. Sophia lui sourit et cligna des yeux. Les rayons de soleil passaient à travers les volets de bois.

- Ça y est, dit-il, le monde vient d'apprendre la nouvelle. 

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans FaceBlog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 17:13

securedownload-1--copie-7.jpg"Affaire classée.

 Padovano referma la porte et téléphona au président du conseil général du Tarn ; au bout de la troisième sonnerie le président décrocha.

- Raynaud, il vous faudra aller à l'enterrement de Sophia Manatan dans votre bled. Du sérieux, la petite était très proche du commissaire principal, une petite larme ne ferait pas mauvais effet. Pas de question ?

- ...

- Je n'en ai rien à foutre, Mr le Président, dit Padovano, vous écouterez le match à la radio.

Il raccrocha sans délicatesse et fit deux exercices d'assouplissement, les pieds écartés sur la moquette.

- Celui-là, marmonna-t-il, avec son rugby, il en écourterait le conseil des ministres. Tout ça pour assister au Haka avant le match entre les All-blacks et l'équipe de France.

Il termina par une pirouette, effectua deux jetés-battus tout en fredonnant le générique d'Arnold et Willy et s'octroya une Marlboro. Ben oui, il faut de tout pour faire un monde.

L'affaire était classée.


Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans FaceBlog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 16:56

imagesCATQZYGW.jpg



"I
l fit assoir
Mercadier d'un geste, se lissa les tempes d'un doigt bagué et vérifia sous le bureau la parfaite fermeture de son zip de pantalon.

Rassuré, il huma de la narine gauche l'oeillet blanc qui ornait sa boutonnière et sourit de ce sourire auquel aucun capitaine de gendarmerie ne pouvait plus résister depuis bien longtemps.

- Que me vaut l'honneur ?

Mercadier se trémoussa et, balayant les précautions d'usage, raconta en deux mots les raisons de sa visite.

Padovano croisa les jambes, soupira, murmura "Excusez-moi" avec une politesse exquise et donna deux coups de téléphone codés. Quelques minutes après, il reposait l'appareil, s'essuyait les mains et jetait son oeil de biche sur Mercadier.

- Très bien. Une explosion à la dynamite a soufflé la maison de Sophia Manatan. Le corps ? demanda-t-il.

Le journaliste eut un geste éloquent des deux mains.

- Des débris peut-être, dit-il, mais il n'y a rien de sûr.

Padovano balaya l'objection d'un coup de poignet mou.

- Aucune importance, dit-il, voici ce que vous allez faire.

Mercadier avala sa salive et se pencha en avant pour mieux entendre.

- Cinq lignes, dit Padovano, en dernière page et en milieu de colonne : Sophia Manatan est morte ce matin d'une explosion à la dynamite. L'enterrement aura lieu dans la plus stricte intimité ; la défunte sera inhumée dans le caveau familial à Cagnac-les-Mines, petit village du Tarn, berceau de la famille.

Fébrilement, Mercadier griffonna ces indications sur un vieux ticket de métro et demanda :

- Rien d'autre ?

Padovano tapota le marbre synthétique de sa table de travail.

- Vous ajouterez que la police continue son travail d'investigation pour trouver les causes de l'attentat. A bientôt Mercadier, passez donc un de ces soirs, nous donnons de petites réceptions sans prétention où le Ricard coule à flot.

Padovano ne fut pas surpris outre mesure par cette nouvelle. Il l'attendait.

 L'horoscope avait annoncé une journée noire pour les Bélier.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans FaceBlog
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 14:15

imagesCALKQO5Q.jpg



"I
l était furax.


Tescano ne supportait pas l'idée que son ex-femme aille voir ailleurs.

Une idée insupportable qui l'obsédait.

Il la voyait présenter le nouveau à sa famille, ses amis. Mais pire encore, il l'imaginait avec lui, toute nue, essayant toutes les positions possibles et inimaginables.

Une idée encore plus intolérable qui lui bouffait le crâne.

On ne se débarasse pas d'une passion amoureuse en deux coups de cuillères à pot.

D'un coup d'un seul, il se souvenait de Sophia Manatan d'une manière tout à fait différente, son sex-Appeal , sa façon de fumer , de dire des mots d'amour et de faire l'amour surtout lui revenait en mémoire. 

Il ne pouvait laisser les choses actuelles en l'état. Il fallait agir. Deux choses dès lors lui apparurent aussi saugrenues que nécessaires : reprendre rendez-vous chez Georges Lanvois, son psy pour en parler de vive voix et liquider l'imposteur.

Le fait est que Tescano avait toujours eu du mal à digérer leur séparation.

Pire encore, il n'avait toujours pas fait le deuil.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans FaceBlog
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 16:58

4be6dbc726372ddc-1-.jpg


"L
'homme porte un costume
de vieux tweed poché aux épaules, aux coudes et aux genoux. Le fessier énorme, les genoux cagneux et les pieds en dedans : le genre de type que les metteurs en scène cherchent lorsqu'ils ont un rôle de clochard.

C'est la seule photo où il a l'air sympa. Sur les autres, ça se voit qu'il est méchant comme la gale.

Il n'était pas comme ça avant. Mais il est rentré dans le rang. Il s'était vu trop beau. Il fut un temps où il arrivait encore à sortir son épingle du jeu mais il a vieillis c'est évident.

Mal vieillis. Et depuis il s'est laissé aller.

Maintenant il est complètement à côté de la plaque.

Si on fait un rapide état des lieux, le diagnostic est accablant, je vous épargne les détails mais il faut que le lecteur sache que son ventre a gonflé. Un ventre de femme enceinte jusqu'à la gueule (c'est une expression). Du sept mois à s'y méprendre. Ses fesses tombent. Ses pieds puent. Peut-on encore parler de cheveux ? Ils sont partis à mesure que les rides pointaient le bout de son nez. Un nez gros, soit dit au passage, ce qui a l'avantage de pouvoir accueillir du monde.

Le reste est du même tonneau, jugez plutôt : un sexe qui ne bande pas ou mou. Et qui ne sert que pour pisser une pisse jaunâtre qui manque cruellement de puissance. Quant à son caca, il faut pas s'étonner avec ce qu'il bouffe que ça fouette. Il n'y a pas de fumée sans feu.

Sinon, je suis toujours surpris par la noirceur de ses ongles. Quant à son haleine, imaginez des kilos d'échalotes ayant macéré dans un baril de pétrole, et vous serez encore loin du compte.

La faute à qui ?

A une femme bien sûr. Mais pas n'importe laquelle. Lucien Malroux a eu le malheur de croiser sur sa route Josiane Berthelot. Et vous le savez aussi bien que moi : quand Josiane passe, l'herbe ne repousse pas !

Et ce pauvre Lulu s'est alors senti victime, persécuteur puis percuté. On ne se remet pas facilement du triangle dramatique.

Le fameux triangle de Karpman.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans FaceBlog
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 17:47

29d303ee309a4ac2-1-.jpg


"I
l n'était pas possible
que ce genre de mec ait souri une seule fois dans sa vie.

La coupe du costard et le dessin de la cravate indiquaient clairement qu'il ne devait pas avoir des sueurs froides chaque fois qu'il sortait son carnet de chèques, et, à en juger par les chevalières et la chaîne en or, ça devait lui arriver souvent.

Toursalino décida de ne pas faire de cadeau. Quelque chose dans les yeux de ce type lui disait qu'il était plutôt du genre à distribuer des rafales de Sten que des réglisses à la sortie de l'école.

- Allez-y dit Toursalino, déballez votre sac.
L'autre passa une langue rapide sur ses lèvres caoutchouteuses et croisa ses jambes.

- Je m'appelle Tescano, lâcha-t-il, ça vous dit quelque-chose ?

Un peu que ça lui disait quelque chose ! Quatre meurtres dans le Michigan, un attentat à mains armées dans le Connecticut, un réseau de prostitution à Réquista. Il fallait ajouter à cela quelques broutilles, une explosion d'un cargo au large du Groenland et le vol de la caisse de la Paneterie, place Jean-Jaurès à Carmaux.

Toursalino se leva et tendit sa main.
- Heureux de vous avoir connu, Tescano, mais vous vous êtes gouré de porte. On ne bosse pas dans la même catégorie.

Tescano hocha la tête.
- C'est vous que je viens voir Toursalino et pas un autre.
C'était net et sans bavure.

- Ok., dit Toursalino, mais c'est vous qui l'aurez voulu.
Tescano balança :
- Mon ex-femme, Sophia Manatan voit un homme. Or j'ai pour principe d'être le premier et le dernier amour d'une femme. Et j'aime pas trop qu'entre les deux il y ait du monde. Je ne peux pas bougé d'une oreille en ce moment, Padovano ne me lâche pas d'une semelle. Vous allez me mettre la main sur son amant. Je le veux vivant. Je vous verse un quart de million de dollars. O.K. ?

Toursalino respira lentement. C'était un truc que le vieux Delmer, son oncle, lui avait appris quand ils chassaient les lapins dans la montagne noire. "Respire lentement, fiston, pendant ce temps, les minutes passent et tu réfléchis au calme." Sacré Delmer. Est-ce qu'il aurait respiré lentement, lui, devant un paquet de fric pareil ?

De quoi passer le restant de sa vie en hamac, avec des palmiers, des nanas partout, Michel Delpech en fond sonore, et un verre dans chaque main.

Il entendait déjà tinter les glaçons.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans FaceBlog
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 18:26

imagesCABJNRBG


"S
andra Blackwell
tapait un peu mieux à la machine qu'un manchot épileptique, mais pour ce qui était de l'aérodynamique, elle évoquait une cadillac des années 50 carrossée par Philippe Stark.

C'était une des raisons pour lesquelles Toursalino l'avait engagée.

Il fallait ajouter à cela qu'elle possédait à partir de dix heures du matin jusqu'à seize heures de l'après-midi une bonne dose d'humour et qu'elle savait choisir ses rouges à lèvres.

D'un signe de tête, il refusa le gobelet de carton à demi plein de café qu'elle lui tendait.

Depuis six mois qu'il se calait les fesses entre les ressorts défoncés de son fauteuil, il avait fait trois affaires : un maniaque du nom de Delmas qui lui avait fait suivre son ex-femme pendant huit jours, ce qui lui avait valu des ampoules au pieds, une connaissance parfaite des super-marchés du quartier et cinquante dollars.

La deuxième avait consisté à dérouiller un photographe pervers un peu trop porté sur le cliché porno. Un certain Lapentti.

Et pour la troisième, il avait escorté pendant quatre jours Hélène Mac Pherson, une mémère névrosée et nymphomane à qui il avait servi de garde du corps et d'amant de coeur, on ne pouvait pas dire que ce fut le Pérou.

Il bâilla et le téléphone sonna. Sans déplacer un souffle d'air, il revint sur ses pas et décrocha.

- Allô.

A l'autre bout, la voix était feutrée mais inquiétante : une lime dans un gant de boxe.

- Vous êtes Toursalino ?
- C'est moi.
L'homme resta quelques secondes silencieux.

- Je serai chez vous dans dix minutes. J'ai une... disons que j'ai un ennui. J'espère que vous pourrez m'aider.
- Je suis là pour ça.
Ils raccrochèrent ensemble. Un type dans les quarante berges, plus habitué à donner des ordres qu'à les recevoir. Toursalino se tourna alors vers Sandra.

- "Blackwell, les affaires reprennent. C'est ma tournée. Je vous offre une binouse.
- Soda, haleta Sandra. 

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans FaceBlog

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin