Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 décembre 2009 1 28 /12 /décembre /2009 17:20

Poulbot 2"Toutes nos fautes...

 

 Toutes nos fautes, tous nos péchés, proviennent de trois grands maux : l'orgueil, l'ignorance et la peur.

 L'ignorance, si bien dénoncée par le grand Socrate, est le mal de l'intelligence.

 La peur est le mal qui afflige notre coeur. Comme la connaissance est le seul moyen de vaincre l'ignorance, le seul antidote à la peur, le seul remède... c'est l'amour.

 Car le coeur de l'homme n'aspire qu'à aimer et être aimé. Toutes les blessures de l'amour, qui commencent dès notre enfance, engendrent des peurs qui finissent par paralyser notre coeur et nous faire commettre toutes sortes d'actions mauvaises.

 Le seul mal qu'il faut vaincre, c'est la peur.

 Tous les autres maux : la colère, la jalousie, la tristesse, la culpabilité morbide, proviennent de cet ennemi intérieur. Si tu arrives à dominer ta peur, plus rien ne t'atteindra, plus aucune force mauvaise n'aura d'emprise sur ton coeur.

 Tout le chemin de la vie, c'est de passer de la peur à l'amour.

 Parce que ta destinée est inscrite au plus profond de ton coeur."

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'oracle
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 16:22

Poulbot"Existe-t-il une volonté supérieure...

 

 Existe-t-il une volonté supérieure à la mienne qui guiderait mes pas sur un chemin tracé d'avance ? Peut-on échapper à ce que la sorcière appelle le destin ?

 Qu'est-ce que le libre-arbitre ?

 La communion des saints, cela signifie que tous les humains sont reliés entre eux par un destin commun et que des fils invisibles nous relient les uns aux autres.

 N'est-il pas contradictoire d'affirmer d'un côté que l'homme est libre de créer sa vie, et de l'autre qu'il est soumis au déterminisme astral ?

 Ce dont je suis sûr, c'est que les astres ne déterminent pas. Pour Ptolémée, l'influence astrale, qui donnait le caractère de l'individu, s'ajoutait au conditionnement familial et l'homme conservait toujours une part de libre-arbitre face à toutes ces influences. Il n'y a donc aucun déterminisme absolu, aucune fatalité.

 On n'échappe jamais totalement à son conditionnement, qu'il soit familial, collectif ou astral. L'homme reste marqué toute sa vie par sa langue, son éducation, son caractère inné, que sais-je encore !

 Mais par l'exercice de son libre arbitre qui réside dans la partie la plus spirituelle de son âme, c'est à dire son intelligence et sa volonté, l'homme peut faire des choix qui orientent son existence, ses pensées et ses actions dans une direction qui n'est pas uniquement le fruit de son caractère, de ses désirs, de ses instincts, ou bien encore des préjugés de la tradition qu'il a reçue. 

"On ne naît pas libre, on le devient."

- Mais tous les évènements du destin proviennent-ils seulement du caractère ? N'existe-t-il pas certaines rencontres, certaines épreuves ou certains évènements heureux qui sont écrits depuis toujours ?

 Bien sûr ! Je crois en effet aussi que la Providence divine a voulu mettre certains évènements heureux ou malheureux, sur notre route.

 Nous n'y échapperons pas. L'un aura un grave souci de santé, tel autre rencontrera un maître spirituel à un moment important de sa vie, un troisième tombera amoureux d'une femme bien précise. Mais chacun pourra réagir librement face à ces évènements programmés par le destin.

 L'homme malade pourra se plaindre contre son sort et gémir toute sa vie ou bien sortir intérieurement fortifié et grandi par cette épreuve ; le jeune homme pourra suivre on maître spirituel ou bien continuer son chemin; et celui qui est amoureux pourra épouser cette femme ou bien en choisir une autre.

 Les astres sont des signes que la Providence a posés pour nous permettre de mieux nous connaître et de déchiffrer les arcanes de notre destiné, mais nullement pour nous orienter de manière absolue. Il faut les regarder comme des phares qui nous éclairent et non comme des causes qui nous aliènent.

 Pour Platon, l'âme humaine, tant spirituelle que psychique, transmigre de vie en vie et choisit de nouvelles existences en fonction de ce qu'elle a déjà accumulé comme expériences dans ses vies intérieures. Elle possède déjà un caractère qui va se mêler à l'atavisme du nouveau corps qu'elle choisit de prendre.

 Mais elle possède aussi des connaissances, des émotions, des dispositions spirituelles plus ou moins élevées, acquises lors d'autres vies.

 C'est ce qui fera que tel enfant à une peur inexpliquée de l'eau parce qu'il est mort noyé dans une vie précédente, ou bien une disposition étonnante pour la musique ou la science, car il avait déjà accumulé des connaissances en ces domaines.

 Quoi qu'il en soit, je suis entièrement convaincu de trois choses. La première, c'est que nous naissons avec un bagage psychique important qui nous conditionne au moins autant que les conditions matérielles de notre naissance, comme notre famille ou notre pays.

 La deuxième est que notre existence n'est pas que le fruit du hasard et contient déjà en germe, dès la conception et la naissance, ce que nous sommes appelés à devenir.

 La troisième enfin, c'est que la vie est une sorte d'école dont le seul but est d'apprendre à connaître et à aimer. Pour cela, nous traversons toutes sortes d'expériences, agréables ou douloureuses, qui nous permettent de progresser. Un parcours initiatique en somme, semé de rencontres, d'obstacles et de coups de pouce du destin.

 Vient enfin la question du libre arbitre. Il ne réside pas dans le choix de son caractère et dans la manière dont il va répondre aux évènements de sa vie. Représente-toi l'homme tel un acteur sur une scène de théatre qui doit jouer un rôle précis, écrit à l'avance par quelqu'un d'autre. La marge de manoeuvre de l'acteur ne consiste pas à changer ce rôle, mais à l'interpréter à sa manière, du mieux qu'il peut.

 Ainsi ne reconnaît-on pas un grand acteur à ce qu'il joue un prince ou un valet, mais à la manière dont, prince ou valet, il joue son rôle.

 Peu importe dès lors d'être né riche ou pauvre, d'avoir une destinée humble ou glorieuse, d'être homme ou femme, de mourir jeune ou vieux, seul compte le fait d'investir sa vie de manière lucide, profonde, juste. La liberté humaine réside davantage dans la manière de vivre que dans les modalités de vie, qui nous sont en grande partie dictées par une force supérieure.

 L'humanité entière progresse lentement vers un mystérieux accomplissement collectif. Certes, elle n'en maîtrise ni les paramètres de base, ni l'échéance. Mais elle demeure libre de tracer la direction et la forme de cette marche commune, à travers des choix collectifs et les choix personnels de tous les individus qui la composent.

 Qu'on le veuille ou non, nous sommes tous reliés et solidaires les uns des autres.

 Toute action ou pensée positive d'un seul homme élève et aide l'humanité toute entière, alors que l'action ou la pensée négative d'un seul homme abaisse et affaiblit toute l'humanité."

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'oracle
23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 02:05

Poulbot 2"Sais-tu quelle est notre plus grande peur ?

- La peur de mourir ?

- Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce n'est pas de la mort que nous avons le plus peur... mais de la vie ! Nous nous accrochons à la vie, mais nous ne la vivons pas. Ou plutôt, nous nous cramponnons à l'existence. Or exister est un fait. Mais vivre, c'est un art.

 Nous existons. C'est un fait et nous n'y pouvons rien. maintenant, il nous faut vivre. et là, nous sommes concernés : car nous sommes appelés à devenir les auteurs de notre vie. Telle une oeuvre d'art, nous devons tout d'abord la vouloir ; puis l'imaginer, la penser ; enfin la réaliser, la modeler, la sculpter, et cela à travers tous les évènements, heureux ou malheureux, qui surviennent sans que nous y puissions rien..

 On apprend à vivre, comme on apprend à philosopher ou à faire la cuisine. Et le meilleur éducateur de la vie, c'est la vie elle-même et l'expérience qu'on peut en retirer.

"Faire confiance à la vie."

 Nous avons ainsi peur de nous ouvrir pleinement à la vie, d'accueillir son flot impétueux. Nous préférons contrôler nos exigences en menant une vie étroite, balisée, avec le moins de surprises possible.

 Cela est tout aussi vrai dans les humbles demeures que dans les palais ! L'être humain a peur de la vie et il est surtout en quête de la sécurité de l'existence. Il cherche, tout compte fait d'avantage à survivre qu'à vivre. Or survivre, c'est exister sans vivre... et c'est déjà mourir.

 Passer de la survie à la vie, c'est une des choses les plus difficiles qui soient ! De même est-il si difficile et effrayant d'accepter d'être les créateurs de notre vie ! Nous préférons vivre comme des brebis, sans trop réfléchir, sans trop prendre de risques, sans trop oser aller vers nos rêves les plus profonds, qui sont pourtant nos meilleures raisons de vivre. Certes tu existes, mon jeune ami, mais la question que tu dois te poser c'est : est-ce que je suis vivant ?

 Ces paroles trouvaient une profonde résonance en Giovanni. Il songeait que jadis, en quittant son village pour retrouver Elena, il avait choisi la vie. Il avait choisi la sécurité d'une existence somme toute paisible pour suivre ses rêves, pour suivre son coeur.

 Il avait pris une décision importante, il avait pris des risques, il avait fait confiance à la vie.

Et la vie lui avait fait des cadeaux inestimables. 

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'oracle
16 décembre 2009 3 16 /12 /décembre /2009 12:30

Poulbot"L'arbre Séphirotique de la vie...

 

 L'arbre Séphirotique de la vir est une ancienne et mystique représentation Kabalistique de la structure physique et psychique de l'homme et de l'univers.

 L'étude de l'Arbre de la vie est une méthode qui peut vous accomapagner tout au long de votre existence. Suivez-là, votre pensée cessera de vagabonder au hasard et vous recevrez des bénédictions au fur et à mesure que vous arriverez à avancer dans cette voie.

 Vous allumerez des lumières en vous, et ces lumières non seulement vous éclaireront, mais elles vous purifieront, vous renforceront, vous viviefieront et vous embelliront. Une sorte de représentation d'un monde idéal qui vous tire vers le haut. 

 Avec Malhout (le royaume), vous concrétisez les choses. Avec lésod (le fondement), vous les purifiez. Avec Hod (la gloire), vous les comprenez et les exprimez. Avec Netsah (la victoire), vous leur donnez la grâce. Avec Tiphéreth (la beauté), vous les illuminez). Avec Guébourah (la force), vous luttez pour les défendre.

 Avec Hessed (la grâce), vous les soumettez à l'ordre divin. Avec Binah (l'intelligence), vous leur donnez la stabilité. Avec Hohmah (la sagesse), vous les faites entrer dans l'harmonie universelle.

 Enfin, avec Kéther (la couronne), vous posez sur elle, le seau de l'éternité. Le tout, jusqu'à ce que ces dix séphiroth qui sont inscrites en vous commencent à vibrer et que votre être intérieur soit écliré par toutes les lumières de l'Arbre de la vie.

"Visite guidée avec l'Oracle"

 La fontaine est au coeur de l'arbre sephirotique. Ce coeur, la sixième sefirah, se nomme Tipheret, "la Beauté" et la "Miséricorde" divines. On l'appelle aussi "le Soleil" parce que ses rayons relient toutes les sefirot en harmonisan leurs qualités respectives. Si tu regardes vers le haut, vers Kether, tu remarques les deux sentiers qui proviennent de la Sagesse et de l'Intelligence. 

 Tu vois aussi les deux chemins qui viennent des fontaines. A droite, la quatrième sefirah : Hesed, la "Grâce" par laquelle se révèle la bonté suprême de Dieu. A gauche, Gheboura, "la justice" divine, la norme rigoureuse dans laquelle la grâce se manifeste.

 Plus bas, les fontaines qui sont au bout des deux sentiers qui partent à gauche et à droite de l'allée centrale. Celle de gauche symbolise la septième sefirah : Netsah, "la Victoire", l'endurance, le pouvoir "mâle" du créateur. A l'inverse, celle de droite symbolise Hod : "la Gloire", la puissance féminine réceptive du divin.

 Continuons à descendre l'arbre des sefirots, voici Yesod, le "Fondement" de l'existence, la base du monde créé. Comme le montrent ces deux chemins qui viennent de Netsah et de Hod, Yesod représente aussi l'union des deux émanations précédentes : le pôle masculin et le pôle féminin du divin.

 Et enfin Malkut, la dernière fontaine, "le Royaume" de Dieu, le receptacle de toutes les autres émanations. C'est le sfirah qui régit le monde. Il y a de nombreux chemin de traverse, mais seulement trois grandes allées : on peut rejoindre Kether par le centre, c'est à dire par le fondement, la beauté et la miséricorde.

 On peut aussi remonter l'allée de gauche : par le principe mâle, la rigueur et l'intelligence. On peut enfin remonter par la droite, à savoir le principe féminin, la grâce et la sagesse."

 Le reste n'est que littérature.  

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'oracle
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 11:40

Poulbot 2"On peut...

 

 On peut déjà appréhender les grandes étapes de l'histoire de l'humanité à travers chacun des signes traversés par le point vernal.

 Ainsi, environ quatre millénaires avant Jésus-Christ, le soleil de printemps se levait dans la constellation du Taureau.

 Or tout donne à penser que c'est à cette époque que l'homme commença à se sédentariser, à construire des bâtiments en brique, à pratiquer l'élevage. Sédentarisation et construction sont les deux traits les plus caractéristiques de la psychologie de ce deuxième signe du Zodiaque.
 
 Mieux encore, toutes les religions de l'époque, de Sumer, d'Assyrie et même d'Egypte, vénéraient la figure du taureau. C'est le culte du Minotaure ou du Dieu égyptien Apis à tête de taureau.

 De manière symbolique, les caractéristiques du signe du Taureau correspondent bien à la naissance et à l'essor des premières civilisations qui donnèrent de puissances assises à la vie sociale et politique.

 Puis environ deux milles ans avant Jésus-Christ, le point vernal est passé, toujours à reculons, dans la constellation du Bélier.

 Le sacrifice religieux pratiqué alors, comme le montre celui d'Abraham, était celui d'un Bélier. Le peuple hébreu descendant d'Abraham fera du bélier et de l'agneau les animaux sacrificiels par excellence. Mais on retrouve aussi partout la figure du bélier, comme en Egypte la prééminence d'Amon-Râ, le Dieu solaire à tête de bélier.

 Symboliquement, le Bélier correspond à cette ère de conquête et au développement des grands empires égyptiens, perses, macédoniens et romains.

 Puis la venue du Christ a été concomitante de l'entrée du point vernal dans la constellation des Poissons. Le poisson qui est l'emblème des premiers chrétiens ! Le signe de la croix comme symbole du christianisme est venu bien plus tard.

 Pendant plusieurs siècles, les disciples du Christ se reconnaissaient à ce symbole du poisson qu'ils dessinaient dans les catacombes durant la période des persécutions.

 Et d'une, parce que Jésus a pris pour premiers apôtres des pêcheurs qui vivaient autour du lac de Galilée, et de deux, parce que le mot poisson en grec, ICHTUS, est formé des premières lettres des cinq mots de la phrase Iesous Khristos Theou Huios Sôter, ce qui signifie : Jésus-Christ, fils de Dieu, sauveur.

 Pour en revenir à l'astrologie, la symbolique des Poissons s'ajuste fort bien aux traits dominants de la religion chrétienne : compassion, sacrifice ou don de soi, recherche de fusion et d'unité du genre humain.

 Ainsi le XXI ème siècle devrait connaître de profonds bouleversements de civilisations et de religions, quand le soleil du printemps se lèvera dans la constellation du Verseau.

 Probablement dans le sens d'une humanisation de la religion, car le Verseau, contrairement aux autres signes, à le visage d'un homme ou d'un ange. Nous assisterons vraisemblablement au développement d'une nouvelle ère fondée sur l'homme et les valeurs humanistes.

 Comme l'indique la symbolique du signe, on vivra alors sous le règne de l'esprit et le hommes voudront construire une nouvelle civilisation fondée sur l'idée de fraternité humaine. Le feront-ils en abandonnant toute idée de Dieu ou bien en intériorisant Dieu dans le coeur humain ?

 Nul ne le sait et cela prendra de toutes façons plusieurs siècles." 

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'oracle
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 13:44

Poulbot"L'observation...

 

 L'observation des phénomènes célestes est aussi vieille que les premières civilisations.

 Partout où l'homme a construit des villages et des cités, il a observé le ciel.

 Les astrologues observaient les planètes et avaient pris l'habitude de noter sur des tablettes d'argile le mouvement capricieux des corps célestes, ainsi que tout phénomène cosmique particulier : conjonction des planètes, apparition d'une comète, éclipse du soleil ou de la lune.

 Comme ils notaient par ailleurs tout évènement important survenu sur terre - épidémie, famine ou récolte exceptionnelle, naissance ou mort du roi, guerre ou invasion - ils finirent par établir des corrélations entre les évènements célestes et les évènements terrestres. C'est ainsi qu'est née "l'astrologie", mot grec dont l'étymologie veut dire "discours sur les astres".

 Après de nombreux siècles d'observation, on eut l'idée de diviser la bande céleste sur laquelle on peut observer la course du soleil, de la lune et des autres planètes en douze portions égales de trente degrés chacune. Cette division correspondait en fait à une double observation.

 Celle des étoiles fixes tout d'abord : on remarqua que telle constellation ressemblait par sa forme à tel animal et on nomma du même nom la portion de trente degrés du zodiaque. C'est ainsi que naquit la symbolique des douze signes. Mais, plus justement encore, ces signes correspondent au cycle annuel du soleil et du rythme des saisons.

"Nous ne naissons pas par hasard, mais à un moment précis où l'ordre cosmique correspond au visage de notre âme."

 Ainsi le zodiaque commence avec l'équinoxe du printemps, le 21 mars. Le premier signe, celui du Bélier exprime donc ce jaillissement de la force vitale qui anime la nature au début du printemps. Les hommes qui naissent pendant cette période sont dès lors marqués par un tempérament entreprenant, énergique, fonceur, parfois belliqueux.

 Puis le 21 avril vient le Taureau. C'est cette seconde période du printemps qui se caractérise par l'abondance des formes, la montée des essences végétales, l'apparition des gras pâturages. A l'image de la nature, on retrouve chez les natifs du Taureau stabilité, puissance, épanouissement sensuel, mais aussi entêtement ou rancune. Ce sont des ruminants !

 Puis arrive à partir du 21 mai cette troisième période du printemps : la conquête aérienne de la végétation par le branchage et le feuillage, mais aussi par le va-et-vient incessant des abeilles qui butinent. A cette période aérienne d'échange correspond le signe des Gémeaux marqué par le mouvement, l'adaptabilité, la communication, mais aussi la superficialité, le batifolage.

 Le 22 juin, le soleil est au plus haut dans le ciel et tous les jours sont à leur apogée : c'est le solstice d'été. La régression des jours qui s'ensuit jusqu'au prochain solstice d'hiver est fort bien symbolisée par le crabe, ou Cancer, un des seuls animaux à marcher en arrière !

 Les natifs du Cancer ont donc l'esprit tourné vers leur enfance et les choses du passé. C'est au cours de cette première période de l'été que se forment les graines : toute la nature est en gestation. c'est donc un signe de fécondité, de maternité. Les natifs sont attachés au foyer, à la famille, aux valeurs traditionnelles. Ce sont aussi des créatifs à l'imagination forte.

 Le 23 juillet vient le signe du Lion, qui symbolise dans la nature le triomphe de la végétation, la plénitude du fruit, la puissance du soleil et les fortes chaleurs. Ceux qui naissent à cette période sont des être puissants qui ont besoin de rayonner et d'exprimer leur domination ou leur créativité. mais ils peuvent aussi pécher par orgueil ou vanité.

 Puis le soleil entre dans le signe de la Vierge. C'est la période des moissons, c'est-à-dire l'aboutissement d'un long processus où le grain semé en hiver donne l'épi mûr. L'épi va être coupé, les grains vont se détacher. Tout dans la nature se différencie, se sélectionne, se réduit. Les natifs de la vierge sont marqués par l'esprit qui calcule, sépare, ordonne. Ils n'ont pas une grande énergie vitale, mais une forte capacité de travail, de rigueur, d'analyse.

 Puis le 23 septembre arrive l'équinoxe d'automne symbolisé par la Balance. C'est l'équilibre parfait de la longueur des jours et des nuits. c'est l'équilibre entre la chaleur de l'été et la rudesse de l'hiver. C'est une période de douceur, d'harmonie. Ainsi les natifs de la Balance sont-ils constamment en recherche de paix, d'équilibre, de justice. Mais ils peuvent être aussi de perpétuels indécis. Ils sont aussi modérés et conciliants que les natifs du Bélier, signe de l'équinoxe opposé, sont entiers et provocants.

 Le 23 octobre, le soleil entre en Scorpion. Ce deuxième signe de l'automne marque la mort de la végétation : l'herbe s'arrête de pousser, les feuilles tombent et pourrissent. Les natifs de ce signe sont puissamment marqués par cette force de transformation, de mort et de renaissance, qui peut les rendre angoissés ou destructeurs s'ils ne parviennent pas à réaliser leur alchimie intérieure qui les pousse à surmonter leurs puissants instincts et à accéder à une lumière supérieure, un secret caché.

 Puis vint le signe du Sagittaire, le 22 novembre. Tout semble mort dans la nature. Mais à l'image du Centaure qui décoche une flèche vers le ciel, le Sagittaire est  intérieurement tourné vers la renaissance, il sait que la végétation repartira et que cette mort n'est qu'apparente.

 Les enfants du Sagittaire sont donc tournés vers un idéal élevé, ils sont optimistes, attirés par le lointain, les grands voyages du corps et de l'âme. Epris de liberté, ce peuvent aussi être des rebelles qui ne supportent aucun lien de dépendance.

 Aux alentours du 21 décembre arrive le solstice d'hiver. A l'image de la nature qui est entièrement dépouillée, concentrée, silencieuse, sévère, les natifs du Capricorne sont sérieux, concentrés, austères, parfois tristes et solitaires.

 Mais telle la chèvre qui les représente et qui symbolise les jours qui rallongent (il est utile de préciser qu'une chèvre montera toujours sur le site ou l'objet le plus haut), ils sont ambitieux, persévérants et aspirent sans cesse à s'élever intérieurement ou socialement.

 Le signe du Verseau, le 20 janvier, symbolise dans la nature l'assimilation de la graine nouvellement semée qui s'intègre à la terre. Comme l'esprit féconde la matière. Le Verseau n'est pas un animal, mais un ange, figure de l'intelligence, de la victoire de l'esprit sur l'opacité de la matière.

 Le natif du Verseau est un intellectuel capable de détachement des choses sensibles, un libre-penseur qui n'agit que selon sa conscience, un éveilleur qui entend faire germer dans les entrailles de la terre des idées nouvelles susceptibles de la transformer.

 Le 19  février vient enfin le dernier signe du Zodiaque : Poissons. Nous observons dans la nature cet état transitoire, imprécis, informe, entre l'hiver qui s'achève et le printemps qui s'annonce. A l'image de la nature et de cet animal, les natifs des Poissons sont insaisissables.

 Ils évoluent dans les profondeurs mouvantes de leur âme. Ils sont dotés d'une forte imagination et de beaucoup de compassion.

 L'astrologie n'est pas une science rigoureuse, comme la logique ou les mathématiques, elle utilise un langage symbolique qui demande à être interprété."

 Les astres sont les symboles des différentes facultés de l'être humain et les signes du Zodiaque symbolisent quant à eux toute la richesse, répartie en douze signes, du tempérament humain. En interprétant la position d'un astre dans un signe, l'astrologue cherche à saisir comment telle ou telle faculté s'exprime.

 Cela signifie donc que nous ne naissons pas par hasard, mais à un moment précis où l'ordre cosmique correspond, d'une certaine manière, au visage de notre âme.

 Notre âme qui a de certaines dispositions et qui aspire à telle ou telle destinée, va s'incarner, et ensuite naître, à un moment où elle est en harmonie avec le cosmos tout entier."

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans L'oracle

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin