Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 23:56

journal"Gare au gorille.

 

 C'est à deux copains sétois, Roger Théron et Victor Laville, que Brassens doit de rencontrer cette détonnante Patachou. Il se verrait bien romancier ou poète plutôt qu'artiste de scène.

 Après de nombreuses tentatives dans plusieurs cabarets, il avait perdu espoir. Patachou, elle, en a pour deux ! Elle l'invite dans son cabaret dès le lendemain soir : "Vous resterez ici le temps qu'il faudra ! Les gens finiront bien par vous écouter..."

 Brassens essaie encore de se défiler à cet exercice de scène qui le terrifie ; il préfèrerait qu'elle interprète ses créations au lieu de le pousser sur scène, invitation qu'elle décline, prétextant qu'elle aurait bonne mine en chantant Le gorille et La mauvaise réputation... Patachou lui empruntera toutefois J'ai rendez-vous avec vous, Le bricoleur ou Brave Margot.

 Elle présente son protégé à Jacques Canetti - encore lui - afin qu'il lui ouvre les portes de Philips. L'homme se montre enthousiaste, beaucoup moins sa direction que le récit d'un gorille à l'assaut d'une vieille décrépite et d'un jeune juge en bois brut épouvante.

 Qu'à cela ne tienne, puisqu'il n'est pas question que Philips abrite un tel artiste, il est décidé que Brassens sera signé par l'autre label de la maison, Polydor.

 Mamie n'y va pas par quatre chemins quand elle affirme que dans le paysage de la chanson, M. Brassens fait figure d'ovni : une vedette solitaire que la gloire ni l'argent ne flatteront jamais, un artisan des mots que la scène ne cessera de rebuter. 

 A Sète, que l'on écrivait alors Cette, il a grandi entre deux feux, celui d'Elvira, Napolitaine et fort croyante et celui de son père, Jean-Louis, paisible, libre-penseur et réfractaire aux choses de Dieu.

 A la maison, il y a des roucoulades de Tino, le swing de Ray Ventura et les mots fous de Trenet. Georges a le goût de la chanson mais plus encore celui de la pitrerie, au fond de la classe tout près du poêle.

 Seulement voilà, le passage d'un professeur dans une vie de cancre a parfois des effets inespérés...

 C'est le cas avec Alphonse Bonnafé, professeur de français, à qui Georges fait lire ses premiers petits poèmes. En retour, le maître lui enseigne l'art de la rime et des pieds bien balancés qui valent mieux que les coups de pieds aux fesses des autres enseignants. Il sera poète quand il sera grand.

 Mais il fait aussi le malin.

 Dix sept ans, le temps des copains, des larcins pour un peu d'argent de poche.

 Georges dérobe des bijoux à Simone, sa demi-soeur. Ses copains aussi détroussent leurs proches. L'affaire fait grand bruit.

 Ils sont les mauvais garçons, les brigands du lycée. Renvoyé de l'établissement, montré du doigt dans le village, le fils Brassens expérimente la "mauvais réputation".

 C'est cet humiliant souvenir de 39 qui donne naissance à la chanson en 52. Mais pour l'heure, mieux vaut fuir Sète. Ce sera Paris, et le silence froid des bibliothèques, après un détour par les usines Renault finalement bombardées en ces temps de guerre.

 Il épluchera alors les mots des poètes jusqu'à en comprendre chaque pulsation.

 Il écrit alors ses premiers recueils de poèmes. Jeanne Planche, une voisine de sa tante Antoinette chez qui il demeure, met la main à son maigre porte-monnaie afin qu'il s'édite.

 Le service du travail obligatoire le conduit en Allemagne sans qu'il pose un seul jour sa plume. Il écrit sans répit puis s'enfuit chez Jeanne et Marcel Planche, au 9 de l'impasse Florimont dans le 14ème arrondissement où il trouve refuge en attendant la fin de la guerre.

 Une vie de peu de chose, sans gaz, sans électricité, sans eau. Georges n'a pas de besoins. Il restera là vingt-deux ans entre les chats que l'on recueille en nombre, avec Jeanne et son hospitalité, son peu de manières et son plein de tendresse, Jeanne sans le sou qu'il habille d'une chanson...

 

Son auberge est ouverte aux gens sans feu ni lieu

Et, comme par miracle, par enchantement on fait partie de la famille.

 A Marcel, il écrit :

Toi l'Auvergnat qui sans façon

m'as donné quatre bouts de bois

Quand dans ma vie il faisait froid.

"La chanson, c'est une lettre à l'ami..." écrit-il à Mamie. Tout est dit.

 La guerre est à peine achevée depuis deux ans qu'il a déjà publié un roman et écrit : Le parapluie, J'ai rendez-vous avec vous, Le gorille et mis en musique Il n'y a pas d'amour heureux, un poème d'Aragon.

 Il a acquis sa première guitare, rencontré sa femme, celle de toute une vie, l'Estonienne Joha Heiman.

 Une femme "derrières qui tu condamneras ta porte en marquant dessus : fermé jusqu'à la fin des jours, pour cause d'amour", ainsi qu'il l'écrit dans Embrasse-les tous.

Et puis lentement, sûrement, le succès est venu. Il va arpenter la France. Ses disques s'arrachent. Crime terrible en 1956, il ose placer le mot "con" dans la chanson Marinette, ce qui lui vaut d'être privé d'ondes.

 La suite ? La marche nuptiale, Le pornographe, les amoureux des bancs publics, Les copains d'abord née du souvenir d'une escapade en rafiot à Sète avec un capitaine qui avait usé du pastaga... Un titre que lui a commandé Yves Robert pour son film Les copains d'abord.

 Il a disparu en octobre 1981 à soixante ans et une semaine.

 Rideau.

Partager cet article

Repost 0
Published by Régis IGLESIAS - dans Des refrains et des Mamies

Livre d'or

Première affiche

 

  "MA MAMIE M'A DIT"  

Spectacle nostalgique 

 

"On nous avait promis la magie, promesse tenue : un spectacle plein de féérie de souvenirs où chacun se retrouvait. Une belle énergie. Les résidents ont adoré. Merci." Marie ("La Clairière de Luci" - Bordeaux)
 
"Formidable ! Nous sommes tous remontés dans le temps, nous avons vingt ans, on a ri, on a presque pleuré et surtout on a chanté. Merci." Cathy (Arles)
 
"Un véritable petit chef d'oeuvre" ; "La légion d'honneur pour la créativité" "Un véritable artiste" ; "Après-midi formidable" ; "Absolument parfait" ; "Une rétrospective originale" ; "Un très bon moment d'évasion". Propos recueillis à la résidence Emera d'Angoulême  
 
"Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux... C'était magnifique. Nous avons revu toute notre jeunesse et notre enfance. Et c'est beau de redevenir jeune dans l'ambiance d'autrefois." Aimée et Janine
 
"Les chansons, les réclames et les anecdotes ont transporté les résidents dans leur enfance. Une après-midi de nostalgie mais aussi de chansons et de rires. Merci encore pour ce magnifique spectacle." Sandrine
 
"Spectacle complet, tellement agréable et thérapeutique pour nos personnes âgées, encore félicitations !" Docteur Souque
 
"Un choix extraordinaire de chansons, des moments magiques, des photos magnifiques, vous nous avez mis de la joie dans le coeur. Et retrouver sa jeunesse avec tous ces souvenirs, ça fait plaisir et j'espère que vous reviendrez nous voir." Mme Lorenzi (Juan-Les-Pins)
 
"Pour ma fête, par un pur hasard je me suis retrouvé dans un club de personnes âgées où j'ai pu assister à votre spectacle sur le passé. Cela m'a rappelé mes grands-parents et mes parents et c'était vraiment un moment magique." Josette, La Roque d'Antheron
 
"Bravo bravo bravo Regis, c'est le meilleur spectacle que j'ai vu depuis que je fais le métier d'animatrice." Bénédicte La Salette-Montval (Marseille)
 
"Je n'imaginais pas lorsque je vous ai accordé un rendez-vous que vous enchanteriez pendant 1 h 1/4 les personnes âgées d'une telle façon. Merci pour votre prestation qui a fait revivre les moments publicitaires, évènementiels et musicaux de leurs vies." Michelle, CCAS de Toulouse
 
"Un super voyage dans le temps pour le plus grand plaisir des résidents. Merci à Régis pour cette magie et à bientôt." Brigitte (Lunel)
 
"Enfin un retour à notre "époque". Quel bonheur, que de souvenirs, quelle belle époque ou l'amitié était de mise. Merci pour cette très belle après-midi, on s'est régalé avec ce très très beau spectacle". Danielle (Mirandol)
 
"Super - divinement bien -  tout le monde était enchanté même que M. Benaben a dit : "Vous nous avez donné l'envie de revivre notre vie"." Sylvie (Sainte Barthe)
 
"Un grand merci pour ce bon moment et je crois, je suis sûre, qu'il a été partagé par mon mari." Mme Delbreil
 
"Une féérie de l'instant." Christian
 
"Beaucoup d'émotion dans ce spectacle plein de chaleur et d'humanité." Sylvie
 
"Une soirée inoubliable. Continuez à nous émerveiller et faites un long chemin." Claude
 
"Le meilleur spectacle que j'ai jamais vu. De loin." Tonton Kiko
 
"C'est bien simple, je n'ai plus de Rimmel !" Claudine (seconde femme de Tonton Kiko)
 
"A ma grande surprise, j'ai versé ma larme. Tu as atteint mon coeur. Bravo pour ces sentiments, ces émotions fortes, j'ai eu des frissons par moment." Ta couse Céline
 
"Redge, encore un bon moment passé en ta présence. On était venu plus pour toi que pour le spectacle, mais quelle agréable surprise ! On est fier de toi, continues d'oser, de vivre !" Pascale
 
"J'avais froid, un peu hagard, l'humeur moribonde et puis voilà, il y a toi avec toute ta générosité, l'intérêt, l'affection que tu as toujours su apporter aux autres, à moi aussi et Dieu sait si tu m'as rendu la vie belle depuis qu'on se connaît comme tu as su le faire une fois de plus." Jérôme
 
"Ce spectacle est nul à chier et je pèse mes mots." Gérard
 
memoria.viva@live.fr

Ma Mamie m'a dit...

Madka Regis 3-copie-1

 

COLLECTION "COMEDIE"

Mamie est sur Tweeter

Mamie n'a jamais été Zlatanée !

Mamie doit travailler plus pour gagner plus

Mamie, tu l'aimes ou tu la quittes

"Casse-toi pauvre Régis !"

Papi a été pris pour un Rom

Mamie est sur Facebook

Papi est sur Meetic

Il y a quelqu'un dans le ventre de Mamie

Mamie n'a pas la grippe A

La petite maison close dans la prairie

 

COLLECTION "THRILLER"

Landru a invité Mamie à la campagne...

Sacco et Vanzetti

Mamie a rendez-vous chez le docteur Petiot

La Gestapo française

Hiroshima

 

COLLECTION "SAGA"

Les Windsor

Mamie et les cigares du pharaon

Champollion, l'homme qui fit parler l'Egypte

Mamie à Tombouctou

 

COLLECTION "LES CHOSES DE MAMIE"

Mamie boit dans un verre Duralex

Le cadeau Bonux

Le bol de chocolat chaud

Super Cocotte

Mamie ne mange que des cachous Lajaunie

 

COLLECTION "COUP DE COEUR"

Mamie la gauloise

Mamie roule en DS

Mamie ne rate jamais un apéro

Mamie et le trésor de Rackham le Rouge

 

COLLECTION "DECOUVERTE"

Mamie va au bal

La fête de la Rosière

Mamie au music-hall

Mamie au Salon de l'auto

 

COLLECTION "SUR LA ROUTE DE MAMIE"

Quand Papi rencontre Mamie

Un Papi et une Mamie

Mamie fait de la résistance

Mamie au cimetière

24 heures dans la vie de Mamie

 

COLLECTION "MAMIE EXPLORE LE TEMPS"

Jaurès

Mamie embarque sur le Potemkine

Mamie et les poilus

Auschwitz

 

COLLECTION "FRISSONS"

Le regard de Guynemer

Mr et Mme Blériot

Lindbergh décroche la timbale

Nobile prend des risques

 

COLLECTION "MAMIE EN BALLADE"

Mamie chez les Bretons

Mamie voulait revoir sa Normandie !

La fouace Normande

La campagne, ça vous gagne...

Mamie à la salle des fêtes

Launaguet

La semaine bleue

Le monastère

 

COLLECTION "MAMIE AU TEMPS DES COURTISANES"

Lola Montès

Les lorettes

Mme M.

Napoléon III

Plonplon

La marquise de Païva

Mme de Pompadour

Générique de fin