Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 02:24
L'histoire du jour

"C'est l'histoire d'un itinérant qui arrive dans un village.

Le nom du village ? Motus et bouche cousue. Sachez que notre administrateur ne dévoile jamais ses sources. * 

Bref, comme notre itinérant a très faim, il commence à faire du porte à porte pour un bout de pain.

Seulement voilà, les portes restent fermées. A double tour. Terminé le temps où il y a avait - toujours - l'assiette du pauvre au bout de la table.

Du coup, foutu pour foutu, notre itinérant - appelons-le Tony, comme Tony Micelli -, se pose au milieu de la place, allume un feu, sort une marmite, la remplit d'eau avant d'y rajouter quelques pierres trouvées ça et là et le tour est joué.

Et c'est là qu'un villageois décide de pointer le bout de son nez avec une question au bout des lèvres : "Vous préparez quoi ?

- Je prépare une soupe à la pierre.
- C'est bon ?
- C'est pas mauvais. Mais c'est quand même meilleur avec des carottes.

Ni une, ni deux, le vieux était parti dans son cagibi pour chercher des carottes !

Pas le temps de les éplucher - ni d'enlever l'oeil des patates - qu'autour de la marmite, il fallait être aveugle pour ne pas distinguer la mère Simone avec ses poireaux, la Fernande avec ses courgettes, le vieux Marcel avec ses oignons et Félicie avec ses poils au pattes...

Bref, on se serait cru au marché de Carmaux quand Christophe T. ne se ballade pas - à poil ! - entre les étals.
Passons.

Le fait est qu'à la fin **, "Tony la menace" a goûté la soupe à la louche avant de dire - à haute et intelligible voix ! - cette phrase lapidaire que je ne peux que citer :

- Et bien les gars, c'est la meilleure soupe à la pierre que j'ai mangé de toute ma vie.
Merci.

 

* D'après le site Médiapark, il s'agirait de Carmaux, la ville de Jaurès, champion de France de rugby en 1951.

** Conseil de grand-mère : laissez mijoter une heure à feu doux, ça laisse le temps de boire l'apéro.
Rideau.

 

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Humour !
25 septembre 2016 7 25 /09 /septembre /2016 20:01
La blague du jour

"C'est l'histoire de deux Mamies qui discutent sur un banc : "Dis Ginette, comment il s'appelait le dernier qui m'a fait tourner la tête ?

- Il s'appelait Alois. Il était mince, il était beau, il sentait bon le sable chaud...
- Alois ? Alois comment ?
- Alois Alzheimer.

 

La morale de l'histoire : il semble dorénavant acquis que si on connait tous notre premier amour, maintenant on connait aussi le dernier.
Rideau.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Humour !
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 00:06

"Quand notre administrateur a débarqué au boulot ce matin, il tirait la tronche. Du coup, les rumeurs ont circulé au bureau : Gueule de bois ? Rupture amoureuse ? Grosse perte au casino ? Les trois, peut-être ?

Oui mais non.

La raison ? Il a dévoré La fille du train de Paula Hawkins.

#unecorde #pourquoi #moiquimecroyaisavoirtoutlu#unlivreàlire absolument

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Humour !
15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 22:49

"J'adore François Hollande.

C'est dit, pire : c'est écrit.

 

Il s'habille comme un plouc.

Comme moi.

 

Et puis - quand même, excusez-du peu - souvenez-vous : son amoureuse l'appelle, il file - à l'anglaise - la rejoindre... Question à choix multiples :Il court à sa rencontre en Jet Privé ? en Concorde ? Non, cent fois non. 

Le président enfourche son scooter ! Une chance qu'il n'y avait pas de station Velib à deux pas. Moquons-nous.

Pourtant, je suis fan.

 

Rappelez-vous Pretty Woman, Richard Gere déboule avec son chauffeur, la rose dans la main droite, la bouteille de champagne dans la main gauche... Magnifique.

François, lui, il débarque en scout, sans rose et sans bouteille de champagne... A poil !

Je valide.

Mieux : je trouve ça génial même si je peux comprendre que certains le détestent et qu'ils préfèrent voir le président de la France sur un yacht que sur une mobilette. Ok d'accord. Qu'on le veuille ou non, l'image c'est important. Et le président de la République Française se doit d'avoir un certain standing.

 

Seulement voilà, chaque fois qu'il y a une injustice. Chaque fois que les valeurs de la France sont attaquées... François est là. Et il assure. D'où un slogan que je propose - comme ça, l'air de rien - pour la prochaine présidentielle : "François, on peut compter sur toi."

 

Ceci étant écrit, j'imagine déjà les quolibets, les... Ok d'accord, je sais d'ores et déjà que personne ne lit ça mais mettons : Un internaute se perd... il tombe sur ce blog... Il lit cet article... Et - forcément - il se dit : "Quel con ce mec !".

Normal.

 

Droit de réponse : Pour ceux qui l'ignorent je m'appelle Regis. C'est mon prénom.

Et vous savez ce qu'on dit : "Dans la série Régis est un ..." Ais-je besoin de finir ma phrase ?"

 

 

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Humour !
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 13:31

 Désolé mais mon blog a encore été piraté.

Décidément.

 

 Et comme je ne peux pas supprimer cette vidéo qui a été publiée à l'insu de mon plein gré, autant la commenter : alors mes chers lecteurs, je n'ai pas pu m'empêcher en la visionnant de penser à Toni Micelli dans "Madame est servie" (saison 4, épisode 56).

 

 Pour situer, je m'attendais même - à la fin - que Samantha déboule de sa chambre avec la tête remplie de doutes sous le regard ahuri d'Angela Bower.
Oui mais non.

 

 Passons et revenons à nos moutons, il semble dorénavant acquis que la France va faire serment d'allégeance à la famille Le Pen pour diriger ses régions.

 

 Aussi, pour simplifier la nouvelle carte de France, je propose de rebaptiser la région Paca "Le Pen et nièce", le Nord-Pas-de-Calais-Picardie "Le Pen et fille" et pour le grand Est, pourquoi pas un mariage à la Mairie et à l'église de Jean-Marie et Florian pour former la région "Le Pen et Philippot".
Imparable.

 

 Pour les autres régions, on trouve un tonton ou une Mamie le Pen de derrière les fagots et en avant la caravane. Le reste ?
Le reste n'est que littérature.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Humour !
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 18:59

 Toutes mes excuses pour la diffusion sur cette page de cette vidéo mais mon blog a été piraté.

Et comme je ne peux pas la supprimer, autant la commenter : alors figurez-vous chers amis que je n'ai pas pu m'empêcher en la visionnant de penser à Nelli Oleson dans "La Petite maison dans la prairie" (saison 8, épisode 431).

 Pour situer, je m'attendais même à la fin à ce que Percival déboule à sa poursuite - comme en 40 !, enfin si je peux me permettre l'expression - avec un pigeon dans la main droite et une boîte de Kleenex dans la main gauche sous le regard effaré d'Harriet.

Oui mais non.

 

Passons et revenons à nos moutons, le slogan du FN annonce La France forte. Ah bravo ! Nos sommes sauvés. Ouf ! Applaudissons.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Humour !
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 11:18

3ad9917b"L'interview.

 

"Over blog : Vous n'avez pas l'impression d'en faire un peu trop ?

- Ah, dit l'auteur.

- Comment voulez-vous qu'on s'y retrouve nous, on est complètement perdu dans ce foutoir. Et puis ca part dans tous les sens...

- Ah, re-redit l'auteur.

- Poésie, sport, publicité, communication... Vous passez du coq à l'ane !

- Oh, dit l'auteur pour changer.

- Et vous parlez d'amour, décidemment vous ne manquez pas de toupé.

- Si je fais un blog, il faut qu'il soit à mon image, et donc ce n'est pas possible qu'il ne soit pas charnel, c'est comme si on faisait un bouquin sur Hitler et qu'il ne déclare pas la seconde guerre mondiale.

- Vous parlez même de politique, est-ce que vous savez qu'il y en a qui se sont retrouvés en taule pour moins que ça ?

- Je l'ignorais, dit l'auteur visiblement touché.

- Vous êtes un blogueur véreux !

- Je suis quoi moi ? dit l'auteur ébranlé.

- Une crapule de la pure espèce.

- De la pire.

- Pardon ?

- Vous avez dit de la pure, il faut dire de la pire. C'est plus français.

- Mauvaise fois en plus. Revenons à nos moutons, épurons un peu avant que le lecteur pête un plomb, on commence par l'horoscope, c'est n'importe quoi l'horoscope... 

-  L'avenir, on a pas à le prévoir mais à le permettre... 

- La météo c'est toujours la même, halte au sketch !

- La météo c'est comme l'amour, il ne faut pas trop compter dessus... 

- Encore vos citations et vos phrases toutes faites...

- (sur un ton énervé) La citation est pour moi un hommage à ce qui a été écrit et merveilleusement dit. Je ne vois pas pourquoi on s'en priverait. Les citations, ça élargit, ça élève, ça empêche de s'engluer. C'est comme s'il y avait une menace énorme d'inertie, de bétise, de vulgarité. La formule parfaite permet d'en sortir. Elle a le mérite de fédérer, d'exalter.

- Excusez-moi mais j'ai l'impression d'avoir déja entendu ca quelque part...

- C'est pas faux, c'est Lucchini qui l'a dit.

- Vous voulez dire que même quand vous parlez d'une citation, vous citez quelqu'un, c'est énorme ! Bon, on recadre, le Top 50, ce n'est quand même pas une réussite...

- (sur un ton encore plus énervé, limite agressif)) Que des tubes !

- La rubrique la belle histoire, c'est une belle mascarade...

- Plus les histoires sont belles plus les gens n'y croient pas... Ma grand mère aimait raconter de belles histoires en préparant le petit déjeuner tout en sifflotant l'hymne du 14eme regiment des chasseurs à cheval du corps d'armée commandé par le général Grant durant la guerre de Sécession.

- Soit, mais la rubrique "coach du jour" est imbuvable.

- C'est une opinion qui peut se défendre. Pour info, le prochain coach du jour sera Adolfo Serpentini.

- Qui est Adolfo Serpentini ?

- Le quincaillier de Chatenay-Malabry, champion cycliste des hauts de Seine, section amateurs.

- On n'est pas sorti du marasme. Franchement, les danses du monde, c'est du n'importe quoi...

- Rappelez-vous les paroles de Jean Jacques: "Quand tu danses y songes-tu?"

- Pareil pour les questions réponses, à part peut etre la dernière...

- Vous parlez de l'expression Faire une P.  ?

- J'imagine que ce n'est pas une Pizza... Et les outils de coach ?

- Que du lourd !

- Ne noyez pas le poisson, savez-vous que...

- Et la rubrique coaching est énorme !

- Faut le dire vite, une question qui me brûle les lèvres, il me semble détecter une faille, une faiblesse dans l'épaule, qu'est ce que vous cachez ? Parlez-nous de vos peurs, de vos défauts.

- Je suis incapable d'acheter de papier toilette, du coup j'en pique à droite, à gauche.

- Je le savais. Il faut creuser là, il doit y avoir quelque chose dessous. Laissez-moi vous poser une question toute personnelle : ne vous est-il jamais arrivé de vous trouver dans un lieu d'aisances et de vous apercevoir - après, donc trop tard - qu'il n'y a plus de papier ?

- (l'auteur avalat sa salive et fit un effort de mémoire) Une fois, reconnut-il honnêtement, au mariage de ma cousine.

- Qu'avez-vous fait ?

L'auteur fronça les sourcils. Il eut conscience que, derrèere lui, ses collègues s'étaient rapprochés.

- J'ai fait l'inventaire de mes poches.

Impitoyable le journaliste posa l'ultime banderille :

- Qu'y avez-vous trouvé ?

- Ma carte grise, des tickets de métro et trois pièces de dix francs.

- Vous ont-ils été utiles en la circonstance ?

Effondré, l'auteur baissa la tête, accablé par le souvenir.

- Non.

- Ne cherchez pas plus loin, c'est ça, depuis inconsciemment ça bloque. Changeons de sujet, il n'y a pas de rubrique culinaire, vous n'aimez pas la cuisine ?

- La rubrique cuisine du monde sera bientot disponible avec notamment un poulet au maïs 'flambé a l'Atlanta' avec garniture de patates douces. Et une recette louisianaise d'avant la guerre de Secession (l'auteur eut un geste pour se lécher les doigts mais se reprit).

- Intéressant. Bon c'est pas que je m'emmerde mais j'ai d'autres chats à fouetter, merci de nous avoir reçu. Un dernier mot peut-être ?

- (L'auteur met ses mains derrière le dos et repousse des cailloux du pied) Comme vous êtes là, dit-il, et que ma Mamie apprécie votre journal, alors je...

Silence.

"Je me suis dit que..."

Silence.

"Je peux lui faire un  petit coucou ?.."

Repost 0
Published by IGLESIAS - dans Humour !
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 19:00

Veau.jpg"Arnaque de pack d'eau à Hyper U...

 

 "J'ai été victime de vol à Hyper U. Un truc de dingue, jugez plutôt : deux superbes jeunes filles (majeures) vous abordent (très poliment) alors que vous rangez vos courses dans le coffre de votre bagnole. Impossible de se méfier.

 Elles commencent par laver votre pare-brise avec une éponge et un produit pour les vitres, leur poitrine bien mise en valeur dans leur chemisier étonnamment serré. Dans la foulée, alors que vous les remerciez et leur offrez un pourboire ou un ticket restau, elles refusent sur le champ et vous demandent de les conduire à Intermarché.

 

 Si vous avez le malheur (la faiblesse) d'accepter, elles montent à l'arrière de votre voiture et, en chemin - au niveau du café des Sports -, commencent à se déshabiller et à faire l'amour. L'une d'elles passe ensuite sur le siège passager - devant chez Bompart ! -, et vous fait une fellation pendant que l'autre vole votre pack d'Evian !

 Imparable ! On y voit que du feu.

Soyez donc extrêmement vigilant, tout le monde peut tomber dans le panneau. On m'a ainsi volé un pack d'eau vendredi dernier, un autre samedi, deux fois dimanche, encore une fois lundi et à nouveau ce matin. J'y retourne demain... bien obligé : je n'ai plus d'eau !"

 

Rideau.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Humour !
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 16:28

Depeche"Je me suis fait berner.

Comme un bleu.

Je n'ai pas vu le coup venir, pourtant il y avait des signes qui ne trompaient pas.

Pas un coup de téléphone.

Plus d'apéro.

Pas de nouvelles des potes depuis des lustres. J'aurais dû m'en douter.

Commençons par le commencement, re-faisons l'histoire : avant, mes potes m'appelaient dix fois par jour, puis d'un coup d'un seul : plus rien. Je me suis dit qu'il devait y avoir une raison, un truc qui m'avait échappé...

C'est Manuel Ferreira d'abord qui a été pris en flag. Personne ne l'a vu depuis un an because Mme Garcianure était soi-disant enceinte. Pourquoi pas après tout. Bref, elle accouche (jusqu'ici rien d'anormal), puis nous recevons (via facebook) les photos du petit Marco...

Un petit plein de cheveux ! Tiens, tiens...

C'est ce détail apparemment anodin qui m'a mis la puce à l'oreille.

L'erreur de débutant.

Il aurait pris la photo d'un marmot sans tignasse, je n'y aurai vu que du feu. Comme les autres d'ailleurs.Mais avouez que le petit Garcianure avec des cheveux, la pilule est quand même dure à avaler. Ce n'est pas tout, quand on l'appelle, il ne répond pas, avant de rappeler plus tard... Le tout, toujours aux mêmes heures, comme s'il avait l'autorisation...

C'est là que j'ai su qu'il était en taule !

L'idée a alors fait son chemin et j'ai alors pensé aux autres. Mêmes causes, mêmes effets. 

Jérôme Moulinot et JD, on était ensemble pas plus tard que dimanche dernier. Un dimanche soir, vous vous rendez compte, comme s'ils avaient une perm...

Tescano ? Pas de nouvelles depuis six mois, il a du en prendre pour perpette.

Pour Dario Secoïa, c'est différent, il a dû négocié avec les autorités (et balancer quelques noms au passage) pour être incarcéré au Cotton Club.

Si Robert est derrière les barreaux, comme Diego, Dario, lui, est derrière les tonneaux. Ça coule de source. Avec Toursalino sans doute. 

On en chaîne (si je peux me permettre la subtilité) pour un petit tour de table rapidos :

Que Perpi, Rico, Primatice ou Babar soient sous les verrous n'a rien d'anormal, c'est le contraire qui aurait été étonnant. Les conneries, ça se paye un jour ou l'autre. Forcément.

Quid de Lara ? De Françoise ? De Pascaline ? Elles sont mariées ! C'est encore pire. D'un côté, c'est le trou. De l'autre, la corde au cou. La peine de mort en somme. Le cas de Françoise est encore plus révélateur, dernièrement elle a perdu trois kilos. Or je suis formel, la Françoise, il y a qu'en taule qu'elle peut maigrir. Tu remplaces les coca light par les oranges et tu perds trois kilos.

CQFD.

Alors on a beau dire que ce n'est quand même pas le bagne, ça m'emmerde un peu. Ben oui, tant qu'il y aura un pote en prison, je ne serais jamais libre.

 

Rideau.

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Humour !
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 16:13










"Vieux con !"

C'est ce que l'on vient de me dire à la sortie d'une visite d'usine de métallurgie.

Il était 18 h 37. Il y avait foule. Je poussais parce que j'étais poussé et quelqu'un que je n'ai pas bien vu, placé devant moi, s'est retourné et à proféré à mon intention, nettement et textuellement, cette formule lapidaire :
Vieux con.

Il devait être jeune probablement.
Peut-être était-il con aussi d'ailleurs.

En tout cas, cela m'a laissé rêveur. Depuis, j'interprète, je m'interroge. Je me demande ce qui me gêne le plus est d'avoir été traité de con ou de vieux. Sans doute de vieux parce que ça, ça se voit, alors qu'il ne pouvait pas savoir, en si peu de temps, si j'étais con. D'un autre côté, s'il avait dit "con" tout court, cela aurait eu une brièveté trop cinglante qui m'eût blessé peut-être plus profondément, et je me demande si finalement l'adjectif n'a pas été un adoucissant, s'il n'a pas joué, en fait, un double rôle : tout d'abord il tempère, et j'ai l'impression tout à coup qu'un vieux con est moins con qu'un con tout court...

Cela est peut-être du au respect des anciens surnageant aux rebords de nos consciences... Il y a là une nuance d'importance : le vieux con n'est peut-être con que parce qu'il est vieux ; il ne l'a toujours pas été, peut-être fut-il brillant, intelligent, peut-être autrefois ne poussait-il pas à la sortie de l'usine... Bref, la connerie est ici un produit de l'âge dont il est la victime, il est donc plus attendrissant qu'inquiétant, c'est un privilège du troisième âge en quelque sorte, et peut-être qu'en approfondissant encore, je trouverais dans l'expression qui m'a défini en ce cours moment une infime nuance de tendresse. J'imagine les visages émus de mes copains de régiment se retrouvant à l'automne de leur âge se traitant mutuellement, les larmes aux yeux, de vieux cons.

Pudeur des amitiés viriles... Peut-être cet inconnu de l'usine a-t-il exprimé soudain une brutale montée de tension retenue à mon égard...

On peut évidemment ne pas être d'accord avec mon interprétation et penser au contraire que l'âge n'arrangeant pas les choses, se manifestant par une lourdeur, de pesanteur (le poids des ans), un vieux con est plus con qu'un con moins vieux ou qu'un con tout court...

Et puis je ne suis pas si vieux que ça et je fais du sport pour m'entretenir. Ca se voit d'ailleurs, tout le monde l'a remarqué.

En tout cas, je n'ai rien répondu par manque de réflexe, je trouve toujours mes mots après... Je sais que François aurait trouvé un truc avec sa réparti, il savait y faire le vieux. Mais moi, ça m'a séché. Qu'aurait dit l'américain d'ailleurs ? Il aurait répondu un truc élégant, c'est évident.

Mais répondre n'est d'ailleurs pas si facile qu'il y paraît car on répond à une question : or je n'ai pas été questionné.
Loin de là.

C'était plutôt une affirmation péremptoire. Peut-être pas complètement fausse, et ce monsieur entr'apperçu était-il un fin connaisseur. Que répondre donc à quelqu'un qui vous apprend sans préparation excessive que vous êtes un vieux con ? Le plus normal est de le traiter de la même manière, mais avouez que ce serait un aveu d'impuissance qui ne me ressemble pas que d'employer exactement ses propres termes; cela dénoterait un tel manque d'imagination que je ne puis absolument pas m'y résoudre.

Trois solutions s'offrent : petit, gros ou grand.
Choisissons.

Petit con ne me satisfait pas pour deux raisons contradictoires ; c'est à la fois trop gentil puisqu'un petit con est tellement con qu'il n'est même pas capable d'être un con tout entier ; il y a dans cette formule quelque chose d'à la fois mignard et d'inachevé qui me laisse insatisfait. Et puis "petit" est un mot qui me gêne, je ne sais pas pourquoi, je n'arrive pas à me l'expliquer. Et puis, ce qui est petit est mignon, non ?

J'écarte tout de suite "gros con" qui, de loin, me paraît être la solution la plus vulgaire et ne me ressemble donc pas ; elle a un aspect d'obésité, d'enflure, de graisse et de bêtise épandues qui me choque. On peut être grossier sans être obscène ; "gros con" appartient aux deux catégories.

Reste "grand con". Là encore je demeure perplexe ; l'adjectif est ici presque un hommage. Proférer cette formule, c'est se poser aussitôt comme un petit homme râleur dressé sur ses ergots face à un grand escogriffe, dadais longiligne ; c'est ce que dit dans la cour de récréation le bambin du cours préparatoire au grand du cours moyen deuxième année qui vient de lui piquer ses réglisses. Cela serait ridicule que je profère ces mots d'enfant, moi qui suis un vieux. Un vieux con pour être plus exact.

Alors que faire ? Le silence ? Cela paraît digne, surtout vu ma position, mais il est dur de s'y résoudre, surtout pour moi et puis le silence est l'injure des forts. "Indescriptible con" me paraît trop long, rien de tranchant, rien de vif ni d'incisif ; non, il ne faut pas dépasser les deux syllabes sinon on n'en finit plus, et puis cela ne fait pas sérieux. J'ai cherché l'adjectif ad hoc, j'ai fait les dictionnaires comme ma femme fait les magasins, je n'étais pas loin de penser que finalement, j'étais bien un vieux con lorsque la solution m'est venue d'un coup, exactement ce qu'il fallait, ni trop long, ni trop courte, la réplique parfaite.
Pauvre con.

Maintenant que je l'ai écrite, je ne la trouve plus si bonne. Je me demande si "pauvre" n'introduit pas une dimension d'apietoiment qui me pose comme une sorte de richard hautain à smoking, cigare et double Rolls  par rapport à un brave homme sans le sou que je toise dédaigneusement ; mais bon, ça a quand même plus de gueule. A moins que...Il faudrait rajouter un truc pour adoucir, un truc du style... "Casse-toi pauvre con !"

Imparable ! 

Au salon de l'agriculture mercredi, le prochain qui m'emmerde, il va y avoir droit.
C'est vrai quoi à la fin,  je suis là pour résoudre les problèmes du pays et les français ne m'ont quand même pas élu pour que je ferme ma gueule. Je serai le président de la libre expression un point c'est tout !

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Humour !

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin