Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 16:59

CP-Bretagne.jpg"La colo.

 

 Ma mère avait tenu à me fourrer en colonie de vacances. Elle pensait que j'y mangerais mieux et que je m'ouvrirais à la collectivité. Foutaises.

 Ce fut évidemment l'inverse qui se produisit, je crevai la dalle un mois, et le seul terme de "balle au prisonnier" me donnait envie de vomir. Le martyre !

Je refusai de remettre ça l'année suivante mais elle m'assura que j'étais sans doute mal tombé et que ce serait totalement différent cette fois puisque c'était en Bretagne et que comme elle disait : La Bretagne, ça vous gagne.

 Oui mais non.

 Ni une, ni deux, j'ai mis Mamie dans la confidence. Après tout, foutu pour foutu, il fallait trouver la parade.

 

 Nous décidâmes donc d’un code. Il était simple. Si je commençais ma missive par "Chère Mamie", c’était le signe que tout allait bien, mais si le début était "Très chère Mamie", c’était le signal du désespoir, et que je me trouvais plongé dans le chaudron de l’enfer. Il était entendu que dans ce cas-là, Mamie bondirait dans le train le plus express pour me sortir de ce guêpier (traduction : nid de guêpes).

 

 Nous n’étions pas arrivés qu’un cri retentit : "Balle au prisonnier !" Tiens donc. Il avait été poussé par le mono, chef Marcel, qui, dès le premier regard, m’avait paru plus con que celui de l’année d’avant. Bref, après avoir pataugé dans la boue pendant trois quarts d’heure en tentant d’éviter un ballon lourd comme un boulet de fonte et propulsé par chef Marcel et ses petits bras musclés, ce fut le repas.

 Les nouilles de l’an dernier réapparurent, je les reconnus parfaitement, aucun doute à avoir, c’étaient les mêmes. Et je ne parle même pas des carottes. Elles étaient cuites !

Je dus alors me rendre à l’évidence : rien n’avait changé, c’était même encore pire car il y avait baignade tous les jours et chef Marcel jusqu’à la fin du mois. Lorsque vint l’heure de la lettre à la famille, je n’hésitais pas une seconde : "Très chère Mamie."

 De mémoire, j’ai souligné Très de trois traits, le T occupait à lui-seul la mi-hauteur de la page. les censeurs qui lisaient les missives ont dû penser que, vraiment, j’aimais beaucoup ma Mamie pour lui exprimer mon adoration avec une telle épistolaire vigueur.

 Mamie tient parole, elle sauta dans le premier train vers la Bretagne, changea trois fois dans des gares humides et m’arracha à mon calvaire.

Et vingt ans passèrent.


 Vingt ans plus tard donc, elle dut subir une radiothérapie et les médecins préconisèrent une maison de repos chez les Biarrots. Je la mis dans le train à la gare de Carmaux. Avant que je ne quitte le wagon, elle m’arrêta, la main sur mon bras.

- Si je ne suis pas bien, je t’écris et on fait comme la dernière fois pour toi. Si j’écris "Très cher petit", tu viens me chercher.

Je protestai qu’il n’y avait pas besoin de lettre, elle pouvait me téléphoner, les lettres n’étaient d’ailleurs pas lues. Elle n’en démordit pas.

- Avec le téléphone, on entend ce que tu dis, et les lettres, elles peuvent être ouvertes en cachette, comme, tu t’en souviens, le faisait le concierge de la rue des Camélias. Je préfère faire comme ça.

  Ça n’a pas traîné. Quatre jours après, je recevais un "Très cher petit" de dix centimètres de haut, souligné au fluo. Je suis allé la chercher évidemment, je lui devais bien ça.

 Quand elle m'a vu, elle m'a dit : "On m'oblige à chanter "Trois jeunes tambours" en canon pendant des heures, il pleut tout le temps et l'infirmier est un gros con. En plus, je mange tous les jours des haricots. C'est la fin."

Mon sang n'a fait qu'un tour, j'ai pris ma Mamie par le bras et j'ai lancé au gros con d'infirmier : "On se barre !"

 

 En quittant ces lieux, ma Mamie rayonnait de bonheur, elle m'a lancé un regard plein de malice avant de glisser :

- Si on allait en Normandie ? On pourrait visiter le château de mon enfance.


Va pour la Normandie...


 

Collection "Mamie en ballade"

La routurière - Mamie à Lagrave - L'Hôpital - La maison de retraite - Mamie chez les Bretons - Mamie voulait revoir sa Normandie ! - La fouace Normande - La campagne, ça vous gagne...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Le Tour de Gaule

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin